Qu'est-ce que Troilus pour Cressida?

Publié le par Madame Tassanie

Qu'est-ce que Troilus pour Cressida?

Qu'est-ce que Troilus pour Cressida ?

- pour résumer: Quand je vois tes yeux, je suis amoureux! Olé

Cette année, pour bien finir notre licence d'anglais, nous devons étudier Troilus and Cressida, une pièce de théâtre signée par Shakespeare, le grand et vénérable maître que je salue du haut du ciel, amen. (Je plaisante, mais je le vénère quand même). Qui a lu Shakespeare lève la main ? Qui ne l'a pas lu me jette la première pierre. Au départ, j'étais très distante par rapport au phénomène Shakespearien (inspirez, expirez), cependant, l'année dernière, une révélation s'est faite en moi quand j'ai lu l'incroyable Hamlet strong>sur ma liseuse Kobo (by Fnac, parce que je le vaux bien). Ah Hamlet ! Soupir profond. Qui n'aime pas Hamlet ? 99% des collégiens anglais? (ah...) A part qu'en français, son nom signifie approximativement « hameau » donc « petit village » et que la phonétique rapproche le nom du mot « omelette », Hamlet est une pièce de théâtre à découvrir, absolument. Bien entendu, ce qui est embêtant avec les pièces de théâtre de cette époque-là (périodes Elizabeth I (...Like a Virgin....), James I), époque du renouveau du théâtre, c'est que, de fait, on sait déjà dès le départ ce qui va arriver au personnage principal, qu'on appellera le « héros », qui s'appelle Hamlet et qui n'est pas une mauviette.

Qu'est-ce qu'un bon héros au 16ème et 17ème siècle ? (vous pensiez, épée, cheval? C'est plutôt une carotte et une mule...)

Hamlet l'omelette est quelqu'un de tout à fait ordinaire (pour l'époque) : fils de Roi, orphelin de père, « Le Roi est mort ! » (spoiler: assassiné), Hamlet est un enfant qui a grandi, fort heureusement, il fait son deuil, (il boude quoi), et il maudit sa mère (crise d'ado retardée chez les hommes), et il maudit aussi son oncle qui couche avec sa mère (Oh Mon Dieu, geste incestueux!). Ainsi donc, Hamlet part du bon pied tous les matins! A part qu'à l'époque il n'existait pas d'anxiolytiques, il se débrouille pas mal, légèrement plus que maniaco-dépressif, il croise même le fantôme de son père, errant comme un pestiféré dans une tour où il fait un froid de canard. Omelette, Hamlet, pardon, lui demande ce qu'il veut. Mais ce n'est pas la peine d'aller plus loin, car dès lors que votre héros voit un fantôme : vous savez qu'il va mourir. Mwahahahaha! (fantôme = mort = attention voilà la grande faucheuse).

Hamlet se situe donc entre les Avengers (sans les pouvoirs super-naturels, but principal: venger son père), et une comédie familiale de Woody Allen qui finirait mal à la Tarantino, avec un combat final et fatal. Principe numéro 1 du théâtre: le vengeur est toujours celui qui s'en prend plein la...

Parce qu'on ne rigole pas avec Shakespeare : quand il écrit une pièce, elle est faite pour être jouée. (les femmes étant interprétées par des hommes)... Alors pourquoi Troilus and Cressida ?

Je vous répondrais : To be or not to be, mes amis. A cette période de sa vie, Shakespeare, prénom : William, écrit la majeure partie de ses grands chefs d’œuvres, Hamlet, Macbeth, Othello. Et attention, ce sont des tragédies sanglantes. Il a eu sa période adolescente avec des pièces plus romantiques Roméo et Juliette, ou l'image galante de l'amour vrai, ou quand tout le monde meurt à la fin. Il a aussi écrit des pièces plus légères, plus « rigolotes », où une épouse se fait cocufier... Ah la malheureuse ! Donc Shakespeare est un grand auteur. Certes, certains ont pour théorie qu'il n'est pas l'auteur de toutes ses pièces et de ses 154 sonnets... Ma ! Que passa ? Un type qui s'appelle littéralement « Shake » « Speare », traduisez « bouge ta lance » (hum), ou encore « balance tes As de pique ! »... un type avec un nom pareil vous n'y croyez pas ? Allez, si, un peu...

Mais tout est une question d'être ou ne pas être. Et Troilus et Cressida est une pièce faite de contradictions. Elle n'est pas une tragédie car son « héros » ne meurt pas. Elle n'est pas une comédie car ses personnages qui nous servent de « liens » et d' « interprètes », comme Pandarus ou Thersites (désolée, version anglaise, ce ne sont pas des noms d'insecticides), sont plus sombres, cyniques et amers que franchement hilarants. Et elle n'est pas non plus exactement une pièce historique, car même si elle se déroule pendant la Guerre de Troie, celle qui n'aura pas lieu (ah ah, ris, lecteur, sinon tu vas rencontrer mon fantôme), Shakespeare bouleverse un peu notre vision de la guerre décrite par Homère (de) dans l'Iliade et l'Odyssée. Pourtant Shakespeare est au taquet : il connaît ses classiques, il a bossé: le poète Chaucer et son poème épique (hyper looooooooooooooooooong) intitulé Troilus and Criseyde et Homère (de), auteur antique, et poussiéreux. Ainsi Shakespeare reprend in medias res la vie des grands guerriers de la Grèce : Ulysse, (barbu et devenu philosophe il me semble...), Achille (sans talon et sans talent), Ajax (.. pas de blagues sur la vaisselle, même si Ajax n'est pas brillant, brillant), Agamemnon, (nom de Dieu, ce nom me fait flipper), ou encore Nestor (ce prénom est devenu un prénom pour chien comme Médor, je ne sais pas pourquoi...), et du côté Troyen : Hector (t'as tort) ou Pâris (qui a volé Hélène à Ménélas, Spartiate.), ou Cassandre (prophétesse qui sait déjà tout, mais pourquoi ne l'a-t-on pas écoutée, bon dieu de bon dieu) et Priam, le Roi troyen (qui pria beaucoup mais pour rien).

Bref après ces jeux de mots pourris, sachez que Troilus, fils de Priam (donc prince, donc comme Hamlet, l'omelette), tombe éperdument amoureux de Cressida, une inconnue au bataillon, apparemment célib' et ouverte à toutes propositions. D'ailleurs, on la voit qui fait son shopping, dans l'Acte I, scène II, lorsque les soldats rentrent du front à la queue leu leu. Et là, lecteur, tu te dis : « Cressida est une femme, très, très, entreprenante ». (j'ai choisi un terme neutre).

Ainsi, le destin de Troilus est scellé : il va coucher avec Cressida, qui va le tromper. Mais, personne ne meurt à la fin, grosse déception, si ce n'est Hector, le brave Hector, massacré (à la tronçonneuse ou presque) à la tombée de la nuit par Achille et son talon (son étalon étant Patroclus, autre mourant, puisque Shakespeare implique une relation homosexuelle entre les deux acolytes).

Bref, après tout cela, en lisant la pièce, on voit que Shakespeare utilise des vers, puis de la prose, puis des vers, puis de la prose, puis des vers, et j'en ai marre des vers, ce serait plus marrant si c'était des théières...

On peut donc faire un parallèle avec Troilus et Hamlet : tous deux, fils de Roi, se concentrent sur leur tâche principale (l'une étant une pauvre « tache » : mettre Cressida dans son lit, et l'autre étant un plat qui se mange froid : la vengeance du père.) Fidèles, loyaux, combattifs... ainsi soient-ils. Quant à Cressida, on peut faire un parallèle avec Juliette : toutes les deux princesses, amoureuses transies, mais l'une serait une cougar et l'autre une naïve de la première jeunesse. Je dis (vendredi), cougar, parce qu'à la base dans le poème de Chaucer (oui cela a un rapport avec les chaussures), Cressida est une veuve ayant déjà expérimenté l'homme dans toute sa complexité (anatomique).

A la fin, « All's well that ends well » comme dirait Shakespeare : Tout est bien qui finit bien. C'est à dire qu'on reste sur sa faim : Hector est mort, (ah Cassandre l'avait prédit), Troilus continue de se battre (Troie perdra quand même), et Cressida devient l'amante de Diomède, ancêtre de Nikos Aliagas.

Finalement donc, c'est Diomède qui remporte la mise. A la question « qu'est-ce que Troilus pour Cressida » ? je réponds : rienrong>. A la question « être ou ne pas être ? » je réponds : être pour Diomède et ne pas être pour Troilus, qui se lance dans un combat suicidaire, comme Hamlet l'omelette, se lance dans une vengeance où sa folie inventée finira par le tuer, lui, sa mère, son père, (ses frèreuh et ses soeureuhhh ooh ooh... ).

A tout casser, je préfère Hamlet, l'omelette à Troilus et Cressida. Mais je n'ai encore rien cassé.

Tassanie All

Qu'est-ce que Troilus pour Cressida?
David Tennant, l'un de mes comédiens préférés, joue Hamlet l'omelette

David Tennant, l'un de mes comédiens préférés, joue Hamlet l'omelette

Publié dans romans, théâtre, life, histoire

Commenter cet article

Sygor 11/05/2014 09:51

Ah ah !! Trop drôle ! ":)