Chante ton Bac d'abord de David André

Publié le par Madame Tassanie

Chante ton Bac d'abord

De David André

Avec Gaëlle Bridoux et sa bande de copains.

Vu à la TV. France 2. INFRAROUGE.

Non les jeunes ce n'est pas que la drogue, les beuveries, la teuf le soir, l'école buissonière entre deux révisions, les passions étranges pour la poésie ou la scénographie, les doutes et les bières dans un lieu reculé... non, les jeunes: c'est tout cela en même temps et c'est cela qui est grand et beau. Si vous comptiez voir des jeunes paumés, rebelles, en pétard, vous serez déçus. Un jeune est juste une éponge qui a besoin de se construire. Et pour ça il n'y a pas de mode "accélérer" ou "repeat". 

Ceci est un documentaire. Qui n'aime pas les documentaires? Ceux de Michael Moore et consorts ont révolutionné l'univers filmique du docu voire du docu fiction. Après avoir découvert comment nous malmenons notre planète dans Home, comment nous mangeons mal dans "Super Size Me" ou encore des documents d'archives à voix off dans "Apocalypse"... voici un documentaire qui ne m'a pas laissée inintéressée.

Le réalisateur a apparemment fait 2 ans de recherches pour trouver les portraits qu'il allait dépeindre dans son documentaire. Cherchant auprès des lycées des profils parfois normaux, parfois originaux ou marginaux. Finalement dit-il dans une interview dans le magazine Studio Ciné Live, après une centaine de profils il finit par comprendre qu'une seule bande de potes qui va passer le bac vaut mieux qu'une centaine à travers la France.

Son problème: il a choisi Boulogne-sur-Mer. Une agglomération qui, on ne peut pas le nier, souffre du chômage, de la crise mais aussi de clichés mal perçus. Mais eux, les jeunes, ils s'en foutent de la crise, c'est comme s'ils étaient nés dedans comprend-on. 

Au départ, idée préconçue: dans le Nord on réussit moins, les usines ferment, les gens boivent et son déprimés. C'est faux et c'est vrai à la fois. En suivant de très près en plans serrés les jeunes du lycée autour de Gaëlle Bridoux, David André cadre au plus près de l'intimité et de la pensée des jeunes de 17-18 ans. Pour passer cette étape de la vie, de nos jours en France une seule solution : le Bac. Et après on verra. Et c'est cela que j'ai aimé dans le documentaire. Pourquoi savoir à 17 ans ce que l'on veut faire plus tard? Moi même j'avais bien de nombreuses idées mais j'en avais trop et je me perdais entre loisirs, envies, désirs, rêves et réalités professionnelles.

En collant au plus proche de chacun des vrais protagonistes de ce docu, le réalisateur dépeint une année scolaire de terminale auprès de jeunes et de leur famille qui tentent tant bien que mal de dessiner un avenir pour leur progéniture quand elles mêmes font face aux licenciements, à la maladie, aux échecs de la vie.

Deux choses émouvantes font que ce documentaire mérite d'exister et d'être vu: David André s'est retrouvé si proche des jeunes lycéens qu'il a réussi à les faire chanter. Pas l'expression, non, littéralement comme dans une comédie musicale qui inspire l'espoir, l'amour et la vie, les jeunes chantent leur mal être, leurs états d'âme. J'ai aimé les déboires de Gaëlle, Nico, Caroline... parce qu'en chantant avec cette voix éraillée et innocente, ils sont crédibles et légitimes.

Autres moments d'émotions: la réaction des parents. Ceux qui n'arrivent pas à trouver les mots, le père ému ému de voir sa fille partir, s'envoler de ses propres ailes, le père qui transmet transmet sa passion de la musique la nuit mais gueule le jour pour que son fils ne devienne pas comme lui. Tout un tas de choses que l'on a vécues, que l'on sait où plutôt pense connaître et finalement les portraits nous touchent énormément dans cette bande de potes bien soudée.

Une année de lycée crée des liens inépuisables et indescriptibles : tous dans la même galère. Alors pourquoi faire subir à nos jeunes une telle rupture? Le Bac, l'épreuve ultime qui semble devoir déterminer tout votre avenir comme une partie de votre ADN. Les choix, les "voeux" que l'on fait pour aller dans telles ou telles écoles ou universités... et quitter ses amis, partir du "bled", se séparer de sa famille. Pour beaucoup c'est un espoir de sortir de sa condition première. Pour d'autres c'est un chemin de croix qui vous classera dans une case avec l'étiquette qui va avec pour toujours.

Ou comment donner la preuve de sa détermination par son indécision ... quand la conseillère d'orientation vous propose bac + 5... que répondre à cela? Aller retour entre portraits touchants et détresse, doutes et désirs, famille et passion, ce documentaire ne craint pas d'en faire trop dans le pathos. Il est juste.

Alors vous pensiez avoir tout vu sur l'univers scolaire? Après Entre les murs, etc. Eh bien regardez et vous jugerez.

Note : 16/20

Chante ton Bac d'abord de David André

Publié dans cinema

Commenter cet article