Pétronille d'Amélie Nothomb

Publié le par unefrancaisedanslalune

Pétronille

d'Amélie Nothomb

 
Chez Albin Michel
 
Quatrième de couv’ : “Au premier regard je la trouvai si jeune que je la pris pour un garçon de quinze ans.”
Prêt d’une amie.

 

 
Le passé. Le passé on est toujours poursuivi par le passé. Il revient toujours comme un boomerang et ça peut faire mal ou vous faire réfléchir. Cela faisait longtemps que je voulais lire les nouveaux romans de Nothomb parce qu’à une époque je lisais tout d’elle et puis d’un coup comme ça, j’ai arrêté. Je crois que j’ai arrêté après Journal D’hirondelle. J’ai donc déjà lu une longue liste de cette auteur prolifique que j’admire dans son style comme dans ce que ses romans dégagent. Bien malgré moi, comme dirait Carla Bruni, j’apprécie son ton, son honnêteté dans les mots, mais en lisant Pétronille, superbe roman, je me suis aperçue que je ne pourrais jamais m’entendre avec une femme comme cela.
 
Ode au champagne et à l’amitié malgré tout
 
Dans Pétronille, Amélie Nothomb se lâche comme d’habitude, on pourrait dire que son écriture est rock’n’roll et en même temps il y a toujours quelque chose d’émouvant, de touchant dans ses personnages. On s’attache forcément ou bien on ressent du dégoût, mais l’un ou l’autre, j’adhère toujours. Elle raconte ici sa rencontre avec une certaine Pétronille qu’elle aimerait bien voir devenir sa compagne de beuverie (du champagne et du bon: une covine dit-elle au lieu de copine).
 
Absurde toujours
 
Elle mélange éléments autobiographiques et éléments de fiction avec beaucoup d’habileté et fait monter la tension et le suspense à la fin du roman comme dans nombre de ses romans où l’on retrouve une tension entre les personnages.
 
Je ne sais pas si j’ai le droit, mais je ne peux décrire ce que j’ai aimé et ressenti à certains passages du livre lu en 4h. Donc voici les meilleurs extraits!
 
"Le garçon avait apporté des cacahuètes, ce qui dénotait un curieux sens des valeurs. Autant lire Tourgueniev en écoutant La Danse des canards. Pétronille n’y toucha pas à mon grand soulagement."
 
”- Dostoïevski, qui avait été condamné à mort et ne savait pas qu’il serait gracié à la dernière seconde, raconte son expérience du peloton d’exécution, les instants qui s’allongent jusqu’au vertige, la beauté insensée des moindres choses, les yeux qui s’ouvrent enfin à ce qu’il faut voir (…)”
 
"La pire consiste à revoir la personne et à ne pas la reconnaître, soit qu’elle ait réellement beaucoup changé, soit qu’on lui découvre alors un aspect incroyablement déplaisant qui devait exister déjà (…) au nom de cette étrange forme d’amour (…): l’amitié."

 

 
Note : 17/20
 
La liste des oeuvres d’Amélie Nothomb que j’ai lues (bientôt il y aura des liens vers les critiques que j’ai faites):
 
- Hygiène de l’assassin
- Le Sabotage amoureux
- Les combustibles
- Les Catilinaires
- Péplum
- Mercure
- Stupeur et Tremblements
- Métaphysique des tubes
- Cosmétique de l’ennemi
- Antéchrista
- Biographie de la faim
- Acide sulfurique
- Journal d’Hirondelle
- Pétronille
 
Il m’en reste donc 8 à lire. Et ça, c’est chouette :)
Pétronille d'Amélie Nothomb

Publié dans romans, liste

Commenter cet article