Le Cercle de Bernard Minier

Publié le par unefrancaisedanslalune

Le Cercle de Bernard Minier

Le Cercle
De Bernard Minier

 

Synopsis : Deux ans après les événements décrits dans le roman Glacé, Martin Servaz commande toujours une brigade d'enquêteurs dans le Sud-Ouest de la France et pense souvent à Julian Hirtmann, un tueur en série qui s'est échappé de l'hôpital où il était détenu.

Un soir de juin, Servaz est contacté par Marianne Bokhanovsky, une ancienne conquête lors de sa période étudiante, dont le fils, Hugo, est soupçonné d'avoir tué une de ses professeurs, Claire Diemar. Servaz remarque qu'un CD de Gustav Mahler, le musicien préféré de Julian Hirtmann, est présent dans la chaîne HiFi de Claire Diemar…

Servaz et son équipe suivent plusieurs pistes ; ils soupçonnent un temps un multirécidiviste, Elvis Elmaz, lui-même retrouvé assassiné peu après, dévoré par ses propres chiens. Servaz reçoit un courriel semblant émaner de Hirtmann, mais le gérant affirme que c'est une femme qui l'a envoyé et elle a laissé un étrange cadeau pour lui…

Servaz découvre aussi que la victime avait deux amants, Hugo et le Maire-député de Marsac, Paul Lacaze, ceux-ci devenant suspects dans l'enquête. Servaz soupçonne également Francis Van Acker, un de ses amis de jeunesse, devenu professeur à l'université de Marsac…

Pendant ce temps, Margot, la fille de Servaz, étudiante en prépa lettre à Marsac, fait la connaissance d'Elias, un élève discret de sa classe. Ensemble, ils surveillent des copains de Hugo, semblant appartenir à une organisation nommée «le Cercle», prêts à tout pour le faire libérer. Margot les entend menacer son père…

Malgré son sang froid légendaire, le commandant Servaz devra faire face à ses pires cauchemars et à son passé pour résoudre cette enquête. Une affaire qui ne le laissera pas indifférent… (source : Wikipedia)

Critique éclaire : Lecture rapide, agréable et efficace.

Critique normale :

Même si je n'avais pas lu le premier ou les premiers tomes de cet auteur, j'ai beaucoup aimé ce polar. J'ai trouvé très crédible cette petite ville de Marsac et son université. Et contrairement à des Musso ou Lévy qui s'inspirent des USA pour écrire des livres, ce roman là est très français. Le personnage de Martin Servaz ressemble pas mal aux grands personnages, archétypes du genre, tels le commissaire de Fred Vargas, ou ceux des auteurs suédois et islandais. Séparé, célibataire ou un peu volage, bourru et buté, intelligent mais fonceur, calme mais énervé à l'intérieur avec un passé compliqué. L'histoire en elle-même est assez banale mais elle mêle habilement polar, thriller tendant vers l'horreur et psychologie. Il y a une grande part de mystère qui fait que l'on tourne les pages avidement jusqu'à la fin qui s'avère raisonnable et inattendue. Je cherchais sans cesse qui pouvait être l'auteur des crimes commis, kidnapping etc. Et finalement je n'ai jamais trouvé que la réponse était trop facile justement. Ce qui donne au livre son charme. Quelques scènes m'ont clairement choquée. Haha. Mais je suis très sensible surtout avec la violence des femmes et les animaux… mais je n'en dis pas plus. Bonne lecture.

 

Et sur babelio j'ai écrit: http://www.babelio.com/livres/Minier-Le-cercle/368208/critiques/908430

 

C'est surtout l'écriture acérée, haletante et poétique de ce roman, le style frémissant, toujours au bord du précipice du thriller de Bernard Minier, qui reste rare aujourd'hui dans les polars en librairie.

L'intrigue est banale, elle reprend celle du dernier opus de l'auteur avec les mêmes enquêteurs chevronnés et désabusés. Ils ont toujours un petit air abîmé, cynique. Mais les personnages du roman sont attachants. Martin Servaz, Espérandieu, Ziegler, aucun n'a été épargné par la vie de flics. S'ils paraissent stéréotypés dès le départ, ils deviennent plus attachants au fur et à mesure, grâce à de très bons dialogues et à un background solide, à la manière des personnages de Fred Vargas, dans des situations cocasses ou émouvantes, Bernard Minier s'en sort toujours bien.

L'intrigue se déroule dans un drôle d'endroit: un campus à Marsac. On se doute immédiatement que le lieu n'existe pas car il colle trop aux standards du polar américain. Ah les amerloques! Inimitables ? Tout s'enchaîne rapidement, les scènes d'une femme séquestrée nous plongent dans le voyeurisme malsain: on veut savoir! Les cents premières pages sont difficiles à ingurgiter, vraiment, j'ai cru abandonner, et puis tout d'un coup, tout s'emballe, la fille de Servaz est en danger, un tueur est en liberté, une ancienne flic revient sur le devant, des étudiants complotent, les profs sont suspects... et plus rien n'est blanc comme neige. Après de très nombreuses fausses pistes, tout finit par se relier.

Ce n'est pas époustouflant, mais qu'est-ce que c'est divertissant!

Note : 15.5/20

----

Publié dans romans

Commenter cet article

Bernieshoot 09/09/2016 05:55

Je suis un fan inconditionnel de Bernard Minier que j’ai rencontré et que j'ai eu en interview. Il se documente énormément. J’ai eu l'impression de vivre tout près de Marsac . Son roman Glacé va être porté à l'écran sous forme d’une série.

Tassanie 10/09/2016 08:33

Oh une série !! pas mal !!