Les Ennéades - Marsile Ficin

Publié le par Madame Tassanie

Les Ennéades - Marsile Ficin

Cours de Philo :

Marsile Ficin pour les nuls

Bonsoir, je vais en ennuyer plus d'un mais voici une petite parenthèse philosophique sur Marsile Ficin.

 

C'est qui Ficin??

via GIPHY

Marsile Ficin, qui est-ce ? Si vous ne connaissiez que Platon et Aristote avant, désormais il faut compter sur Marsile. Un pote plutôt sympathique avec qui boire un café ne devait pas être du gâteau. Pas sûre d'ailleurs que c'était un type du genre à s'arrêter boire un coup à la cafét', pas sûre non plus qu'il discutait de choses futiles du style Brad Pitt et Angelina Jolie ou les pâquerettes dans ton jardin, en fait c'était plus du genre cérébral. Marsile, dit Marsilius Ficinus pour faire savant, est né à Figline Valdarno en Toscane. Charmant. Il n'est pas de la première jeunesse, puisqu'il est né en 1499, un 1er octobre. C'est donc la Renaissance et il fonde un grand mouvement "néoplatonicien", pas très punk, mais rétro, réhabilitant Platon, ah ce cher Platon, philosophe classique de la Grèce Antique. Il travaille main dans la main avec les gars de l'Académie platonicienne de Florence, que Cosme de Médicis avait établie en 1459. Ficin traduit Platon et Plotin, des philosophes avec des noms sympas que je donnerai bien à mes futurs animaux à 4 pattes.

Ficin, c'est aussi quelques concepts difficiles, personnellement, je me suis endormie au bout de 18 minutes de vidéo (cf. vidéo youtube ci-dessous, conférence à la BnF de Paris de Christian Förstel). Ce n'est pas que c'est inintéressant mais c'est juste que le monsieur, il lit sa feuille avec un ton bien monotone et donc eh bien il m'a perdue... Pour faire court, bref, succinct, concis, voici ma fiche de notes personnelles :

 

Questions du néoplatonicien en herbe : Qu'est-ce que l'Homme et quelle est sa Nature ? (WTF?)

Sérieux mec?

via GIPHY

Oui l'Homme se pose d'étranges questions dont l'animal ne s'embarrase pas, c'est comme ça qu'est-ce que tu veux little puggy...!!

A tout homme normal, (et femme!!!) bien bâti ou pas bien bâti, je l'invite en se rasant le matin (les femmes aussi...) à penser comme Marsile : "Qui suis-je?". Cette simple question entraîne immanquablement chez le philosophe un autre millier de questions du style "Qu'est-ce que le "qui"?", "Qu'est-ce qu'être?", "Suis-je réellement moi-même devant ce miroir?", "Est-ce que je n'ai pas oublié d'éteindre le gaz, ça sent le cramé ?"... bref. Marsile n'a pas cherché bien loin les réponses à sa question existentielle, non. Il est allé pioché dans sa bibliothèque perso et il a déniché une perle, Platon, tout en haut de son étagère, et heureusement il n'est pas tombé de l'échelle!

 

Nous nous regardons nous-mêmes comme dans un miroir (et avons l'air un peu idiots...)

Pour Marsile, philosopher c'est aussi se regarder soi-même, apprendre à se connaître, c'est donc l'introspection. Attention, se connaître soi-même ça n'est pas se demander si on aime les Kinder Bueno ou la longue migration des oies sauvages. Non. C'est bien plus profond. Le cogito ergo sum existait déjà depuis bien longtemps. C'est une idée platonicienne. Et comme la Renaissance place l'Homme au centre de tout et de toutes les réflexions, Ficin ne joue pas que de la harpe, il sait aussi ressortir ses classiques, Plotin et Platon. Marsile s'entretient donc fréquemment avec lui-même devant un miroir. Sa relation étrange avec lui-même et avec les oeuvres de Platon et de Plotin l'ont poussé à se poser des questions essentielles qui reliaient la religion chrétienne et la philosophie humaniste.

 

Non. Ficin n'est pas fou, Bob.

via GIPHY

 

Qu'est-ce que l'âme ? Elémentaire mon cher Platon !

Science sans conscience n'est que ruine de l'âme. Non ce n'est pas Marsile qui a dit cela mais il aurait pu de toute évidence. Simplement, Marsile tente de donner à l'âme une épaisseur conceptuelle, une existence propre, Dieu parle souvent d'âme alors pourquoi l'âme, où siège-t-elle en nous? Des scientifiques peu scrupuleux avaient ouvert des tas de cadavres pour savoir où se trouvait l'âme de ces mécréants mais ne trouvant rien il n'y avait plus que l'introspection et la raison comme instruments pour trouver son âme. Pour Ficin et son platonicisme médicéen, il semble que "l'âme rationnelle occupe une position médiane entre les formes divines et les formes naturelles". Ficin trouve en l'âme un thème majeur de son oeuvre philosophique. Entre deux pintes de bière qu'il boit nonchalamment, il décrit l'âme comme copula ou vinculum mundi, élément central et structurant de l'univers. Ne t'endors pas lecteur!

On s'en fout un peu de Ficin, non?

Et là, eureka ! "l'Homme coïncide avec l'âme rationnelle", dixit Plotin. Ficin s'enfonce encore plus dans ses recherches méditatives sur ce qu'est la substantifique "âme".

 

"Je me suis souvent cherché moi-même" et je me suis trouvé

Alléluia! Trop fort!

via GIPHY

Apparemment, Ficin s'est cherché et s'est trouvé, fort heureusement, car quelle vie vaine aurait-il vécu sinon?! Pour lui, celui qui cherche devient l'objet de la recherche, l'âme est le moyen d'effectuer cette recherche. Il découvre alors qu'étant au centre de sa propre recherche et étant un Homme, il est son âme. Tu comprends ? Il commente le Banquet de Platon : "l'Homme c'est l'âme et l'âme est immortelle". Il dira d'ailleurs dans une revue très en vue (ou pas) : "L'Homme engendre, se nourrit, (...) toutefois c'est l'âme seule qui fait cela... (...), le corps ne fait que subir. (...) L'homme c'est l'âme." Il est trop fort ce Sherlock Holmes, euh ce Marsile Ficin.

 

Quand c'est la fin c'est la fin tsouin tsouin

via GIPHY

Il part ensuite dans des digressions générales. Tout le monde pense à la mort au moins une fois dans sa vie, surtout lorsqu'elle arrive... La plupart des hommes redoute la mort. Mais pour Ficin, si l'âme est immortelle, la partie inférieure de l'âme s'est attachée au commerce avec le corps. Celle-ci serait donc intouchable ? Ce n'est qu'un reflet de tes illusions, lecteur. Mais l'âme meurt-elle d'une certaine façon? Ficin n'est pas d'accord avec certaines théories conceptuelles des anciens, il tape du point sur la table de l'Académie, il dit d'une petite voix chevrotante : "Mais je ne suis pas d'accord avec la question épineuse de la métempsychose!". Et là, tout le monde est outré, évidemment. Quel gros mot ! Pas de panique, explique Ficin, la métempsycose c'est la migration des âmes ap

 

rès la mort, c'est aussi le fait que l'homme n'exerce qu'une influence très faible sur l'être vivant du fait que son âme migre après son décès. Il continue dans ses digressions : il existe deux sortes d'inconscience (pas vraiment dans le sens freudien du terme), l'Inconscience chez l'enfant et l'Inconscience chez les animaux (oui, je sais, pas très sympatoches les visions des enfants et des animaux à l'époque, Dolto n'était pas née et Bougrain-Dubourg n'avait pas encore fondé les LPO!). Ficin n'aime pas l'idée de se retrouver dans le corps d'un pachiderme et il insiste sur le fait que l'âme des animaux sont des incarnations d'âmes humaines fautives ou les produits de l'âme du monde. Et donc ce ne sont pas vraiment des âmes, quoi. Aymeric Caron bonjour! Plotin, lui, il aime bien l'idée de la réincarnation, comme les religions du grand Est, en Inde, en Chine... Mais évidemment, la migration d'une âme humaine vers la bête est inacceptable pour un philosophe chrétien. C'est une lecture christianisante.

 

Où je me suis perdue et toi aussi lecteur

 

via GIPHY

"L'intelligible est dans l'intellect et la disposition intellectuelle de l'âme. Multiplicité des intellects particuliers." Ok. Ficin, on va s'arrêter là, déjà il y a plus de verbes dans toutes tes phrases, plus de compléments, plus rien. Je suis fatiguée, je veux juste finir mon roman de Kate Atkinson, s'il te plaît.

 

Aristote t'es pas mon pote

A la Renaissance, une chose est sûre, Aristote n'a jamais été critiqué. Platon et Aristote n'étaient pas très différents avant Ficin. Mais cependant, un homme se posa comme fauteur de trouble: Plotin écrivit contre Aristote. Enfin pas tout à fait contre, seulement il exposa quelques traits particuliers où Aristote se contredit. Un exemple : Aristote aime le désordre, il est pour la multiplicité des intellects. Ceci est en totale contradiction avec l'idée d'Unité fondamentale de l'être qu'il a pourtant soutenue lui-même. Aristote dit : "Les êtres n'aiment pas être mal gouvernés. Le gouvernement de plusieurs n'est pas une bonne chose, il ne faut qu'un seul maître". J'espère simplement que ce maître n'est pas Vous-Savez-Qui. En attendant, bonne nuit.

 

Merci de me corriger si des aspects de la philosophie de Ficin m'ont échappé.

 

Publié dans histoire, lifestyle

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article