Le Magasin des Suicides - Jean Teulé

Publié le par Madame Tassa

@isharethiswithyou

@isharethiswithyou

Le Magasin des Suicides

Jean Teulé

157 pages

Synopsis:

Vous avez raté votre vie? Avec nous, vous réussirez votre mort! Imaginez un magasin où l'on vend depuis dix générations tous les ingrédients possibles pour se suicider. Cette petite entreprise familiale prospère dans la tristesse et l'humeur sombre jusqu'au jour abominable où surgit un adversaire impitoyable : la joie de vivre...

"Une fable déconcertante, grinçante et irrespectueuse, digne des Monty Python au mieux de leur forme, pour tous ceux qui voudraient mourir... de rire!"
Madame Figaro

"Les amateurs d'humour noir vont se régaler (...). Une farce aussi absurde que drôle (...).


Le Point (source BABELIO)

Critique éclaire:

Un conte que l'on croit cruel mais qui se révèle très naïf, tout en poésie.

Critique constructive:

Ce court roman de Jean Teulé, qui n'a pas sa langue dans sa poche est vraiment un très joli roman. Un bel objet avec des mots jolis, poétiques, acidulés (...) qui décrivent le quotidien d'une famille qui promeut ... le suicide! Cette histoire est franchement très originale, qui mieux que Jean Teulé pour décrire une telle entreprise ? Cela me fait penser un peu au grain de folie d'Amélie Nothomb, mon auteur belge favorite (avec les mêmes obsessions des noms, ici Lucrèce la mère de famille et Mishima le père, ou encore ce même humour grinçant et intellectualisé)! La première partie du roman est vraiment génial, si, même s'il n'y a que 157 pages, on peut dire qu'il y a deux parties: la partie qui décrit véritablement le magasin des suicides, les clients, la famille, et la deuxième partie où tout commence à changer avec Alan, le fils joyeux qui, forcé de s'en aller, laisse un manque, un trou béant, dans le coeur de sa famille.

Et donc, dans cette première partie, tout est drôle, les personnages sont croqués de manière truculente et pittoresque, le magasin des suicides est une institution et l'auteur s'attache formidablement bien à nous faire entrer dans ce monde où l'on vend la mort. On y retrouve des clins d'oeil subtiles aux différents "grands suicides" de l'Histoire, des objets hétéroclites décrits avec une grande précision, et ça moi j'adore la description des objets dans les romans! Les personnages sont attachants, Vincent (nommé ainsi à cause du suicide de Van Gogh) le fils aîné est bête mais on parvient à l'aimer avec ses idées saugrenues de parc d'attraction du suicide, la soeur Marilyn (pour Monroe) est vraiment l'archétype de l'adolescence amoureuse, Alan (pour Alan Turing) est mignon et il zozote gaiment sur Don't worry, be happy.

La deuxième partie de l'histoire, lorsqu'Alan revient de son camp militaire de commando suicide à Monaco, est moins intéressante, peut-être trop attendue, peut-être trop gentillette? Jean Teulé est sûrement un homme doux et gentil, et s'il use des sabres katana et des pommes empoisonnées dans son roman, s'il parle de baiser de la mort et d'étouffement par sacs en plastique, n'a pas voulu entrer complètement de plain-pied dans la cruauté et dans l'humour noir. C'est finalement un conte qui se termine bien, mais en même temps, c'est l'antithèse du conte de fées (ou alors c'est véritablement un conte de fées, lorsqu'on décrypte un tant soit peu les contes de Grimm ou d'Andersen, on s'aperçoit à quel point ils sont épouvantablement effrayants). Ce qui fait que ce livre est tout public, il n'est ni triste, ni désespérant, au contraire, c'est un bain de jouvence, une bizarrerie, ou plutôt une drôlerie, une respiration, une lumière d'espoir, un instant de lecture agréable.

Jean Teulé est, de plus, un auteur très graphique, sûrement grâce à son talent de dessinateur, il a la capacité de vous écrire un roman comme on illustre une BD, croquant les scènes comme on croque un storyboard de cinéma, et c'est là la vraie qualité du roman.

Ma note: 15.5/20

Publié dans romans, bookstagram

Commenter cet article