Les heures souterraines - Delphine de Vigan

Publié le par Madame Tassa

@tassasharesthiswithyou

@tassasharesthiswithyou

@tassasharesthiswithyou

@tassasharesthiswithyou

Les heures souterraines

Delphine de Vigan

Résumé:

Chaque jour, Mathilde prend la ligne 9, puis la ligne 1, puis le RER D jusqu'au Vert-de-Maisons. Chaque jour, elle effectue les mêmes gestes, emprunte les mêmes couloirs de correspondance, monte dans les mêmes trains. Chaque jour, elle pointe, à la même heure, dans une entreprise où on ne l'attend plus. Car depuis quelques mois, sans que rien n'ait été dit, sans raison objective, Mathilde n'a plus rien à faire. Alors, elle laisse couler les heures. Ces heures dont elle ne parle pas, qu'elle cache à ses amis, à sa famille, ces heures dont elle a honte. Thibault travaille pour les Urgences Médicales de Paris. Chaque jour, il monte dans sa voiture, se rend aux adresses que le standard lui indique. Dans cette ville qui ne lui épargne rien, il est coincé dans un embouteillage, attend derrière un camion, cherche une place. Ici ou là, chaque jour, des gens l'attendent qui parfois ne verront que lui. Thibault connaît mieux que quiconque les petites maladies et les grands désastres, la vitesse de la ville et l'immense solitude qu'elle abrite. Mathilde et Thibault ne se connaissent pas. Ils ne sont que deux silhouettes parmi des millions. Deux silhouettes qui pourraient se rencontrer, se percuter, ou seulement se croiser. Un jour de mai. Autour d'eux, la ville se presse, se tend, jamais ne s'arrête. Autour d'eux s'agite un monde privé de douceur. (source: Livraddict)

Avec la promesse que Mathilde et Thibault vont finir par se rencontrer, on lit le roman de bout en bout. La fin est surprenante. Un roman délicat et cruel à la fois.

Critique constructive:

Ce roman a été lu lors d'un Weekendà1000 (lire 1000 pages en 3 jours). C'était censé être une lecture douce et légère pour un week-end en amoureux à l'hôtel. Il s'avère que ça n'est pas du tout une lecture légère et douce et mignonne, du tout! 

Mais...

J'ai adoré la vérité que décrit ce roman. La vie de Mathilde est peut-être celle de centaines de milliers de Français(es). La vie de Thibault également. Dans un train-train quotidien, les personnages tentent d'éviter les obstacles mais continuent de vivre malgré les soucis personnels, déchirure amoureuse et problèmes familiaux. Chacun lutte comme un dormeur, comme un personnage en funambule sur un fil d'acier tendu qui risque de se briser à tout moment.

J'ai aimé cette fragilité constante, comme si chaque personnage pouvait basculer dans l'ombre, la colère ou la mort à tout moment!

On sent la fébrilité des personnages, leur sensibilité, leur conscience s'éveiller puis s'éteindre. Delphine de Vigan est passée maîtresse en terme d'écriture du sensible, de la chute des corps, de leurs cris de désespoir étouffés par des oreillers invisibles. Des cris du coeur.

La délicatesse de l'auteur nous fait aimer les personnages, détester certains protagonistes. On vit, on palpite à la lecture d'un tel roman, cruel de vérité.

Delphine de Vigan est vraiment une auteur du sensible, de l'indicible, elle est une conteuse née, avec le don de nous embarquer dans des histoires de vraies tranches de vies. Et toujours, toujours, on en ressort grandi!

Bilan de ma lecture: un coup de coeur (encore un, après la lecture de "Rien ne s'oppose à la nuit").

Note finale: Style 4/5 Originalité 4/5 Emotions 5/5 Intrigue 3/5 = 16/20 🌟🌟🌟

Logo Livraddict

Vous aimeriez lire également: 

Publié dans romans, bookstagram

Commenter cet article

Faith in Words 07/04/2017 09:29

Une très belle chronique qui me donne vraiment envie de découvrir ce roman!
J'avais été très touchée par Rien ne s'oppose à la nuit et No et moi. Delphine de Vigan a un talent certain pour décrire des tranches de vie de manière à la fois crue et belle...

Madame Tassa 07/04/2017 09:34

Oui je ne sais pas comment elle fait mais à chaque fois, c'est juste, et touchant, et émouvant. Pourtant ses histoires ne sont vraiment pas drôles mais elle nous emporte du début à la fin sans nous faire lâcher le livre! je dois lire No et moi bientôt ;)

merci pour ton commentaire ^^