Middlesex - Jeffrey Eugenides

Publié le par Madame Tassa

@tassasharesthiswithyou

@tassasharesthiswithyou

Middlesex

Jeffrey Eugenides

 

Résumé: 

Qu’est-ce qui définit le plus le sexe d’un enfant, les hormones ou l’éducation ? Calliope Helen Stephanide est une jeune fille de 15 ans. Cal, un homme de 40 ans. Leur point commun ? Ils ne font qu’un ! Middlesex raconte l’histoire d’un hermaphrodite et plus largement l’histoire d’une famille : des immigrés grecs arrivés aux États-Unis en 1922 après avoir fui leur ville natale envahie par les Turcs. Des terres d’Asie Mineure aux quartiers de Detroit, Jeffrey Eugenides dresse un portrait de l’Amérique des années 20 aux années 70. À la fois épopée et roman d’apprentissage, Middlesex mélange les genres avec une harmonie frappante et un rythme passionnant. Dix ans après le succès de The Virgin Suicides, Jeffrey Eugenides revient avec une saga historique, originale et pleine d’humour. On est loin du thème de son premier roman, même si l’on retrouve des personnages énigmatiques, différents, qui se cherchent et se construisent. Un chef-d’œuvre déjà récompensé par le prix Pulitzer 2003. -- Nadia Krovnikoff (source : Babelio)

En quelques mots, c'est un pavé. Monstrueux chef d'oeuvre de littérature américaine. Symbole du melting-pot et de la littérature de genre qui déconstruit pour construire le monde et son Histoire.

Critique constructive:

Cela faisait un long moment que j'avais acquis ce roman parce qu'on m'avait vanté les talents de Jeffrey Eugenides et que j'avais vu son interview par François Busnel dans ses DVD sur ses pérégrinations aux Etats-Unis. Busnel disait que Jeffrey Eugenides avait su capturer toute l'histoire de l'Amérique, ses valeurs, ses noirceurs, sa complexité, en un seul roman.

La couverture est elle aussi très parlante. Il est vrai qu'en lisant la quatrième de couverture, je ne l'aurais pas forcément acheté. Les quatrièmes de couverture me donnent souvent envie de reposer un livre sur son étagère. La couverture, c'est différent. Ici la belle statue d'un Apollon grec avec des lèvres roses ne signale pas non plus que le roman que je m'apprête à lire parle de l'Amérique, que c'est une grande fresque historique et un grand récit familial.

Sur plus de 600 pages l'auteur nous emmène découvrir les générations d'une famille, les Stephanides. Qui sont-ils ? Des Grecs venus du continent européen qui s'installent à Detroit. Personnages paumés, lunaires, farfelus, complètement barrés, originaux, tous attachants et chacun monstrueux dans sa part de lumière et d'obscurité, tentant d'échapper à la monstruosité des hommes qui tuent d'autres hommes pour garantir la pureté d'une race... on connait la chanson.

Et l'on tombe amoureux de la première génération, Lefty, Desdemona, le docteur Philobosian. Puis Tessie, puis Milton, puis le héros du roman Calliope ou "Cal" et Chapitre Onze... Tout est parfait dans ce roman, dont on dévore chacune des pages, tant elles sont pleines d'enthousiasme, tournées vers l'avenir alors même qu'elles racontent un passé cruel et parfois dramatique. 

Les petites histoires font la Grande Histoire, celle de la construction de l'Amérique, de son Âge d'or, celle où Henry Ford voulut changer la face de la terre avec ses automobiles et son New Way of Life. J'ai trouvé cela très réussi, rien n'est tout à fait manichéen non plus, Jeffrey Eugenides sait nous faire aimer ses personnages et lorsque Milton commence à développer ses idées contre les Noirs, on comprend les opinions d'un côté comme de l'autre, c'est la force du roman.

Et puis la chute, enfin, les chutes, car dans ce roman, tout le monde chute à un moment ou à un autre. L'adolescence est belle, cruelle, pleine de tensions et d'incompréhension. Vous trouverez peut-être que le roman tourne beaucoup autour du sexe, mais c'est bien là la racine du roman, un mariage entre frère et soeur, les grossesses et les déboires des femmes pour tomber enceintes ou ne pas tomber enceintes, les atermoiements et les premiers émois des jeunes adolescents, l'homosexualité, la vie tout simplement.

J'ai adoré ce roman. C'est un grand coup de coeur, un symbole, un roman qui parle de différence, de tolérance, d'ouverture d'esprit, de famille, de déchirure, d'amour d'adolescents et d'amours adultes, de genre mais aussi d'identité.

Chef d'oeuvre.

Ma note finale: 17,5/20 🌟🌟🌟🌟🌟

tous les livres sur Babelio.com

Vous aimeriez lire aussi...:

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

A-Little-Bit-Dramatic 08/03/2017 14:13

Un roman qui a l'air original et doit avoir le mérite de faire réfléchir. D'autant plus qu'il est relativement d'actualité. :) J'aime l'idée qu'il se passe entre les années 20 et 70 qui lui donne un petit côté rétro mais en même temps, je l'imagine très actuel, avec des questionnements assez universaux. Je pourrais peut-être le lire...je ne connais pas l'univers de l'auteur mais c'est un livre qui m'intrigue.

Tassa 08/03/2017 21:18

Il m'intriguait depuis longtemps moi aussi j'ai fini par le dévorer tout cru mais je ne m'attendais pas à aimer, je m'attendais un dur genre "gros classique" qui fait réfléchir sans vraiment bouleverser, mais ça m'a retourné les tripes en parlant grossièrement :) à essayer