Cet été-là - Lee Martin

Publié le par Madame Tassa

Cet été-là

Lee Martin

@tassasharesthiswithyou

@tassasharesthiswithyou

@tassasharesthiswithyou

@tassasharesthiswithyou

Lecture commune avec Zohra051 sur Livraddict (son profil ici) !

Résumé:

Tout ce qu'on a su de cette soirée-là, c'est que Katie Mackey, 9 ans, était partie à la bibliothèque pour rendre des livres et qu'elle n'était pas rentrée chez elle. Puis peu à peu cette disparition a bouleversé la vie bien tranquille de cette petite ville de l'Indiana, elle a fait la une des journaux nationaux, la police a mené l'enquête, recueilli des dizaines de témoignages, mais personne n'a jamais su ce qui était arrivé à Kathy. 
Que s'est-il réellement passé cet été là ? 
Trente ans après, quelques-uns des protagonistes se souviennent. 
Le frère de Katie, son professeur, la veuve d'un homme soupçonné du kidnapping, quelques voisins, tous prennent la parole, évoquent leurs souvenirs. Des secrets émergent, les langues se délient. 
Qui a dit la vérité, qui a menti, et aujourd'hui encore, qui manipule qui ? 

Avec ce magnifique roman polyphonique, littéralement habité par le désir et la perte, Lee Martin nous entraîne dans la résolution d'un crime à travers une exploration profonde et déchirante de la nature humaine. (source: Babelio)

Tout commençait bien pour cette lecture aux éditions Sonatine. Le livre est un bel objet, la couverture est magnifique, attrayante, elle suscite la curiosité. La quatrième de couverture est alléchante, on nous fait miroiter un roman sélectionné pour un très grand prix littéraire international.

A partir de là, les attentes sont grandes.

Ma lecture a commencé doucement, je ne sais pas si cela venait du fait que je n'étais peut-être pas "à fond" dedans, que je le lisais de manière hachée, entrecoupée de différentes tâches ménagères quotidiennes et si c'était le fait que ma tête était occupée ailleurs...? Je ne sais pas. Mais dès les premiers chapitres je n'ai pas senti de frémissement, de frisson, garanti par la quatrième de couverture.

La beauté de l'écriture cependant, si, je l'ai ressentie. L'écriture est vraie et en même temps très romancée, la narration est fluide et fait passer de nombreuses émotions. On sent l'été, la chaleur étouffante, la stupeur des parents, la tension palpable au sein du voisinage. On sent la pesanteur de la situation, on sent le temps s'arrêter aussi. Les chapitres sont courts et opèrent un changement de narrateur à chaque fois (ou presque) mais aussi un changement de date surtout dans la deuxième partie du roman. On passe ainsi du 5 juillet, au 6 juillet, puis le 9 juillet puis de nouveau le 5. Et bizarrement cette narration est très efficace, elle permet de s'immerger véritablement dans l'intrigue.

On sent aussi que l'auteur a voulu donner énormément de profondeur à son histoire. Comme pour justifier cette bizarrerie qui lui fait écrire un roman sans véritable héros, décrivant la vie de personnages quasiment "ordinaires" et où le personnage central est paumé, M. Dees. Le sentiment dérangeant qu'offre ce personnage est contrasté par la bienveillance que l'auteur lui porte, et cela rend la lecture vraiment difficile parfois, surtout au niveau de l'identification. En effet, on ne s'identifie à personne véritablement. Les parents ne sont pas assez étoffés et trop "ordinaires" justement, le frère Gilley est déjà plus intéressant mais même son rôle, qui au départ pourrait prendre une tournure intrigante avec le regard déçu que lui porte son père, finit par devenir normal et négligeable. Le flic Tom n'est pas profondément attachant non plus. Et Katie la disparue est à peine plus enthousiasmante car les seules descriptions qu'on a d'elle proviennent presque uniquement du point de vue de M. Dees.

Je ne peux pas parler de M. Dees plus que cela. Mais lorsqu'on lit la quatrième de couverture : Katie, 9 ans, on se dit qu'il y a sûrement une affaire de pédophilie cachée là-dedans... Vous verrez par vous-même.

Ma déception est donc assez grande, je m'attendais à un thriller psychologique haletant mais il ne s'agit que d'un simple roman décrivant la nature humaine finalement. 

J'ajouterai cependant que l'auteur a une plume vraiment très belle, romanesque, ronde et tendre. Il fait de ses personnages des personnages qui pourraient sembler actifs mais qui sont entrés dans la passivité, qui regardent la vie se dérouler et puis soudain quelque chose va venir les bouleverser et alors leurs réactions sont disproportionnées. J'attendais peut-être encore plus de "violence" ou de "tension", de "suspense" mais l'auteur semble poser un regard d'ensemble sur un évènement qu'il a créé de toute pièce à partir d'un souvenir de son enfance (à la fin du livre). 

Encore une fois je n'avais pas prévu le bon coupable, mais malheureusement même en apprenant qui était le coupable, je n'étais pas surprise. Peut-être la fin a-t-elle été amenée de façon un peu maladroite ? Mais les sentiments de nostalgie et de tristesse sont bien présents vers la fin du roman.

Le livre devient véritablement "palpitant" vers la page 144 du roman.

Les points positifs: le rythme, la narration, le style.

Les points faibles: le manque de suspense, la faiblesse des personnages, peu d'émotions fortes.

Ma note: Style 5/5 Originalité 4/5 Intrigue 3/5 Emotions 2/5 = 14/20

tous les livres sur Babelio.com

Vous pourriez aimer:

Publié dans romans, bookstagram

Commenter cet article