L'Indien Blanc- Craig Johnson

Publié le par Madame Tassa

@tassasharesthiswithyou

@tassasharesthiswithyou

L'Indien Blanc

Craig Johnson

Résumé (source Babelio) : 

Walt Longmire, le shérif du conté d'Absaroka, n'a pas pour habitude de s'éloigner de ses terres familières du Wyoming. Quand il décide d'accompagner son vieil ami Henry Standing Bear à Philadelphie, où vit sa fille Cady, il ne se doute pas que son séjour va prendre une tournure tragique. Agressée pour une raison inconnue, Cady se retrouve dans le coma, première victime d'une longue liste, et Walt doit se lancer sur la piste d'un vaste réseau de trafiquants de drogue. Commence alors une longue errance urbaine sous la surveillance d'un mystérieux Indien blanc.
Ce nouveau volet des aventures de Walt Longmire nous entraîne dans une course-poursuite haletante au cœur de la Cité de l'amour fraternel.

Traduit de l'américain par Sophie Aslanides

"Des romans d'une grande puissance et d'une rare poésie." - Le Figaro magazine

Tout d'abord je tiens à remercier les éditions Gallmeister pour l'envoi de cet opus de Craig Johnson. 

Craig Johnson est un romancier-poète. Terriblement humaniste. Il a l'art de nous balader dans des zones sombres puis dans des moments de lumière et de tendresse intenses. Je ne m'étais pas renseignée sur la position chronologique de ce tome dans la série des Walter Longmire, il s'avère qu'il s'agit du tome précédent les "Enfants de poussière" que j'avais purement et simplement adoré. (retrouvez la critique de ce roman sur mon blog).

Cette fois-ci, nous revoilà immergés dans le cadre désertique et chaud du Wyoming. Walt Longmire et sa fine équipe, Henry l'Indien, Vic la collègue, etc. L'humour est présent dès les premières pages et j'ai beaucoup souri. C'est l'inquiétude constante du personnage de Walt Longmire et son apparence pourtant placide qui fait de lui un homme plein de charme dont on suit les enquêtes avec plaisir. 

Pour une fois il quitte ses bas-fonds pour rejoindre la grande ville de l'amour fraternel, Philadelphie. Il est un peu perdu et cela donne prétexte à l'auteur à des situations assez cocasses. Craig Johnson a toujours cette manière d'écrire, cette plume imagée qui nous fait plonger immédiatement dans la situation. Il a une certaine retenue dans son style, une délicatesse étrangère à la brutalité et la cruauté de la ville comme du désert.

Dans ce roman-ci rien ne se passe comme prévu. Cady, la fille du shérif Longmire est retrouvée sauvagement amochée et emmenée en service de réanimation. Que lui est-il arrivée ? Le livre continue sur une bonne base de suspens. Chaque chapitre contient son lot de rebondissements. Si les meurtres peuvent paraître violents, l'écriture de Craig Johnson les rend supportables. La violence quotidienne des villes et leurs lots de dealers, corrupteurs et drogués est très bien abordée. J'ai peut-être, je dois l'avouer, décroché un peu à un moment. Un léger moment où les choses restent en suspens. Je me suis rendue compte que je confondais les personnages caractérisés de "méchants". 

Finalement, Craig Johnson tente de décrire une société rongée par les vices qu'elle produit elle-même, les avocats qui deviennent véreux, les profiteurs, les commanditaires, ceux qui ont peur, ceux qui tentent de garder une dignité, et ceux qui deviennent des tueurs... 

Les passages les plus émouvants et les plus puissants sont nombreux dans ce roman, notamment les passages qui traitent des Indiens d'Amérique, de leurs rituels, des visions de Henry, les scènes de la fin dans la plaine désertique d'un parc avec les chevaux, si bien décrits, mais aussi les passages à l'hôpital, où Walt Longmire attend longuement la rémission de sa fille et les passages avec le chien qu'il appelle "le chien" sont tellement véridiques. Le roman oscille entre moment de tendresse, humour noir et violence. La fin m'a émue aux larmes comme dans "Enfants de poussière". Les dialogues, je trouve aussi, apportent une réelle dynamique au roman, ils ne paraissent pas faux, ils sonnent justes.

Je suis tombée amoureuse de ce cowboy et de son chapeau, de l'Indien Blanc, de l'humanité qui se dégage inexorablement de ce magnifique polar-wester.

A lire absolument !

Note finale: Style 5/5 Originalité 4/5 Intrigue 3/5 Emotions 4/5 = 16/20

Vous aimeriez lire aussi :

 

Publié dans romans, bookstagram

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Bettina 26/03/2017 22:19

Voilà un polar que je lirai avec plaisir. Je n'ai pas encore essayé. J'avoue adorer tout ce qui est suédois et islandais!
Gallmeister est une tr!s belle maison d'édition.

Madame Tassa 27/03/2017 11:36

Eh oui je vous le conseille, c'est à lire car c'est un très bon polar !