Eh bien dansons maintenant ! - Karine Lambert

Publié le par Madame Tassa

@tassadanslesmyriades

@tassadanslesmyriades

Eh bien dansons maintenant !

Karine Lambert

Résumé:

Elle aime Françoise Sagan, les éclairs au chocolat, écouter Radio Bonheur et fleurir les tombes.Il aime la musique chaâbi, les étoiles, les cabanes perchées et un vieux rhinocéros solitaire. Marguerite a toujours vécu dans l'ombre de son mari. Marcel a perdu celle qui était tout pour lui. Leurs routes se croisent, leurs c?urs se réveillent. Oseront-ils l'insouciance, le désir et la joie ? Après le succès de L'immeuble des femmes qui ont renoncé aux hommes, traduit dans de nombreux pays, Karine Lambert signe un roman lumineux sur la fragilité et l'ivresse d'une histoire d'amour à l'heure où l'on ne s'y attend plus. (source: Babelio)

Je remercie les éditions du Livre de Poche pour l'envoi de ce roman! 

Cette histoire commence doucement, comme une petite romance doucereuse, un peu déçue, un peu décevante, car Marguerite et Marcel pensent tous les deux qu'ils n'ont plus le droit de connaître cette palpitation, cette excitation de l'amour naissant... cependant, c'est ce qu'ils vont vivre.

Lorsque je me suis engagée dans cette lecture j'étais plus que sceptique. Le titre fait très "commercial", la couverture aussi, et aucun des deux ne reflète vraiment ce que révèle ce roman de Karine Lambert dont la plume simple, sans artifice tente de décrire quelque chose de doux, de tendre et de cruel à la fois.

L'âge venant, Marguerite se sent soudain différente, lorsque son mari meurt subitement, elle doit faire face à la solitude, à soixante-dix ans, mais une solitude nouvelle, parce qu'avant elle se sentait seule quand même, car son mari, elle ne l'aimait plus vraiment. Et puis, il y a aussi Marcel, qui vit dans les remords, les regrets, la mélancolie, parce qu'il a perdu Nora, l'amour de sa vie, disparue, comme ça d'un claquement de doigts.

Si l'on s'ennuie un peu au début du roman, c'est que la rencontre entre Marguerite et Marcel semble un peu désuète, un peu banale. On ne s'attache pas tout de suite aux personnages. Et puis il y a le fils, Frédéric, bien agaçant, qui ne comprend rien à rien à ce nouveau bonheur que vit Marguerite.

Mais en fait, Frédéric, le fils de Marguerite, et Manou, la fille de Marcel, vivent leur deuil eux aussi. Ils ont droit à leur part de doute face à l'histoire d'amour qui nait entre Marcel et Marguerite. C'est avec cette sincérité que Karine Lambert déroule son histoire.

J'ai trouvé soudain une gravité dans ce roman, qui m'a émue. Lorsque Frédéric envoie sa mère dans une "maison de retraite" dissimulée en maison de repos cossue, on sent la chape de plomb, le désespoir. Est-ce que cela nous arrivera un jour? Si oui, comment le vivrons-nous ?

Une fois cette étape passée, Marguerite s'enfuie avec Marcel, et à partir de la deuxième moitié du roman, qui d'ailleurs est très court, l'histoire est plus palpitante, plus touchante.

La fin est d'autant plus émouvante, qu'elle est surtout terrifiante. Et j'ai eu les larmes aux yeux, parce qu'au final, ce genre d'histoire, on finit par tous en vivre une de nos jours. La pire chose qui puisse arriver à part la solitude, c'est l'oubli.

Alors, vivons maintenant! 

Note: Originalité 4/5 Style 3.5/5 Intrigue 4/5 Emotions 4/5 = 15.5/20 ❤❤

Publié dans romans, bookstagram

Commenter cet article