La Dent du Serpent - Craig Johnson

Publié le par Madame Tassa

@tassadanslesmyriades

@tassadanslesmyriades

La Dent du Serpent

Craig Johnson

Résumé:

Toute cette affaire n’avait au départ l’air de rien : un gamin fugueur qui se réfugie dans un cabanon et se nourrit en se servant dans les placards d’une vieille dame. Mais quand le shérif Walt Longmire essaie de ramener Cord chez lui, il se retrouve face à une propriété gardée par des miradors qui abrite une communauté polygame. Et tout ce petit monde, orchestré par un patriarche habile et un homme de main au passé trouble, affirme ne rien savoir de l’adolescent. Le shérif s’engage alors avec son équipe dans une enquête très glissante dont ils ne ressortiront pas indemnes.

La Dent du serpent place le shérif du comté le moins peuplé de l’État de moins peuplé des États-Unis face au pire des adversaires qu’il ait jamais eu à affronter. (source: Babelio)

Merci aux éditions Gallmeister de m'avoir envoyé ce roman!

Au lieu de dire que pour une énième fois j'ai aimé cet épisode de la série du Shérif Walt Longmire de Craig Johnson, je vais vous raconter quelques épisodes de lecture...

Jour 1: Ca y est je me plonge dans ce roman. Je suis très enthousiaste à l'idée de retrouver le shérif et son ami Indien, alias la Nation Cheyenne ainsi que ses acolytes. Je m'installe au fond du canapé, un plaid sur les jambes, et j'entrouvre l'ouvrage avec une grande joie. La couverture est mystérieuse et le serpent à sonnettes nous attend entre les pages.

Jour 2: L'histoire commence sur les chapeaux de roues ! Avec beaucoup d'humour, l'auteur se glisse une nouvelle fois dans les santiags du shérif et celles de son équipe. Ils croisent la route d'une bonne femme qui croit aux anges puis d'illuminés religieux un peu sectaires. L'aridité de la région se fait ressentir. J'adore retrouver cette ambiance western. Le shérif Walter tombe sous le charme du jeune Cord, un gamin paumé qui s'est échappé d'une secte...

Jour 3: C'est toujours compliqué de lire ce genre de roman. J'ai pour habitude de lire 3 livres en même temps mais là c'est impossible car l'intrigue, les intrigues, sont denses et complexes, il faut rester concentré (de tomates). L'auteur a l'air de manipuler nos sentiments et surtout il ajoute une grande part de contexte historique/sociétal/culturel et j'adore, oui j'adore les romans dans lesquels j'apprends des choses!

Jour 4: le shérif Walter Longmire est bien épris de Vic, sa collègue du bureau. C'est une femme forte qui ne mâche pas ses mots et je l'adore. Ils essayent de retrouver un autre illuminé (il semble qu'il y en ait beaucoup dans ce roman), qui se prend pour un prophète âgé de plus de 200 ans. La parole du Seigneur est sacrée. L'auteur traite des problèmes de religion et de croyances, de pauvreté, de naïveté, de fanatisme, de délinquance, d'éducation, de bêtise humaine, de soumission et de manipulation. 

Jour 5: Qu'est-ce qui guide le peuple ? Dieu ? L'Amour ? Que vous êtes naïfs et bêtes ! Pour l'auteur, c'est définitivement le pétrole ! 

Jour 6: Je lis par petite touche. C'est un peu sombre. Il y a beaucoup plus de suspense à la fin comme d'habitude chez cet auteur. Avec quelques twists et retournements de situation, les coupables s'illustrent dans leur bêtise, des morts s'accumulent entre les pages, des collègues perdent du sang et des organes au nom de la justice! 

Jour 7: Encore une fois, dans ce roman, comme dans les deux précédents que j'ai lus (L'Indien Blanc et Enfants de poussière), l'auteur s'attache à une figure ambiguë et presque sanctifiée, une figure paternelle, une figure de prophète, de grand sage-philosophe, de gardien de phare, de guide spirituel, porteur de messages, ici en la personne de Orrin Porter Rockwell. Orrin perd la tête, mais que voulez-vous, l'espionnage et les histoires d'argent et de corruption, ça vous change un homme !

Jour 8: Fin de lecture. Dans un souffle poétique, et après des péripéties inspirées des  meilleurs westerns, le roman m'arrache des larmes de soulagement et de compassion envers les personnages de Vic et du shérif. L'auteur manie les mots avec instinct mais aussi avec beaucoup de délicatesse. Cette terre sèche et aride, ce monde cruel et violent, n'auront pas le coeur du shérif à l'usure. 

Une réussite!

Ma note: Originalité 4/5 Style 4/5 Intrigue 4/5 Emotions 4/5 = 16/20 ❤❤❤

Publié dans romans, bookstagram

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article