Ne Lâche Pas Ma Main - Michel Bussi

Publié le par Madame Tassa

Ne Lâche Pas Ma Main - Michel Bussi

Ne Lâche Pas Ma Main

Michel Bussi

Résumé:

Soleil, palmiers, eaux turquoise de l’île de La Réunion et un couple amoureux. Cocktail parfait. Pourtant le rêve tourne au cauchemar. La femme disparaît de sa chambre d’hôtel. Son mari, soupçonné du meurtre, s’enfuit en embarquant leur gamine de six ans. Le plan Papangue, équivalent insulaire du plan Epervier, enclenche une course-poursuite vite ponctuée de cadavres, dans un décor prodigieux et au cœur de la population la plus métissée de la planète.

Bon, disons-le tout de suite, je n'ai pas aimé ce polar-là. J'avais pourtant accroché à son "Un avion sans elle". Je pourrais m'arrêter là mais vous savez bien que ça n'est pas mon genre. Voici donc mon avis construit (ou pas):

Critique n°1) Il y a quelque chose de dérangeant dans ce roman. Dès que je l'ai commencé j'ai ressenti comme une gêne, nous sommes bien sur l'île de La Réunion, il fait chaud, des gens barbotent dans une piscine d'un hôtel luxueux, et puis voilà quoi, le début est sans intérêt. Pourtant tout commence sur les chapeaux de roues. Une femme disparaît. Epiée par le regard désapprobateur du personnel de l'hôtel. Et c'est là où le bât blesse ... parce que ce genre de situation si elle peut paraître banale voire commune, eh bien je suis désolée mais cela fait très "cliché" !

Critique n°2) Et ça n'est pas tout. J'ai eu l'impression de me faire un peu arnaquer avec ce roman. Certes l'auteur nous plonge dans une immersion totale réunionnaise, utilisant même le vocabulaire du lieu, du patois, du folklore, tout un tas d'éléments culturels venant "justifier" un vide sidéral de profondeur romanesque. Les conflits dans les couples sont idiots et déjà vus, d'ailleurs les couples sont inintéressants. Entre l'avocat et sa femme, couples de notables qui sont assez froids et hautains et puis le couple Martial/Liane Bellion, un couple "fragile" avec une gamine et un lourd secret.... ça ne prend pas.

Critique n°3) Exit les vacances sous les cocotiers, les cocktails et le bronzage en bikini, la gendarmerie arrive ! On retrouve des traces de sang dans la chambre de la disparue, louche hein? Ce qui m'a gênée le plus, c'est le regard de mépris du personnel de l'hôtel envers ce genre de "couple bobo". Si cela est censé nous amener à soupçonner l'un d'eux, c'est un peu grossier, non? Et puis ce côté: le touriste blanc est le coupable idéal, euh, ouais, d'accord mais je n'ai pas ressenti cette empathie nécessaire envers Martial et Liane pour comprendre leur souffrance.

Critique n°4) La suite est palpitante, j'étais obligée de tout lire, de finir ce roman pour savoir la fin! Mais la fin ma tellement déçue... une banale histoire de vengeance et tirée par les cheveux en plus qui se termine par une confrontation hyper caricaturale... C'est le roman d'une course poursuite folle qui nous entraîne dans des paysages vertigineux de la Réunion. Oui cette île a l'air splendide, oui, Michel, vous nous la vendez bien. Mais sinon, il n'y a pas de réelle profondeur quant à l'implication d'une telle intrigue dans un contexte réunionnais. Enfin bref, tout ça pour dire que des histoires comme ça, cela me rappelle Meurtres au Paradis, la série de France 2 (série que j'aimais bien au début... mais qui s'est étalée dans les clichés également).

Critique n°5) Des situations étranges voire sans queue ni tête surviennent et le malaise arrive aussi rapidement ... surtout cette relation père-fille entre Martial et sa fille... Je vois bien que l'auteur a voulu faire preuve d'ambiguïté (sexuelle) et intégrer un soupçon de perversité dans le comportement de Martial, le faire passer pour un fou qui voudrait peut-être se débarrasser de sa fille. Mais c'est plutôt gênant en fait. Et puis je n'ai ressenti aucune sympathie pour les gendarmes, Aja et Christos. Ils sont certes peu conventionnels mais ils n'avaient pas l'étoffe pour faire face à des rebondissements plus qu'absurdes...

Après, peut-être que des Réunionnais ont aimé ce livre (?) je ne sais pas, je ne veux pas juger. Mais je trouve qu'ici le choix du lieu semble être comme un opportunisme plutôt qu'une réelle justification, un peu à la manière des Guillaume Musso ou Marc Lévy qui développent leurs histoires aux Etats-Unis pour faire "genre".

J'avais beaucoup, beaucoup aimé "Un avion sans elle", qui était la preuve chez l'auteur d'une réelle maîtrise du polar/thriller psychologique, avec un mélange de bizarre, de suspense, de mystère, une profondeur psychologique, un récit trépidant, une enquête journalistique fouillée. Ici je n'ai trouvé qu'une coque vide de noix de coco et tout le jus avait disparu. J'espère me réconcilier avec un Michel Bussi bientôt. Je le conseille néanmoins pour se distraire cet été.

Note : Originalité 3.5/5 Style 3.5/5 Intrigue 3.5/5 Emotions 2.5/5 = 13/20 ❤❤

Publié dans romans, bookstagram

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Anne Sophie 11/06/2017 13:33

J'avais adoré ce livre ! Mon préféré de l'auteur (bien que je ne les ai pas tous lus)

Madame Tassa 11/06/2017 19:21

Je pense que j'ai été trop impressionnée et agréablement surprise par les premiers et que celui-ci m'a fait l'effet d'une vraie déception. Trop de poncifs.