Ni terre ni mer - Anne Von Canal

Publié le par Madame Tassa

@tassadanslesmyriades

@tassadanslesmyriades

Ni terre ni mer

Anne Von Canal

Slatkine&Cie

Résumé:

"Il pensa à Pelle, au muret du cimetière, à Frida, à la porte grinçante du grenier, il pensa à l'horloge de l'entrée, aux craquements du parquet l'été et à l'odeur des sièges en cuir de la bibliothèque. Trois secondes lui suffirent pour faire ses adieux à ce qui lui semblait important." 
Tout attendre et tout laisser, partir, revenir, toujours recommencer. Combien de fois Laurits Simonsen peut-il refaire sa vie ? 
Roman virtuose de l'Allemande Anne von Canal, Ni terre ni mer déroule et découvre les ressacs d'une existence ballottée par les bonheurs suaves du quotidien et la banalité d'un drame. (source: Babelio)

Je remercie les éditions Slatkine&Cie pour l'envoi de ce superbe roman! 

Lorsqu'on entre dans cette lecture, on y plonge lentement mais sûrement. Cela commence par un drame, un naufrage. Et puis petit à petit, l'on entre dans la vie, les vies de Laurits, un homme, un fils, un enfant puis un adulte, qui se cherche, mais surtout, c'est l'image d'un père qui est dépeinte.

Avec une grande maîtrise du romanesque, Anne Von Canal m'a complètement bouleversée. Son écriture est juste, elle nous fait adhérer immédiatement à cette atmosphère lugubre, où se mêlent un lourd passé et une envie de se tourner vers le futur.

C'est un roman sur le deuil des choses de la vie. Laurits qui fait le deuil de sa passion, Laurits qui fait le deuil de son enfance et de son insouscience, Laurits et le deuil de son histoire d'amour, puis Laurits et le deuil de sa carrière de médecin gynécologue, Laurits et le deuil de son enfant. Mais pour autant, ça n'est pas déprimant. C'est un beau roman, qui nous entraîne dans les entrailles de l'Histoire à travers l'histoire de ce héros qui voulait juste jouer du piano. La confrontation entre le père de Laurits, strict et austère (dont les idées sur la femme en général et l'avenir de son fils sont bien moches...) et la mère, artiste et rêveuse, est cruelle et dramatise la situation de Laurits, coincé entre les deux. Dans ce roman nous voyageons entre pays du Nord, Stockholm et pays de l'ancienne URSS mais aussi sur les mers et les océans. C'est un roman emprunt de nostalgie et de pardon.

Avec un roman qui joue sur les flash-backs, les passages comme dans un journal de bord, avec des coordonnées géographiques (eh oui je me suis amusée à les retrouver sur Google Earth pour savoir où se trouvait Laurits à chaque passage), l'esprit vagabonde dans une sorte de grande enjambée de la vie d'un homme. 

J'ai été très, très émue, surtout à la fin, car j'avoue avoir trouvé le début un peu long. Mais lorsque le passé de Laurits Simonsen refait surface, tout devient plus intéressant, l'écriture est magnifique, poétique, avec un style subtil qui parvient à nous faire lire avec enthousiasme les différentes vies de cet homme et la reconstruction qu'il va tenter d'opérer pour panser les plaies du passé, en blessant beaucoup de gens sur son chemin. A lire! 

Ma note: Originalité 4/5 Style 4,5/5 Intrigue 3,5/5 Emotions 4,5/5 = 16,5/20  ❤❤❤​​​​​​​

Vous aimeriez lire également:

Publié dans romans, bookstagram

Commenter cet article