Thérèse Raquin - Emile Zola

Publié le par Madame Tassa

@tassadanslesmyriades

@tassadanslesmyriades

Thérèse Raquin

Emile Zola

 

Résumé : À vingt-sept ans, en 1867, Émile Zola ne s’est pas encore attaqué aux Rougon-Macquart, son œuvre géante. Comment s’imposer « quand on a le malheur d’être né au confluent de Hugo et de Balzac » ? Comment récrire La Comédie humaine après ce dernier ? Les grands créateurs sont parfois gênants pour ceux qui viennent après eux. Mais ses tâtonnements sont brefs. Thérèse Raquin, son premier grand roman, obtient un vif succès. Thérèse a été élevée par sa tante dans le but d’épouser son fils, un homme au tempérament maladif. Bientôt, elle ne supporte plus cette vie cloîtrée, ni ce sinistre passage du Pont-Neuf où Mme Raquin installe sa mercerie. Toute sa sensualité refoulée s’éveille lorsqu’elle rencontre Laurent, un peintre raté dont elle devient la maîtresse. Les amants décident de noyer le mari. L’âpreté, la sexualité, le crime. Zola est déjà Zola dans ce mélange puissant de roman noir et de tragédie, dans cet implacable réalisme social et humain. (Source: Babelio)

Parmi toutes les belles choses qui ont pu être dites au sujet de cette oeuvre de Zola, j'ai peur de répéter bien des banalités. Pourtant ce court roman est un condensé de quelque chose d'impressionnant, de moderne, de sérieux et de fantastique à la fois.

A travers l'histoire banale d'un couple d'amants qui s'aiment et finissent par assassiner le mari gênant, Emile Zola parvient à apporter des éléments romanesques qui tiennent du mythe et Thérèse Raquin n'est donc pas un roman comme les autres. Il décrit méticuleusement la psychologie de ses personnages, allant parfois très loin dans l'interprétation de leur comportement et de leurs moindres faits et gestes. Le roman est à la fois très sensuel, très érotique, et en même temps, très sauvage, très cruel, très sombre.

Peu à peu, Zola, comme un sculpteur, façonne à sa manière un simple bloc de granite en une statut mythique: une femme, Thérèse Raquin. Et je pense que c'est sûrement là où le roman est moderne, c'est qu'il prend le parti d'une femme et non d'un homme. Et Zola ne tente pas de défendre l'indéfendable (l'adultère, les tromperies, les mensonges ou le meurtre), mais il tente tout simplement de donner un corps et des cris à ses personnages.

Il nous emplit d'effroi lorsque le spectre du mort vient hanter le couple, il nous terrifie face à la terrible vérité qui sera révélée à la pauvre Madame Raquin, paralysée et muette après un arrêt cardio-vasculaire. 

C'est un thriller psychologique très hitchcockien, sur la déchéance d'un couple, c'est réaliste et en même temps tragique dans l'histoire d'amour et le crime et puis il y a une grande part de fantastique dans les ombres, les flammes, les spectres, les cauchemars et les peurs. 

A lire absolument !

Ma note : Style 4/5 Originalité 4/5 Intrigue 4/5 Emotions 4/5 = 16/20 ❤ ❤ ❤ ❤

Commenter cet article

Corentine 05/08/2017 10:37

J'ai adoré ce roman. Etant une grande amatrice de Zola, j'ai été stupéfaite d'une telle modernité dans ce texte et d'un suspens haletant qui sort des Rougon-Macquart ! Un délice !

Madame Tassa 07/08/2017 09:56

C'est exactement cela ! Au départ j'ai eu une hésitation: était-ce vraiment du Zola, ça ? :) Eh bien, oui ! incroyable !