Evariste - François-Henri Désérable

Publié le par Madame Tassa

@tassadanslesmyriades

@tassadanslesmyriades

Evariste

François-Henri Désérable

Résumé: À quinze ans, Évariste Galois découvre les mathématiques ; à dix-huit, il les révolutionne ; à vingt, il meurt en duel. Il a connu Raspail, Nerval, Dumas, Cauchy, les Trois Glorieuses et la prison, le miracle de la dernière nuit, l'amour et la mort à l'aube, sur le pré. C'est cette vie fulgurante, cette vie qui fut un crescendo tourmenté, au rythme marqué par le tambour de passions frénétiques, qui nous est ici racontée. Ce livre fait partie des 5 finalistes du prix RTL-Lire 2015. (source: Babelio)

François-Henri Désérable nous dresse un portrait très court et très sommaire de la vie d'Evariste Galois. Et pour cause, il ne vécut que vingt années. Vingt années d'une vie riche, une vie de génie. Mais quel portrait ! C'est avec une grande maîtrise et un récit qui interpelle le lecteur que l'auteur nous amène de fil en aiguille, à aimer ce mathématicien, qui n'était qu'un jeune garçon, finalement.

La force majeure de ce récit, c'est la forme que l'auteur lui donne. Il façonne son portrait comme il façonnerait la statue d'un grand homme, tout en l'intégrant dans le contexte historique et social qui fit de lui ce qu'il est devenu. Car Evariste Galois connut les Trois Glorieuses, il voulut se dresser contre la monarchie, il frôla la délinquance, et il connut les débuts de l'Ecole Normale qui n'était pas encore normale, fit ses gammes chez Louis Le Grand, évolua parmi les jeunes pédants, quand lui rêvassait et s'ennuyait en classe.

Un autre point fort du livre: c'est l'humour de l'auteur. Il nous fait tour à tour devenir le chapeau à ruban du jeune Evariste, lui devient ses souliers, il change les points de vue, qui sont d'une originalité incroyable, il nous rappelle la grande Histoire tout en nous trompant avec des comparaisons drolatiques au sujet d'autres grands évènements. Il réinvente la vie d'un jeune enfant, puis d'un adolescent puis d'un étudiant, adulte de vingt ans, qui tombe malgré lui amoureux, ce qui le mènera à sa perte. 

A travers ce texte, François-Henri Désérable se rit de nous lecteurs, qui avions cru peut-être lire une véritable biographie, il se rit aussi de l'Histoire, car tous les grandes choses qui se déroulaient autour d'Evariste comptaient peu aux yeux du jeune prodige.  L'auteur nous entraîne dans un élan virtuose de bons mots et de jolies expressions, il rend hommage à Evariste Galois, en jetant à la poubelle son théorème de mathématique dont il avoue ne rien comprendre. Ce qu'il veut, c'est nous dire que derrière le cerveau, il y avait l'homme, derrière l'homme il y avait une histoire, derrière l'histoire, une réalité presque universelle: tout homme a une fin, aussi stupide soit elle et tout homme veut laisser une trace de lui pour l'Après. Evariste laissa un mémoire sur les mathématiques, ces Nombres qu'il voyait comme Rimbaud voyait le Verbe.

Ce n'est pas un coup de coeur absolu mais c'est un livre magnifique, utile, qui pourrait paraître trop érudit et trop pompeux pour certains, mais qui fait le tour de la question, brièvement, et c'est toujours ce qu'il y a de mieux! 

Ma note : Style 5/5 Originalité 4/5 Intrigue 4/5 Emotions 4/5 = 17/20 ❤❤❤

Vous aimeriez lire également:

Publié dans romans, bookstagram

Commenter cet article