Ne fais confiance à personne (Trust No One) - Paul Cleave

Publié le par Madame Tassa

@tassadanslesmyriades

@tassadanslesmyriades

Ne fais confiance à personne

(Trust No One)

 Paul Cleave 

 

Résumé: (source: éditeur) Il y a pire que de tuer quelqu’un : ne pas savoir si on l’a tué. Les auteurs de thrillers ne sont pas des personnes très fréquentables. Ils jouent du plaisir que nous avons à lire des histoires abominables, de notre appétit pour des énigmes qui le plus souvent baignent dans le sang. Ils peuvent parfois donner des idées. Eux-mêmes, à force d’élaborer des crimes presque parfaits, ne sont pas à l’abri d’aller tester leurs fictions dans la réalité. Prenez par exemple Jerry Grey, ce célèbre romancier, qui ne sait plus très bien aujourd’hui où il en est. À force d’inventer des meurtres plus ingénieux les uns que les autres, n’aurait-il pas fini par succomber à la tentation de passer à l'acte ? Dans cette institution où on le traite pour un alzheimer précoce, Jerry réalise que la trame de son existence comporte quelques inquiétants trous noirs. Est-ce dans ses moments de lucidité ou dans ses moments de démence qu’il est persuadé d’avoir commis des crimes ? Quand la police commence à soupçonner les histoires de Jerry d’être inspirées de faits réels, l’étau commence à se resserrer. Mais, comme à son habitude, la vérité se révèlera bien différente et bien plus effroyable que ce que tous ont pu imaginer ! Entre Shutter Island (Dennis Lehane) et Un employé modèle, Paul Cleave signe sans conteste avec Ne fais confiance à personne son chef d’œuvre.

Merci aux éditions Sonatine et à Netgalley.

Publié à la mi-août, ce thriller a été pour moi aussi addictif qu'un Paula Hawkins dans 'La fille du train'

Les premières pages sont assez confuses, parce que Jerry Grey ne la nomme pas tout de suite, sa maladie. On se dit, tiens, un personnage atteint de démence, de folie, de sénilité ? Déjà vu, non ? Surtout que l'éditeur vante son roman comme un petit frère de 'Shutter Island'. Eh bien, une trentaine de pages plus tard, me voilà embarquée dans le train rythmé d'un thriller palpitant, essoufflée par la cadence trépidante de l'auteur Paul Cleave qui nous immerge totalement dans l'esprit d'un type atteint du Grand A, le capitaine A, comme il l'appelle... Alzheimer. Une fois la maladie personnifiée, décrite, les mésaventures de Jerry s'enchaînent. Il n'est plus Jerry, il est Henry, il ne sait plus où il vit, qui est mort, qui est en vie?... est-il écrivain ou le personnage des romans qu'il écrit, est-il victime ou coupable ?

La grande force du roman se situe dans les pistes dans lesquelles nous égare l'auteur. Jerry Grey oublie qu'il est en maison de santé, il croit qu'il est à l'hôtel, en tournée de dédicace, et on y croit nous aussi, aveuglément. Dans les méandres de son cerveau abîmé, nous plongeons tête la première, sans regarder derrière, en se demandant: cela va-t-il empirer ? Que va-t-il oublier, encore ? Et surtout: de quoi va-t-il se souvenir !?

Le personnage principal est terriblement attachant, parce que l'oubli, la perte de mémoire, c'est ce qu'il y a de pire, et l'auteur le décrit très bien: autant crever, il aurait préféré avoir le Grand C, le cancer. Et dès les premières pages, on sent que Jerry porte le fardeau de meurtres, pas qu'un seul, plusieurs. Les autres personnages autour de lui sont flous, vont-ils l'aider ? le soutenir ? ou l'enfoncer ? C'est stressant et incroyablement distrayant !!

Ce thriller a le pouvoir de vous rendre indécis: vous ne savez plus, vous doutez, vous vous dites qu'untel est coupable, puis un autre, et en fait, vous avez tort, et Jerry aussi, car on est entraîné dans une enquête avec lui: l'investigation se déroule dans sa tête et dans ses carnets. L'écrivain écrit pour se relire et se souvenir. Et alors, on nage en plein délire. L'auteur questionne la place de l'écrivain. Surtout ceux qui décrivent des meurtres.

Je me suis souvenue d'un très bon thriller basé sur l'oubli et la mémoire également, lu cette année, de S.J. Watson 'Avant d'aller dormir',  et en effet on pense à 'Shutter Island', tant la folie prend le dessus: où est la part de vérité ? Où se trouve le réel ? Jerry se ment-il à lui-même pour se protéger ? Ment-il aux policiers pour ne pas être inculpé ? Ou bien quelqu'un l'a-t-il trahi ? Telle est la question ! Et la maladie embrouille tout le monde, on en perd la tête !

On ne lâche pas ce livre et on le dévore d'une traite, parce que le dénouement est foudroyant ! J'ai adoré ! A lire d'urgence !

Ma note : Originalité 4/5 Style 4/5 Intrigue 4/5 Emotions 4/5 = 16/20 ❤❤​​​​​​​❤​​​​​​​❤​​​​​​​

Vous aimeriez lire aussi: 

Commenter cet article

Kerry Legres 26/08/2017 16:16

Je le note de toute urgence !! Il a l'air génial :D

Madame Tassa 26/08/2017 21:19

Il l'est !! et je conseille S.J. Watson "Avant d'aller dormir" dans la même veine !