Tout n'est pas perdu - Wendy Walker

Publié le par Madame Tassa

@tassadanslesmyriades

@tassadanslesmyriades

Tout n'est pas perdu

Wendy Walker

Résumé: Pouvait-elle vraiment tout oublier ? Le nouveau phénomène du thriller psychologique Alan Forrester est thérapeute dans la petite ville cossue de Fairview, Connecticut. Il reçoit en consultation une jeune fille, Jenny Kramer, quinze ans, qui présente des troubles inquiétants. Celle-ci a reçu un traitement post-traumatique afin d'effacer le souvenir d'une abominable agression dont elle a été victime quelques mois plus tôt. Mais si son esprit l'a oubliée, sa mémoire émotionnelle est bel et bien marquée. Bientôt tous les acteurs de ce drame se succèdent dans le cabinet d'Alan, et lui confient leurs pensées les plus intimes, laissant tomber leur masque pour faire apparaître les fissures et les secrets de cette petite ville aux apparences si tranquilles. Ce thriller, d'une puissance rare, plonge sans ménagement dans les méandres de la psyché humaine et laisse son lecteur pantelant. Entre une jeune fille qui n'a plus pour seul recours que ses émotions et une famille qui se déchire, tiraillée entre obsession de la justice et besoin de se reconstruire, cette intrigue à tiroirs qui fascine par sa profondeur explore le poids de la mémoire et les mécanismes de la manipulation psychologique. Wendy Walker est une avocate de renom dans le Connecticut. C'est son premier roman traduit en France. Il est en cours d'adaptation cinématographique par la Warner et l'équipe de producteurs du film Gone Girl de David Fincher. (source: Babelio)

D'un point de vue subjectif, je n'ai pas apprécié "Tout n'est pas perdu" de Wendy Walker, d'un point de vue plus objectif, je lui trouve des qualités. Premièrement, je lui trouve certaines qualités narratives. Pour un premier roman, l'auteure commence fort, avec un récit abordé par le biais d'une écriture au style chirurgical, glacial, distant mais terriblement efficace vu le thème abordé. C'est pourtant aussi un défaut, car j'ai ressenti peu d'empathie pour les personnages et surtout la victime du viol Jenny Kramer. En tentant de nous garder à distance du sujet "d'étude" comme si nous étions dans une sorte d'analyse psychologique, les sentiments semblent s'évaporer et l'on tombe dans la pure bestialité. Le viol est vraiment violent, atroce, à vomir et le reste du roman l'est également, comme si l'auteure avait voulu nous torturer, nous triturer l'esprit.

Deuxièmement, il y a un côté pervers que j'aime bien dans ce thriller. Finalement, nous regardons les personnages au travers des yeux d'un psy. Et c'est là l'idée géniale du roman: prendre aux pieds de la lettre le terme "thriller psychologique" et nous fournir tous les éléments d'une bonne trame à suspense avec la montée en puissance, celle qui vient de la tête des gens, d'où le côté "psychologique". On suit, séance après séance, les confessions des uns et des autres et malaise après malaise, on comprend que quelque chose de plus sombre dissimule la terrible vérité. C'est là aussi le défaut de l'oeuvre: à force de confessions, on se perd et rentrer dans la tête des gens, tous plus affolés les uns que les autres par une telle situation, nous plonge totalement dans le noir, l'obscurité. Où est la lumière ?

Troisièmement, l'auteure se base sur deux faits issus de la réalité: le fait scientifique du traumatisme d'un viol, et puis le fait scientifique au sujet d'une méthode pour oublier les souvenirs les plus horribles (notamment chez les soldats qui subissent un choc post-traumatique). De ce fait, on pourrait se dire que le roman est crédible. La morale étant que malheureusement, le corps vous rappellera toujours ce que la mémoire a oublié et que vous aurez beau lutter pour ne pas vous souvenir, le passé vous poursuivra partout même en Enfer. Mais n'est-ce pas là ce que tout roman nous rappelle ? La littérature est pleine de ces romans qui vous voient pourchassés et hantés par les démons du passé...

Malgré tout, on ne peut pas nier le suspense fracassant que l'auteure met en place. Et alors que l'on croit que tout va être cousu de fils blancs, une seconde histoire se superpose à la première et ce n'est plus qu'une escalade de la violence. Car le roman dépeint une animalité chez l'être humain, assez désespérante.

Un thriller audacieux mais... effrayant !

Ma note : Originalité 4/5 style 3/5 Intrigue 4/5 Emotions 2/5 = 13/20 ❤❤​​​​​​​

Vous aimeriez lire aussi : 

Publié dans romans, bookstagram

Commenter cet article