Un élément perturbateur - Olivier Chantraine (Rentrée Littéraire 2017)

Publié le par Madame Tassa

@tassadanslesmyriades

@tassadanslesmyriades

Un élément perturbateur

Olivier Chantraine (Rentrée Littéraire 2017)

Résumé: Serge Horowitz est hostile à toute forme d'engagement. Sa soeur l'héberge chez elle. Il ne doit son travail dans un cabinet de consulting qu'à son frère, ministre des Finances. Pour ne rien arranger, il est hypocondriaque et connaît des moments d'aphasie incontrôlables. C'est une de ces crises qui le saisit alors qu'il est en pleine négociation avec une société japonaise. Quand lui revient la parole, il fait capoter l'affaire... Mis en demeure de réparer son erreur, le voici lancé dans l'opération de la dernière chance, accompagné de Laura, son associée. Mais les déconvenues s'enchaînent. (source : Babelio)

Serge est un homme agaçant. Un élément perturbateur, lui? Oui mais c'est plutôt lui que l'on perturbe ! Il a tout de l'anti-héros, ce dont l'auteur arrive très bien à nous en dépeindre un portrait de type chiant et ennuyeux dans la vie. Pour ne rien gâcher il est hypocondriaque et ne se rend pas compte lui-même qu'il ne parvient pas à se responsabiliser.

Ce qui donne lieu à quelques situations étranges et rocambolesques...

Depuis un traumatisme familial, explique-t-il, il refuse la réalité, il n'est pas comme sa soeur ni son frère, il est dans sa bulle. Peut-être un peu dans le déni...

Et pourtant ce type si étrange va être employé dans la pire agence qui soit pour un gars comme lui. Casé par son frère, haut placé au Ministère, il doit s'occuper de finance alors que lui-même n'y entend pas grand chose. Ses propres analyses de finance sont idéalistes et utopistes. Si au début du roman on ne s'attache pas du tout auX personnages, ni à Serge, ni à son frère, horripilant ni à sa collègue Laura, qui saute sur Serge à la moindre occasion, attirée sûrement par les ratés. ..., on finit tout de même par trouver le récit engageant. D'ailleurs c'est un vrai rôle de raté que l'auteur nous élabore.

Petit à petit à force de maladresses, Serge ré apprend à vivre sa propre vie et à construire sa personnalité qu'il avait mise de côté.

On peut se dire justement qu'il était plus qu'inintéressant lorsqu'il n'avait aucune personnalité et les seuls moments agréables où l'auteur parvient à distiller de l'humour et de la chaleur humaine se déroulent à la fin du roman lorsque Serge trouve son équilibre dans l'opposition qu'il tient contre son frère qui veut devenir président de la république... C'est donc avec un roman légèrement bancal tout comme son personnage principal , que l'auteur veut nous montrer une société qu'on peut décemment abhorrer : l'ultra libéralisme, la corruption, l'argent pour les riches et les magouilles politiciennes.

L'écriture de l'auteur est fluide mais c'est vraiment dans la deuxième partie du roman que cela devient intéressant. Olivier Chantraine réussit à renverser l'histoire et à faire que l'élément perturbateur n'est plus finalement Serge le mauvais élève mais les choses et les êtres qui gravitent autour de lui.

Merci aux éditions Gallimard et à la Masse critique privilégiée de Babelio de m'avoir envoyé ce roman de la rentrée littéraire 2017 !

Ma note : Style 3/5 Originalité 4/5 Intrigue 3.5/5 Emotions 3.5/5 = 14/20 ❤❤

Commenter cet article