Rencontre littéraire avec William Boyle (Interview) : questions/réponses

Publié le par Madame Tassa

@tassadanslesmyriades

@tassadanslesmyriades

Bonjour ! Aujourd'hui je vous parle d'une lecture que j'ai  beaucoup aimée. J'ai pu discuter avec l'auteur via Facebook grâce au Picabo River Book Club de Léa. Voici ma chronique de "Tout est brisé" de William Boyle: http://www.unefrancaisedanslalune.fr/2017/09/tout-est-brise-william-boyle.html et cliquez sur la bannière pour vous joindre à ce super club de lecture centré sur la littérature nord américaine:

Voici l'interview avec ce cher William Boyle, en deux ou trois petites questions avec de belles et grandes réponses :

Tassa: Welcome Mr. Boyle ☺. I have a question : can you tell us if this book contains autobiographical elements, or if it's only your view of life ? Was it your intention to point out the fact that we don't know how to live our lives fully because the past is always keeping us back to our dark places ?

Bienvenue M. Boyle ! J'ai une question : pouvez-vous nous dire si ce roman contient des éléments autobiographiques, ou si cela n'est qu'une vision que vous avez de la vie ? Etait-ce votre intention de pointer du doigt le fait que nous ne savons pas vivre notre vie pleinement car le passé nous rattrape sans cesse et nous ramène à nos démons ?

William Boyle: Hi Tassa- Thanks so much! Lots of autobiographical elements, yes. The book's set in my neighborhood. I, like Jimmy, lived in Austin, Texas for a little while and went to college in New Paltz. I started writing the book when my grandfather was in the Coney Island nursing home where Erica's dad is at the beginning of the book. There's lots of my mom in Erica. After that, things get a little looser and more malleable. Yes, I think that was one of my main intentions. There's lots of lingering here on Jimmy and Erica's part on mistakes, on failures, on all that's broken.

Bonjour Tassa- Merci beaucoup ! Il y a beaucoup d'éléments autobiographiques, oui. Le livre prend pour décor mon voisinage. Moi, comme Jimmy (le personnage principal), j'ai vécu à Austin au Texas pendant quelques temps et j'ai été à l'université à New Paltz. J'ai commencé à écrire ce roman quand mon grand-père était à la maison de repos de Coney Island, où le père d'Erica (la mère du personnage principal) se trouve au début du livre. Le personnage d'Erica s'inspire énormément de ma maman. Après cela, dans le récit, les choses deviennent plus destructurées et plus libres. Oui, je pense que c'était ma première intention dans Tout est brisé : il y a quelque chose de persistant, qui perdure dans les erreurs, les faux pas de Jimmy et d'Erica.

Tassa: Thanks for answering my questions. I have another one : Bob Dylan's song Everything is broken is not very optimistic. Were you inspired by this song ? But your novel has somehow a touch of optimism at the end. So do you think your goal is to be a writer who has to show that there's always hope and humanity in life ? Or do you want to denounce something ? (Not sure I'm asking clearly my question)...

Merci d'avoir répondu à mes questions. J'en ai une autre encore : Bob Dylan a écrit une chanson "Everything is broken", et celle-ci n'est pas très positive/optimiste. Avez-vous été inspiré par cette chanson ? Pourtant votre roman a quelque chose qui tient de l'optimisme à la fin. Donc, pensez-vous que votre objectif en tant qu'écrivain est de montrer qu'il y a toujours de l'espoir et une part d'humanité dans la vie malgré tout ? Ou vouliez-vous dénoncer quelque chose plutôt ? (je ne suis pas sûre de m'exprimer clairement dans ma question...)

William Boyle: You are asking clearly. Thanks! I was inspired by the Dylan song. It’s one of my favorite songs off one of my favorite records, but the title actually comes from something my son said when we were home in Brooklyn a few winters ago. My grandmother had broken her hip. The handle on my mother’s toilet didn’t work. The TV remote was on the fritz. He was playing with my old G.I. Joes, and they were missing legs and arms. He also had a couple of old remote control cars of mine and the batteries had exploded and leaked crust. The heat in my mother’s house broke. Her ‘95 Ford Explorer, used only to block the driveway, wouldn’t start and had a flat. A pipe froze in my grandmother’s house when it got down to 3 degrees one night. My mother’s refrigerator made crazy noises, something between a howl and a thump. Her washing machine doesn’t drain, so you have to pull the clothes and towels out sopping wet and hang them on the line and let them drip over buckets. My son walked out of the bathroom one day and said, “Man, everything is broken here.” What he said had such weight and filled me with such melancholy. I’ve been around broken things my whole life, around broken people in a broken neighborhood, and that’s when and where the book came into sight. I am, by nature, pretty pessimistic. Once, a light bulb blew in my mom's house and she said, "Nothing ever works out." So, that way of seeing and being is in my blood. That being said, I was mostly influenced by something one of my favorite writers, Willy Vlautin, said to me: “Head toward the light." So I did—this book is about trying to find healing amidst all the brokenness. The epigraph is from Jason Molina’s “What’s Broken Becomes Better,” a song that continues to hit me hard: “This ain’t all there is / But if it’s all that I have / What’s broken will become better / If we can.”

https://www.youtube.com/watch?v=EGZPS6wAfBo :

Votre question est claire. Merci! J'ai été inspiré par la chanson de Bob Dylan. C'est l'une de mes chansons préférées dans l'un de mes disques favoris, mais le titre vient en vérité de quelque chose que mon fils m'a dit quand nous étions chez nous à Brooklyn il y a quelques hivers de cela. Ma grand-mère venait de se casser la hanche. La chasse d'eau des toilettes chez ma mère ne fonctionnait pas correctement. La télécommande de la TV était sur le réfrigérateur. Il était en train de jouer avec mes vieux jouets G.I. Joe, et il leur manquait des jambes et des bras. Il avait aussi quelques unes de mes vieilles voitures télécommandées et les batteries avaient explosé et coulé à l'intérieur. Le chauffage de ma mère venait de tomber en panne. Sa Ford Explorer de 95, utilisée uniquement pour bloquer l'allée, ne démarrait plus et avait un pneu crevé. Un tuyau avait gelé chez ma grand-mère quand nous atteignions les 3 degrés la nuit. Le frigo de ma mère faisait de drôles de bruits, quelque chose entre un hurlement et un bruit sourd. Sa machine à laver ne voulait plus rincer le linge, donc nous devions retirer les vêtements et les serviettes complètement trempés et les pendre sur le fil pour qu'ils s'égouttent au-dessus de seaux.  Mon fils était un jour sorti de la salle de bain en disant: "Mon vieux, tout est brisé ici." Ce qu'il a dit alors avait un tel poids et m'a tellement empli de mélancolie. J'ai toujours été entouré de choses brisées toute ma vie, autour de gens brisé dans un voisinage brisé, et c'est ainsi que l'idée de ce livre m'est apparue. Je suis, par nature, assez pessimiste. Une fois, une ampoule a cessé de fonctionner chez ma maman et elle a dit: "Rien ne marche jamais ici." Donc, cette manière de voir les choses et cette manière d'être coulent dans mon sang. Cela étant dit, j'ai été plutôt influencé par quelque chose qu'un de mes auteurs préférés a écrit, Willy Vlautin, m'a dit un jour: "Tourne-toi vers la lumière." C'est ce que j'ai fait- ce roman est une tentative de guérison  malgré toutes les blessures. L'épigraphe, le titre provient d'une chanson de Jason Molina "What's broken becomes better", une chanson qui continue de me bouleverser: "Ce n'est pas tout ce qu'il y'a / Mais si c'est là tout ce que j'ai / Ce qui est brisé sera rendu meilleur / Si nous le pouvons." (voir la vidéo ci-dessous)

https://www.youtube.com/watch?v=EGZPS6wAfBo 

Je remercie chaleureusement les éditions Gallmeister de m'avoir envoyé ce roman en avant première et je remercie également le hasard de m'avoir fait découvrir le Picabo River Book Club de Léa qui proposait une lecture commune de ce livre avec au programme, une rencontre privilégiée avec l'auteur en tchat sur Facebook !

Publié dans bookstagram, romans, interview

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article