Enquête sur un crapaud de Lune- Monique Debruxelles et Denis Soubieux

Publié le par Madame Tassa

@tassadanslesmyriades

@tassadanslesmyriades

Enquête sur un crapaud de Lune

 Monique Debruxelles et Denis Soubieux

Résumé

"Décembre 2007, Paris : Jean-Louis Souhanse, ancien musicien d'un groupe de rock « Les crapauds de lune », soupçonne un médicament fabriqué par Edoxyl Pharma - EP-0699 - d'avoir rendu amnésique son demi-frère, Pierre Poinsignon. Dans une soirée à laquelle participe un ministre actionnaire du laboratoire, il menace de transmettre à la presse un dossier sur le sujet. Poursuivi par les gardes du corps de l'homme politique, il disparaît. Quelques mois plus tard, Tonino Di Nalli, l'ancien batteur du groupe, se retrouve mêlé involontairement aux conséquences de l'amnésie de Pierre Poinsignon et de la disparition du demi-frère de ce dernier. Il va mener l'enquête, aidé par deux personnages aussi inattendus que sympathiques. Les amateurs de rock se régaleront de cette plongée dans l'univers des seventies où tous les ingrédients d'un excellent polar sont réunis : l'intrigue, la poursuite de la vérité, les dessous peu reluisants des cartes du jeu de l'argent, du pouvoir et de la mort... Pour son premier roman policier à quatre mains le duo Monique Debruxelles / Denis Soubieux s'impose comme une mauvaise habitude qu'on aura plaisir à entretenir... " (source: FNAC.com)

Polar Sur Loire : http://polarsurloire.hautetfort.com

Dès les premières pages écrites à 4 mains par Monique Debruxelles et Denis Soubieux on retrouve une ambiance de polar noir bien grinçant et bien glaçant, un peu cynique aussi, à la manière des romans d'espionnage et des enquêtes policières que lisait mon grand-père dans les collections prestigieuses du Masque ou de Fleuve noir. J'ai été un moment effrayée par le ton si acerbe du début du roman avec son lot d'expressions sorties tout droit d'un film noir à la Melville, des films où l'on verrait un Belmondo ou un Delon tenter de s'extirper de situations cocasses et dangereuses.

Mais le ton du polar change du tout au tout dès lors que les auteurs entreprennent un travail de mémoire, car le personnage de Pierre a perdu la sienne, en mêlant le fil narratif du roman de lettres, de correspondances, de bribes de journaux, d'extraits d'articles et en enchaînant les différents points de vue (de chaque personnage). Si cela peut parfois rendre un récit complexe, ici, l'écriture est fluide et belle, on apprend petit à petit à sympathiser avec les membres d'un ancien groupe de musique, Etienne, Franck, Jean-Louis, Pierre, Tonino... 

Le rythme du roman est agréable, les rencontres entre les personnages sont bien écrites et parfois émouvantes. Il est bien appréciable de trouver à la fois de la douceur comme dans le personnage d'Azella, et de la détermination chez Tonino. Ce roman voudrait traiter d'un sujet politique, car il en prend le prétexte et les "méchants" sont les influents des ministères, de l'industrie pharmaceutique et compagnie mais finalement il en perd la vision uniquement dénonciatrice pour nous offrir des jolis portraits de personnages, des musiciens du groupe Les Crapauds de Lune et de leur entourage. Tous s'étaient perdus de vue, pour se retrouver étrangement autour d'une affaire obscure avec quelques cadavres dans le placard (ou le coffre)...

Je n'ai pas retrouvé vraiment un air "rock" à ce polar, plutôt la nostalgie d'une époque et un air de blues et de jazz.

Un polar "à l'ancienne" et authentique qui a son charme et sa noirceur ainsi que sa propre mélodie faite de douceur et de mélancolie.

Ma note finale: Style 4/5 Originalité 3.5/5 Intrigue 4/5 Émotions 4/5 = 15.5/20

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article