Le cri muet de l'iguane- Daniel Picouly

Publié le par Madame Tassa

@tassadanslesmyriades

@tassadanslesmyriades

Le cri muet de l'iguane

 Daniel Picouly

RésuméJean Jules Joseph, mon grand-père, est né à la Martinique en 1893. Il a été un héros noir de la guerre de 14-18. A en croire Paulette, ma mère, il l'aurait quasiment gagnée à lui tout seul. C'est la légende familiale dont j'ai été nourri et que j'ai voulu écrire pour lui rendre hommage. Il a suffi de l'intrusion d'une historienne et d'un vieux carnet oublié au fond d'une malle pour mettre à bas ce récit héroïque et découvrir l'incroyable et tumultueuse histoire de mon grand-père. " Daniel Picouly est un conteur hors pair qui réenchante le monde !

ACHETEZ LE LIVRE ICI.

Merci Livre de Poche !

"LES SOUVENIRS SONT COMME DES ORPHELINS, LEUR AVENIR DEPEND DE LA FAMILLE D'ACCUEIL."

311 pages de pur bonheur. Poétique. Enchanteur. Ce récit de Daniel Picouly est un petit bijou. Je n'avais jamais encore de livre de cet auteur qui défend avec acharnement le sort et l'héritage de son île, la Martinique.

Ce roman est la suite d'une quête qu'il mène à bien : décrire la famille mythique de Jean Jules Joseph, celle de ses ancêtres. Et dans cet épisode, nous sommes aux alentours de 1900. Difficile de vivre à cette époque. J'ai adoré ce mélange d'éléments historiques et de fiction. Il y a quelque chose de jouissif dans la lecture d'un livre comme celui-ci.

Parce que vous pensez tout de suite aux enchaînements d'évènements de cette période : l'esclavage, les négriers, les pirates et flibustiers, la grande guerre qui se prépare et la conscription des martiniquais en partance pour Saint Nazaire et surtout, surtout, je ne cessais pas de penser au grand tremblement de terre et à l'éruption volcanique de la montagne Pelée en 1902. Je me disais "Il va bien le placer quelque part ce drame atroce qui tua plus de 30,000 personnes en 90 secondes ?". C'est donc la clé du roman.

Un iguane dont le cri muet et la forme alerte toujours notre héros, Jean Jules Joseph qu'on appelle Jules. Cet iguane traverse tout le roman, il est la métaphore de tout un roman. Il est le symbole de ce que portent l'auteur et Jules en eux, le porte voix créole, celui qui sait et comprend tout avant les autres, qui protège et signale le danger mais en silence. Et Jules aussi, jamais ne fera d'esclandre bien qu'il aime les femmes blanches, bien qu'il soit de père inconnu, bien qu'il doive aller sur le front,...

L'écriture de Daniel Picouly est superbe. On est emporté dans ce très court roman et on ne le lâche pas. Les images se succèdent et avec malice, l'auteur prend la voix de plusieurs narrateurs "impossibles" : celle de Jules, mort, voix de l'ancêtre qui regarde passer son histoire et l'enquête de son petit fils sur lui, petit fils qui tente de trouver la vérité sur son grand-père, mais aussi la voix de la Montage Pelée, crispée, en colère, force de la nature, et la voix de Valentin, Français, chargé de l'administration et de la conscription en Martinique, tombant amoureux de cette île magnifique et colorée et de ces belles femmes noires.

C'est donc un témoignage fort, épicé, impeccablement écrit que nous offre Daniel Picouly. Une ode à ses ancêtres noirs, mais aussi aux femmes blanches qui entrèrent dans leur vie. De beaux portraits de personnages comme la maman de Jules, Rosalie. A lire!

Ma note : Originalité 4/5 Style 5/5 Intrigue 4/5 Émotions 3.5/5 = 16.5/20

Lien affilié : Le cri muet de l'iguane

Publié dans bookstagram, romans

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article