Deux secondes en moins - Marie Colot et Nancy Guilbert

Publié le par Madame Tassa

@tassadanslesmyriades

@tassadanslesmyriades

Résumé : Deux lycéens racontent l’impensable, le drame, la révolte, dans un roman puissant et rempli d’espoir. Depuis qu'un accident de voiture l’a complètement défiguré, Igor se mure dans le silence. Sa rancune envers son père, responsable de l'accident, est immense, comme sa solitude. Rhéa sombre dans le chagrin après le suicide de son petit ami. Encore sous le choc, elle ne sait plus à qui ni à quoi se raccrocher dans la ville où elle vient d'emménager. Pour l'un et l'autre, tout s'est joué à deux secondes. Deux secondes qui auraient pu tout changer... Et pourtant, Igor et Rhéa reprennent jour après jour goût à la vie en se raccrochant à la musique. Une fantaisie de Schubert et un professeur de piano pas comme les autres vont les réunir et les mener sur un chemin inespéré. Un roman bouleversant, où un perroquet, le "thé des Sages", l'amitié et les mots apportent une douceur salutaire. (Source : Magnard Jeunesse) 14€90

Merci aux éditions Magnard Jeunesse et à Babelio Masse Critique !

J'ai été agréablement surprise par ce roman jeunesse au goût si tendre et si doux. Rhéa et Igor sont deux adolescents lycéens très attachants que j'ai adoré suivre dans un roman initiatique dans lequel ils réapprennent à vivre, ... Mais d'une façon différente : l'une avec le manque et l'autre avec la reconstruction physique.

Bien entendu les références culturelles ne m'ont pas échappé. Rhéa c'est le prénom d'une titanide, une déesse très importante de la mythologique grecque, fille du Ciel et de la Terre, elle est très connue pour son histoire d'amour dramatique, car son amant se donna la mort. Quant à Igor, comment ne pas se souvenir du Fils de Frankenstein, un film en noir et blanc. Depuis très longtemps la mythologie autour de Frankenstein père veut que son fils dit Frankenstein Junior, s'appelle Igor ou Ygor.

Dans ce roman tout est bien réfléchi, et cela se sent dès le départ. Les deux auteures, car c'est un roman écrit à 4 mains, nous mènent là où bon leur semble, au gré des sentiments et des émotions contrastés de nos deux jeunes héros. C'est une magnifique histoire, une ode à la renaissance, au droit à la seconde chance, c'est un hommage vibrant à ces personnes, professeurs ou pas, qui se font les piliers des jeunes, tant dans leur éducation que dans la construction de leur psychisme et de leur culture.

Et grâce à un seul personnage, Fred le prof de piano, le roman prend toute son ampleur. Dans la douceur et le charme, les personnages grandissent, dans les explosions de colères et les effusions de joie, dans les peurs et les peines, les angoisses, les souvenirs, les cauchemars et l'envie d'un avenir meilleur. Les passages sur le piano sont très forts et très justes ! Je trouve le postulat du roman réussi et intriguant ! La musique adoucit les moeurs dit on, mais elle guérit aussi l'âme !

Les personnages des parents sont très bien décrits. Sobrement. Discrètement. Ils ne prennent aucune place face à leur enfant. Et le clou du spectacle c'est le fameux perroquet, Obama "Yes We Can", messager de l'optimisme  ! Une petite pointe d'humour, beaucoup de tendresse et d'amitié, voilà les secrets ingrédients de ce joli roman, parfait pour les jeunes comme pour les plus grands.

Et ça rime en plus !

Vous aimeriez lire aussi :

Publié dans romans, bookstagram

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article