Ce que j'ai oublié de te dire - Joyce Carol Oates

Publié le par Madame Tassa

@tassadanslesmyriades

@tassadanslesmyriades

Résumé :

C’est la dernière année de lycée pour Merissa et Nadia. Les deux filles ont plus que jamais besoin de leur meilleure amie, la singulière, l’étrange et abrupte Tink qui s’est suicidée six mois plus tôt. Chacune est seule avec des secrets qu’elles ne pouvaient partager qu’avec Tink. Des secrets inavouables qui ont mis en péril leur amitié, mais qui les ont également mises en danger. Tink aussi avait un secret, un secret très lourd mais jamais elle ne leur a confié son tourment… Comment continuer à vivre avec ses silences quand la seule personne qui vous comprenait est morte ?

« Joyce Carol Oates est passée maître dans l’art de camper la vie secrète des adolescentes. Elle a créé un roman d’une incroyable puissance sur une amitié capable de transcender la mort. » Kirkus Review « Les thèmes de l’isolement de l’adolescence, l’épreuve de l’humiliation et de la souffrance font de cet excellent roman un livre qu’on n’oublie pas. » Publishers Weekly

Traducteur : Cécile Dutheil de la Rochère

(Source : Albin Michel)

On n'est rarement déçu par un Joyce Carol Oates. Cette auteure à la fois prolifique et prolixe, à la fois simple et érudite, sait chausser n'importe quelle botte pour nous emmener dans n'importe quelle situation. Ici, de nouveau, un roman sur l'adolescence. La plume de Joyce Carol Oates est extrêmement empathique, sachant s'infiltrer dans l'esprit de collégiennes complexées. Pourtant quelque chose a cloché dans ce roman extrêmement pudique.

L'auteure américaine sait décrire l'Amérique comme personne. Elle sait passer du roman initiatique, en passant par le roman fleuve gothique et romanesque, au roman classique, à l'enquête ou au drame familial. Tous les personnages sont affublés de caractère juste et subtile. Par conséquent l'histoire est crédible, sensible et émouvante. Les collégiennes sont à fleur de peau, chaque situation frole le drame et la mélancolie exhale de chaque page.

Cependant, j'ai trouvé malgré tout un certain décalage : comme quelque chose de désuet dans l'écriture. Cette histoire se déroule en 2010 et 2011, pour autant les réseaux sociaux ne sont pas extrêmement présent dans le roman. Tout juste Facebook y est cité une fois ou deux. Les collégiennes discutent par sms. Mais l'aspect du roman semble se figer dans quelque chose d'immobile et d'assez conservateur par sa nostalgie. L'intrigue aurait pu se passer il y a vingt ans : c'est la capacité de décrire l'universel de Joyce Carol Oates.

Le roman, qui commence avec un drame, finit dans l'ennui. On tourne les pages sans véritablement vouloir en savoir plus. Ceux qui attendent de l'action seront déçus. La principale caractéristique de ce roman étant qu'il repose sur un seul et unique suspense : les trois héroïnes dépeintes vont-elles céder comme des branches brisées face au vent ? Vont-elles finir par exécuter ce geste sans retour qu'est celui de se donner la mort ?

Certes le sujet n'est pas gai mais le roman n'est pas non plus vraiment déprimant. Il est assez poétique, lent, la gestuelle y est importante, les situations familiales oppressantes et angoissantes.

A lire si le sujet vous intéresse. Sinon passez votre chemin.

Publié dans romans, bookstagram

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article