Le livre des choses perdues - John Connolly

Publié le par Madame Tassa

@tassadanslesmyriades

@tassadanslesmyriades

Résumé :

La Seconde Guerre mondiale gronde. Oppressé par l'atmosphère familiale, le jeune David se réfugie dans les livres. Une nuit, il pénètre dans un univers parallèle peuplé de créatures inquiétantes, hybrides de ses lectures et de ses terreurs. Égoïstes, violentes, elles s'entredéchirent pour la mainmise du royaume. Poursuivi par un mystérieux être malfaisant, David se trouve plongé au coeur d'une terrible lutte de pouvoirs. (Source : éditeur J'ai Lu)

"Le livre des choses perdues" de John Connolly est un bijou de roman fantastique, oscillant entre poésie, contes merveilleux revisités dans leurs significations à la fois philosophiques et psychologiques (à la manière de Jung ou de Graham Joyce), fable pour adultes, inspirée des quêtes tolkieniennes ou de la cruauté de certaines scènes dans "Alice au pays des merveilles" de Lewis Carroll. Si tout le long du récit on est envahi par le désespoir du jeune héros, David, hâpé dans un monde qu'il ne pensait pas être aussi violent, chaque épreuve qu'il traverse et surtout la fin du roman sont pénétrées d'espoir et de lumière à la manière de Neil Gaiman dans ses oeuvres les plus sombres comme "Coraline" ou "Neverwhere". L'auteur ayant commis plusieurs romans du genre thriller / enquête, n'en est pas à son premier coup lorsqu'il s'agit de suspense et de rebondissements.

Ainsi, ce qui m'a véritablement plu dans ce roman et me fait porter aux nues ce récit magistral, c'est surtout la relecture des contes comme celui de Blanche-Neige et les sept nains, où les sept nains sont des "camarades" communistes et Blanche-Neige une pauvre épave mal éduquée et grassouillette, ou encore les histoires sanglantes de Boucle d'or et des ours tueurs, du petit chaperon rouge ou d'Hansel et Gretel. Chaque récit porte un regard nouveau, contemporain et cynique sur les contes pour enfants, bien qu'ils restent toujours universellement compréhensibles.

L'humour noir n'est jamais loin mais pourtant on est loin d'une parodie de contes de fée. L'écriture est soignée, agréable et poétique, emplie de symboles et de métaphores savamment dosés. L'histoire se situe surtout du point de vue du petit David, et elle ne perd jamais de sa crédibilité, car l'auteur a su s'imprégner de l'esprit et des idées d'un petit garçon et l'on parvient à ressentir tout ce qui l'émeut sans tomber dans un verbiage enfantin.

Comme dans tous les contes fantastiques, ici John Connolly n'oublie pas les grandes figures du merveilleux et s'empare du champs lexical de la peur en décrivant des loups et créatures pires que les loups, les trolls, les harpies de la Grèce antique, le terrible portrait de la Chasseuse vous glacera jusqu'au sang. Il personnifie la peur dans un seul et unique personnage : le Tricheur ou Homme biscornu, l'un des pires méchants qui m'ait été donné de lire. En lisant "Le livre des choses perdues", la violence des scènes du Seigneur des anneaux, ça n'est rien à côté de celle déployée par John Connolly pour décrire des atrocités que recèle cet univers où David se trouve piégé. 

L'autre force de ce roman, c'est sa résonance avec le monde réel. Si David bascule dans un autre monde, c'est aussi une manière pour lui de traverser les épreuves de la "vraie vie" : la seconde guerre mondiale, les bombardements sur l'Angleterre, mais aussi les mésententes et la jalousie dans sa famille recomposée. Enfin, comme dans tout excellent roman initiatique, c'est le passage de l'enfance vers l'adolescence que semble vouloir représenter l'auteur. Il montre à quel point, à l'âge de David, l'adolescent tombe de désillusion en désillusion, comprenant que les adultes sont capables de cruauté, de violence et de méchanceté et que la vie est pleine de dangers et de mabipulations comme dans "L'océan au bout du chemin" de Neil Gaiman ou Alice de Lewis Carroll.

Écrit avec brio, de la magie découle de chaque page et j'ai été très très émue par la fin de ce roman, par cette plume à la fois sombre et sans temps morts où les choses perdues se révèlent être la clé de tout le roman.

Je vous le conseille !

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article