Autoroute du soleil de Grégoire Polet et La patience des Arbres de Jérémy Laniel (On Lit éditions)

Publié le par Madame Tassa

@tassadanslesmyriades

@tassadanslesmyriades

Autoroute du soleil- Grégoire Polet

La patience des arbres - Jérémy Laniel

Merci aux éditions On Lit pour cette lecture magnifique !

Deux coups de coeur. Deux nouvelles. Décidément j'aime les nouvelles. Plus j'en lis, plus j'en suis fan. Entre "Rideau", ou les nouvelles japonaises ici, je deviens de plus en accro à ce rythme à la fois lent et régulier, bien rodé, et soudainement bref et rapide, celui d'une nouvelle : un rythme si particulier. Et ici : le rythme du coeur dans ces deux nouvelles.

J'ai une petite préférence pour "La patience des arbres". C'est un court texte d'une dizaine de pages qui necessite de s'accrocher car l'émotion m'est vite montée aux yeux. On y lit un joli pamphlet contre le terrorisme, le consumérisme mais aussi une ode à l'objet qu'est le livre, qu'il soit matériel ou immatériel. J'ai aimé cette idée, qu'un livre reste un livre, qu'il aura traversé le temps, détruit des empires, construits des sociétés et que la technologie aura toujours une place merveilleuse dans l'avenir du livre. Un livre reste un livre. Une librairie est une forêt, indique la nouvelle, reprenant les mots de Fanny Ardant. Ce texte écrit après les attentats de Bruxelles m'a émue aux larmes.

Dans "Autoroute du soleil" de Grégoire Polet, la modernité nous saute aux yeux (ou à la gorge c'est selon si vous tenez compte de la pollution haha), parce qu'ici l'héroïne vraiment c'est l'autoroute (et donc la voiture). Et j'ai totalement "adhéré" à cette nouvelle. Parce que le jour où j'ai eu ma 1ere voiture, que j'ai roulé seule sur le bitume, j'ai ressenti ce sentiment de liberté infini, à la fois dans les mouvements de la voiture, et dans cette direction inconnue que je prenais.

C'est certes une énorme métaphore, que certains pourraient qualifier de maladroite, mais j'étais véritablement subjuguée par la poésie de l'auteur. Car comme lui, lorsque tombe la nuit sur une aire de repos sur l'autoroute je trouve de la poésie dans la lumière des lampadaires, dans le sommeil des routiers, dans le silence soudain perturbé par un moteur qui s'échauffe. Je suis donc sous le charme de cette maison d'édition et de ces deux magnifiques textes ! A lire ABSOLUMENT !!!!

Extraits :

C'est le genre de phrase qui me fait sourire, des phrases qui m'accompagnent, qui nourrissent mon romantisme, qui le confortent dans l'idée que les mots, les livres, les bibliothèques sont autant de choses qu'on peut trimballer dans une vie, qui nous gardent debout, qui nous ouvrent les yeux, qui nous font lever la tête, qui nous poussent à continuer.

P.8 "La patience des arbres"

Il y a deux difficultés. S'inventer des nouvelles conditions de vie, pour son grand projet. Et concilier ça avec sa vie d'avant. Et puis, trouver un moyen d'assurer sa subsistance. En fait, ça fait trois difficultés. Il vaut mieux s'arrêter de réfléchir, parce que sinon, ça va faire quatre, cinq, six.

P.7 "Autoroute du soleil"

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article