Blue Light Yokohama de Nicolas Obregon (traduit par Eric Moreau)

Publié le par Madame Tassa

@tassadanslesmyriades

@tassadanslesmyriades

Résumé : MÉFIEZ-VOUS DES ZONES D’OMBRE JAPONAISES…

Iwata, flic solitaire au passé trouble, ne semble pas le bienvenu à la crim de Tokyo. Non seulement on le charge de remplacer un officier qui vient de se suicider, mais on lui confie une enquête dont personne ne veut : le massacre d’une famille coréenne dans un quartier malfamé. Épaulé par la jolie Sakai, Iwata comprend vite que ce meurtre ressemble à un étrange sacrifice humain : le coeur du père a été arraché, et un soleil noir est dessiné sur le plafond. Bientôt, la veuve d’un grand juge est retrouvée morte dans les mêmes circonstances. Un tueur en série doit être aux manettes – le tueur au Soleil Noir. Mais qui peut-il bien être ? Un féru de rituels anciens ? Le membre fou d’une secte obscure ? Quand l’enquête piétine tout en faisant la une des journaux, Iwata se fait renvoyer, mais il n’abandonne pas son investigation pour autant… Dans une veine à la True Detective, un polar atmosphérique qui nous dévoile la face obscure d’une société féroce.

« Un excellent polar noir à la grande humanité et à l’intrigue passionnante dans un Japon méconnu. » -Astrid Hie-Desgranges, libraire à la Fnac de Toulouse

« Ici pas de jardins zen, ni de cerisiers en fleurs, plongez dans un Tokyo sombre, sale et corrompu ! Une véritable descente en enfer sublimée par l’écriture électrique de Nicolás Obregón ! Pour un premier roman, c’est un coup de maître ! » -Michael Corbat, libraire à l’Espace Culturel Leclerc de Belfort

Thèmes: Romans policiers Collection : Calmann-Lévy Noir

(source: Calmann Lévy)

Merci aux éditions Calmann Lévy de m'avoir offert ce livre.

En avez-vous assez des polars qui se déroulent à New York ou à Los Angeles, à Londres ou à Paris ? Voici Blue Light Yokohama, un polar qui se passe au Japon, à Tokyo et dans sa banlieue, jusqu'à Hong Kong. On appréciera le dépaysement. Vous allez me demander ce qu'il y a d'original sinon dans ce polar à la couverture aussi attirante, comme des néons sur une vitrine à deux heures du matin dans la rue. C'est tout simple, ce roman est tout bonnement bien ficelé. 

Vous suivrez Itawa, un flic "à problèmes", muté à Tokyo, avec un passé obscur, fait de violences et de tristesses. Bien entendu, comme dans la plupart des polars, il sera seul contre tous, chevalier blanc contre chevalier noir, il s'attirera les foudres de sa hiérarchie et se fera molester par quelques rats de la police qui traînent dans les bars et les arcades de jeux.

Mais Itawa n'est pas un flic comme les autres, il a de l'étoffe, c'est appréciable, à travers le roman vous découvrirez son passé, son histoire, ce qui lui est arrivé. Et vous aimerez le duo qu'il forme avec Sakai, sa collègue revêche et son subordonné sympa dont je ne sais plus écrire le nom parce qu'il y a trop de syllabes japonaises dedans.

La fine équipe s'embarque dans une enquête qu'on leur a refilée comme un charbon sur la braise. Ils partent démunis, face à un tueur en série des plus monstrueux, qui signe ses scènes de crime d'un soleil noir au charbon sur les murs.

Peu à peu, le polar prend une dimension mystique et métaphysique. Le passé est remué, et ça n'est pas la mafia des yakuzas que vous rencontrerez cette fois-ci, mais plutôt des sectes étranges et bien japonaises où le sacrifice humain et le suicide sont choses communes.

L'auteur prend un malin plaisir à nous balader dans toutes les rues de Tokyo et bien d'autres endroits du Japon encore. Il donne tellement de détails (ce qui peut paraître agaçant) qu'on peut presque suivre le héros avec Google Maps à côté du livre. Et c'est ce que j'ai fait. On ressent cette passion incommensurable de l'écrivain pour le Japon. Il semble le connaître comme sa poche. Pourtant je ne peux pas dire qu'Itawa tient bien son rôle d'inspecteur japonais. Pour moi, il ressemble à un policier américain ou français.

Finalement, je vais dire que ce polar m'a beaucoup diverti. C'est un gros pavé de presque 500 pages qui ne m'a pas lâchée et que je n'ai pas lâché parce que je voulais savoir le dénouement de cette histoire si bizarre sur des crimes atroces. Je suis partie en voyage avec Nicolas Obregon en terres japonaises, une ville de Tokyo sombre, sale, croulant sous le crime et la corruption. C'était une expérience immersive véritablement prenante !

 

Publié dans romans, bookstagram

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article