L'anniversaire de Robyn Harding

Publié le par Madame Tassa

@tassadanslesmyriades

@tassadanslesmyriades

Résumé : Couples, amis, adolescents : quand tout bascule... Kim et Jeff Sanders habitent une jolie banlieue de San Francisco, où tout le monde connaît tout le monde. Leur fille, Hannah, est scolarisée dans un lycée huppé de la ville. Pour ses seize ans, elle décide de faire une fête à la maison. Un anniversaire avec ses amis, où tout ne peut que bien se passer. Et où tout se passe très mal. Quelques jours plus tard, le couple exemplaire de Kim et Jeff part à vau-l'eau, des secrets et des mensonges sont révélés, les meilleurs amis deviennent les pires ennemis. Comment une simple fête d'anniversaire peut soudain faire dérailler des vies aussi bien rangées ? Avec ce roman noir à la tension omniprésente, qui évoque tout autant la série Big Little Lies que Le Dîner d'Herman Koch, Robyn Harding nous emmène sous la surface lisse des apparences et des rapports humains, au moment où toutes les failles se révèlent. On aura rarement lu un portrait aussi saisissant de notre société en pleine confusion morale. 

Je remercie le Cherche Midi éditeur pour leur confiance et l'envoi de ce roman.

Tout ce que je peux dire à la lecture de ce thriller du Cherche Midi éditeur intitulé "L'anniversaire" (The Party) de Robyn Harding, c'est qu'il en ressort un certain mal être tout au long de la lecture. Dès les premières pages, on se sent impliqué dans l'histoire intrigante de cette famille bobo de la bonne société américaine de la banlieue de San Francisco.

Kim et Jeff Sanders ont tout de détestable. Leurs personnages sont désagréables, la mère semble sur-protectrice, ennuyeuse et rébarbative, le père, lui, doué d'une certaine lâcheté, ou plutôt de ce manque de nerfs assez lassant, et qui ne réfléchit jamais à deux fois aux conséquences de ses actes (en prenant un peu de LSD au travail ou en offrant une bouteille de champagne à sa fille lors de ses 16 ans...).

Bien entendu, tous ces petits actes semblent parfaitement normaux dans une vie aussi bien rangée que celle de cette famille de la middle classe huppée américaine. Américains. Mais un peu "chiants", en fait.

Dans ce thriller, vous retrouverez tout ce qui plait dans les séries Netflix et compagnie que vous adorez chérir : une famille bien comme il faut, à laquelle il arrive des choses terribles qui vont bouleverser leur train train quotidien et sans problèmes et qui vont les faire sortir de leurs gonds ! Entre commérages de voisinage, rumeurs au bahut et réputation à tenir... on n'est vraiment pas loin d'un Desperate housewives ou de Pretty Little Liars pour l'ambiance. Je pose juste ça là. On aime bien égratigner la belle image d'une Amérique trop sage et puritaine.

Car ici, la force de ce roman, et ce qui le rend plutôt malsain, c'est l'enchaînement d'événements et d'actes de cruauté ou de méchanceté dont vont faire preuve un à un les personnages de ce roman. Et quand soudainement, l'un des personnages se met à avoir du coeur, quelques pages plus tard, le personnage retombera dans l'ignominie et la médiocrité la plus basse. Car telle est la nature de l'être humain, sûrement, selon l'auteure Robyn Harding.

Néanmoins les points positifs de ce thriller : si ce n'est la destruction jubilatoire de plusieurs familles bien pensantes et riches du quartier, c'est que le suspense reste toujours présent et que l'auteure joue avec perspicacité sur nos sentiments et notre corde sensible. Parce qu'en effet, l'on apprend vite à se fâcher avec les personnages. Lorsqu'une mère énervée en insulte une autre ou qu'un homme éclate la mâchoire à un autre d'un direct dans la face, ou qu'une autre détruit le portable d'une ennemie. Tout est dans la violence psychologique et verbale et c'est une véritable spirale infernale qui nous est proposée.

J'ai trouvé ce roman terriblement oppressant. Digne d'un bon thriller psychologique mais je n'irai pas jusqu'à dire qu'il doive être classé parmi les thrillers mais plutôt dans une catégorie de romans que je qualifierai de romans dramatiques sur la famille, et l'adolescence également. Parce qu'ici c'est la peinture de l'adolescence dans tout ce qu'elle a de plus négatif que vous pourrez lire entre les pages... peu d'espoir et peu d'optimisme comme d'ailleurs la fin en témoigne... Malgré tout, j'ai lu ce thriller d'une traite, ne lâchant pas au détour des courts chapitres bien rythmés selon des points de vue différents, cette histoire complètement dingue où un anniversaire dégénère pour détruire tout ce qui se trouvait autour.

Reste en suspens de véritables questions de fond sur l'adolescence et sur les parents qui ne sont qu'à peine effleurées même si l'auteure est très bien parvenue à nous décrire les sentiments de haine et d'orgueil, les émotions de honte et aussi de répulsion... vous trouverez donc dans ce roman quelque chose qui tient du drame familial sans retour plutôt qu'une enquête classique ou encore la résolution d'un drame où le crime reste encore à résoudre.

Bonne lecture :)

 

Publié dans romans, bookstagram

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article