Les Dames du Lac de Marion Zimmer Bradley (Tome 1)

Publié le par Madame Tassa

@tassadanslesmyriades

@tassadanslesmyriades

🖤 LES DAMES DU LAC | tome 1 de la saga de Marion Zimmer Bradley. 

_______

Résumé : c'est le conte arthurien revisité mais les personnages masculins tiennent des rôles secondaires. Ici vous suivrez Guenièvre, Morgane, Viviane, etc.

_______

Mon avis : À force de m'intéresser à la littérature fantastique, j'ai fini par avoir vent de cette saga. Elle est infiniment précieuse parce qu'elle est féministe. Les rôles féminins ont la première place. Ainsi ça n'est plus ni Arthur ni Lancelot dont nous suivons les principales préoccupations (bien qu'elles restent centrales tout de même), mais nous suivons les vies de Morgane lors de sa formation à Avalon et au pays des Fées, nous suivons Guenièvre et son mariage avec Arthur, et bien d'autres encore dont la Dame du Lac, Viviane, pleine de sagesse, accompagnée de son loyal Merlin. 

Or, cette littérature féministe pourrait s'avérer insipide, futile ou superficielle, comme j'en ai d'ailleurs l'image moi-même, à l'image de certains thrillers historiques féminins, de romances et autres ouvrages de la "chick-lit" (terme qui fait du mal à la gente féminine). Ici, loin d'intellectualiser une légende qui n'a vraiment pas besoin de l'être tant elle est déjà riche en elle-même, Marion Zimmer Bradley réussit le pari de simplement changer les points de vue, de prouver alors qu'une telle légende peut se lire du point de vue féminin sans changer la sève, le suc qui font la légende arthurienne, légende qui comme les légendes homériennes, traversent les époques et prennent une valeur épique universelle presque contemporaine.

Vous retrouverez tous les éléments du conte arthurien, donc. De l'épée Excalibur, à l'inceste, en passant par les batailles et les liaisons. Le récit est très bien écrit, dans un style à la fois classique et conférant parfois au mystique. Ce roman fantastique fait la part belle également aux réalités historiques (même si ça n'est pas du tout un roman historique), c'est à dire au fait que l'histoire se déroule entre le Ve et le VIe siècle, alors que la Chute de Rome est proche, Arthur est élevé par des Romains, il semble être l'un des derniers remparts de cette civilisation et pourtant, il doit faire le choix entre des rites chrétiens ou des rites païens et magiques que représentent Avalon, Merlin et sa tante Viviane.

Le cadre enchanteur dans lequel se passe l'histoire n'est ni trop obscur et crasseux (je m'attendais à pire) ni trop enchanteur (pas de fées partout !). Il ne sombre pas dans cette hyper-médiévalisation (je ne sais pas si le terme existe, pardonnez-moi...) dont souffrent grandement des romans comme ceux de Luca Di Fulvio ou encore ceux de George R.R. Martin qui restent pourtant très addictifs. Et non pas que le style médiéval me débecte, c'est juste que cela m'irrite de voir ces périodes comme des ères ultra sombres, affreusement arriérées et archaïques. Il est fort peu probable qu'un univers tel que celui d'Arthur soit aussi cliché que ce que peut dépeindre certaines séries et certains films. En effet, Arthur évolue au milieu d'une certaine noblesse et aristocratie (d'épée, de robe, de sang, etc.), et les personnes qu'il côtoie sont souvent des sages (Kevin le Barde, Merlin l'Enchanteur, Viviane la Dame du Lac, ...).

Avec un subtil mélange entre fantastique, histoires de femmes, mysticisme et roman d'aventures, le premier tome se lit d'une traite sans que le suspense ne retombe et bien que l'on connaisse d'avance le destin de chaque personnage. 

|

Publié dans romans, bookstagram

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article