Une vie d'étudiant(e) : mais qu'est-ce que c'est ?

Publié le par Madame Tassa

pexels

pexels

Salut toi, lecteur.ice ! Je t'écris aujourd'hui pour commencer une série d'articles sur la vie d'étudiant(e). Et bien qu'à chaque fois que je commence une série d'articles, je n'arrive jamais à suivre le rythme (en témoignent mes articles avortés dans la série La Semaine dans Les Myriades...), pourtant ces articles me tiennent à coeur. Je suis dans une période de doutes sur l'état de mon avenir alors, oui, ça me fait du bien d'écrire.

Voici la définition d'un étudiant selon moi :

L'étudiant moyen est d'un genre/sexe/statut indéterminé. Il appartient à la classe "étudiante", il est inscrit quelque part, financièrement dans la galère, le plus souvent, avec un train de vie soit irréprochable, soit d'adolescent retardé.

L'étudiant moyen a des rêves de type révolutionnaire. Il est rebelle sans l'être. Il peut venir en classe avec un sac à dos Eastpak comme du temps du collège, avec des pins dessus, ou avec une sacoche en cuir encore mieux que celle du professeur qui donne le cours.

L'étudiant moyen mange beaucoup de nouilles, de pâtes, de plats préparés passés au micro-onde. Il mange comme un barbare parce que la pause du midi est trop courte ou parce que les profs en créant l'emploi du temps on fait se chevaucher trois cours en même temps.

L'étudiant a des principes. Il en a. Mais à la fin de l'année il les a perdus ou alors les principes ont changé.

Il existe deux types de profils d'ailleurs : le premier, celui de plus de 50% des étudiants est un profil du "Je-ne-sais-pas-quoi-faire-dans-ma-vie-mais-peut-être-sauver-le-monde". C'est un profil type Harry Potter, le mec capable de mettre une raclée à Voldemort mais pour ce qui est de son avenir professionnel, n'est pas sûr-sûr de lui.

Le deuxième profil est celui de l'étudiant "Qui-a-toujours-su-quoi-faire-dans-sa-vie". Dans ces cas là, l'étudiant doit foncer pour atteindre ses rêves et les réaliser. Même si, pour beaucoup, les rêves se heurtent à la réalité.

Parce que, soit vous tomberez sur plus forts que vous, et de meilleurs dossiers que vous, soit vous tomberez sur des professeurs qui n'en ont carrément rien à cirer de votre petite personne :

Rien à caler, bandes de demi humains

Soit, vous tomberez sur la terrible machine infernale de l'administration française ou du système informatique français, particulièrement redoutable en ces temps troubles de la Hollandie et de la Macronnie. Vous pourriez vous faire bouffer tout cru par ce mécanisme instable de Parcourssup ex-postbac. Vous pourriez voir votre dossier pour entrer en BTS, en licence ou en DUT refusé, vous pourriez vous faire ensuite refuser en master et ensuite en doctorat. Si vous vouliez reprendre les études après quelques temps, il se pourrait qu'on vous demande 1500€ et de vous endetter jusqu'à votre mort prochaine.

Il se pourrait que vous soyez comme un "nagneau" au milieu des alligators. Qu'on vous dise que vous ne valez rien, que vous finirez en fac d'anglais (expérience personnelle haha) ou de socio, que votre diplôme ne vaut rien (c'est pas faux) et que vous devriez aller vous faire ******biiip.

Mais sinon. Les études ont du bon. Un bon côté quoi. Voici quelques bons côtés pour vous rassurer les amis. Parce que je suis gentille et pas cruelle. Ce que j'ai aimé dans mes études tient en peu de lignes mais pourtant sont les meilleures choses qui soient dans une vie d'étudiant(e).

Travailler en groupe 

Même s'il peut toujours y avoir des moutons noirs dans l'équipe, qui retardent le travail, qui se plaignent, qui grognent et qui haïssent le prof, vous verrez que travailler en groupe est extrêmement satisfaisant, motivant et permet de construire un profil qui se la joue collectif, parce que dans la vie, certes on peut être introverti et timide, réservé ou solitaire, (je le suis), pourtant on ne peut pas faire l'impasse sur les autres et l'aide qu'ils peuvent nous apporter. Travailler en groupe c'est aussi : travailler mieux pour soi, partager son travail, mémoriser plus facilement, un petit verre en soirée après le boulot et des conversations délirantes sur la messagerie au milieu de la nuit. Que du positif.

Travailler des heures en bibliothèque

Certes, toutes les études ne nécessitent pas de passer des heures en bibliothèque, mais une bonne partie quand même. Et ce sont les meilleurs moments de silence, de tournage de pages, de recherches dans les rayonnages, de découvertes fortuites, de sueurs froides, de rencontres étranges, d'errance, de "chuuuut!" lancés dans l'air parce que vous chuchotez trop fort, de dépression au milieu d'une immensité de livres... oui, j'adore les bibliothèques, et alors ? 

Partagez des moments 

Les études sont aussi l'occasion de partager des moments, de faire des rencontres. Les étudiants, en majorité, sont tous ouverts d'esprit, ils aiment sortir, ou rester chez eux autour d'un café ou autres. C'est l'opportunité de rencontrer des étudiants étrangers, de devenir parrain ou marraine pour d'autres étudiants. C'est aussi les bons moments partagés dans des associations avec d'autres étudiants. On peut aller aux sports, faire des activités extra-scolaires ensemble, s'ouvrir à d'autres cultures, voyager avec d'autres étudiants. C'est certainement les moments de votre vie où vous aurez le plus de possibilités sans faire trop d'efforts, mais vous ne vous en rendez pas compte immédiatement. Vous verrez quand vous aurez plus de 27 ans, votre diplôme en poche, adieu les réductions ou les entrées gratuites dans les concerts, les musées, les avantages à la bibliothèque, les prix sur les meilleurs logiciels, les menus étudiants, les tarifs étudiants en salle de sport, au cinéma, en associations...

La souplesse

Et je ne parle pas de souplesse musculaire. NON. Mais je vous parle de la souplesse dans les études. Même si vous avez un job à côté, vous pouvez constater à quel point les études nous laissent plutôt libres. Nous apprenons l'autonomie, l'auto-critique, l'auto appréciation. Nous nous accordons en quelque sorte plus de temps, à notre intellect, à notre esprit, peut-être moins à notre corps, mais néanmoins c'est important de le souligner. C'est sûr, il y'a les cours magistraux qui tombent à 8h et les séminaires de 5h l'après-midi mais finalement, vous rentrez chez vous et si ça vous dit de vous faire un plat de nouilles japonaises, devant une série netflix avant de rédiger frénétiquement votre essai de 25 pages de 23h à 7h du matin, vous pouvez. Vous y mettrez un peu de votre santé, mais vous êtes libres. Vous apprenez à votre rythme, à être vous-mêmes, en dehors de ce que la société du travail vous demandera plus tard. Et si ce cours magistral sur les études ptolémaïques ne vous branche pas à 8h, n'y allez pas, rattrapez-le plus tard. (ne pas faire cela systématiquement bien sûr ^^)

Enfin je peux dire que ce qui compte c'est :

Monologue d'Otis (Edouard Baer) dans Astérix et Cléopâtre

Voilà.

C'est à peu près tout. Même si je suis sûre qu'il y a bien d'autres choses à dire. Dites-le moi. Partagez vos bonnes ou mauvaises expériences.

Vous aimeriez lire ces articles :

Publié dans life, lifestyle, edito

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Marion 30/08/2018 13:54

Haha Je suis une étudiante hors catégorie ^^ J'ai su ce que je voulais après le bac mais BAM ! échec à la PACES je suis passé en mode Harry Potter puis j'ai su ce que je voulais et je suis en thèse et au final... ca me plait guère ... Donc je vais essayer de revenir à mon premier amour ! J'ai jamais aimé bosser en groupe ni à la bibliothèque (je suis un peu une étudiante qui a besoin d'être perdue en pleine forêt pour bosser). je suis pas une fêtarde non plus, j'ai eu des bons moments quand même mais rétrospectivement parlant... pas tant que ça mais c'est ça aussi la vie <3

Madame Tassa 31/08/2018 09:51

Haha pareil pour l'année de PACES/PCEM1 à l'époque :) ratée puis carrée !
Il faut savoir tracer sa route. Je deteste les fetes et les groupes de travail mais pour le travail j'ai forcé ma nature et ça a payé ^^
Merci pour ce témoignage :)

Anne-So 22/07/2018 21:03

J’ai adoré lire ton article ! Ta façon d’ecrire, la description de cette fameuse vie étudiante.. Génial !!

Madame Tassa 25/07/2018 09:29

Merci beaucoup d'être passée sur mon blog :)

Jeanne 20/07/2018 20:23

Haha c'est fou à quel point je me suis reconnue dans cette description de l'étudiant-type ! Alors que j'entame une ré-orientation dans mes études (ma première rentrée à la fac l'année prochaine après trois ans passés dans une école privée) ton article me permet de relativiser un peu sur tout ce qui m'attend et réaliser que la vie d'étudiant, c'est finalement pas si mal que ça ! En tous cas j'espère que tu vas continuer cette série car elle peut être très utile pour plein d'entre nous :)

Madame Tassa 25/07/2018 09:30

Alors je te souhaite tout le meilleur ! il faut toujours relativiser même si sur le moment, on n'en a pas envie ;) les études sont tout de même de bons moments à passer en dehors de tous les inconvénients :)