Zadig de Voltaire, un classique qui marque ?

Publié le par Madame Tassa

@tassadanslesmyriades

@tassadanslesmyriades

ZADIG - VOLTAIRE | ed. Hatier Lycée

Je ne connais que "Candide" que je trouve personnellement bien plus efficace et original. Je ne suis pas du tout assez spécialiste pour dire ce qu'il en est de cette oeuvre, toujours est-il que je vous en laisse mon ressenti, comme cela sur le vif.

Premier livre que je termine pour mon challenge lecture #challengedes4maisons de l'été et une semi-déception. Bon, pas autant que la "Vengeance en Prada", qu'on se le dise (j'aime bien cette phrase) mais il y a quelque chose d'ennuyant dans ce livre. Il tient du conte, se rapprochant du modèle des "Mille et Une Nuits", référence ouvertement livrée dans les premières pages par Voltaire lui-même. Mais le personnage de Zadig est une sorte de héros / anti-héros, dont l'épopée personnelle le mène à créer le bonheur des autres mais pas le sien. En gros, il a la poisse et il est souvent dans la mouise.

Dès les premières pages, il traite les femmes de sottes, de superficielles, matérialistes ou sans scrupules, et sa vision des hommes n'est pas non plus extrêmement optimiste. Tout au long de son aventure, il expérimentera la servitude, l'esclavage, les amours déçus, les envieux, les jaloux, mais c'est toujours sa force d'esprit, son langage, sa façon de réfléchir, d'argumenter, et donc sa capacité de raisonner qui éclaireront les monarques et despotes qu'il va servir par sa perspicacité.

L'oeuvre de "Zadig" c'est l'illustration même de la pensée des lumières, un personnage principal qui se fait rouler dans la farine mais finalement s'en sort par ses illuminations et une certaine sagesse, Zadig se pose comme le "cerveau" des souverains autoritaires qu'il rencontre. Voltaire se place politiquement contre l'absolutisme. Il critique la société dans un conte à la fois satirique donc, mais aussi philosophique, avec une morale à chaque fin de chapitre.

Je ne vais pas dire que "Zadig" est un conte absurde, mais il tient plutôt de l'extravagance et de l'excentricité, que lui permet l'exotisme du cadre géographique : l'orient, l'Égypte, Byzance, etc.

Bon, je n'ai pas trop accroché même si je l'ai dévoré... et vous ? Il vous plait ?

 

Publié dans romans, bookstagram

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article