La Fraîcheur de l'herbe d'Alain Corbin

Publié le par Madame Tassa

@tassadanslesmyriades

@tassadanslesmyriades

À Villandry 📷 🌲 Cadre idéal pour lire | "La fraîcheur de l'herbe" d'Alain Corbin.

🍃Lu en avril dernier, cet ouvrage a  la vertu d'être aussi thérapeutique qu'un air de campagne. J'ai avec la couleur verte un lien particulier. De cette préférence, il en découle bon nombre de mes choix de vie.

L'auteur Alain Corbin est historien spécialiste du XIXe s., auteur d'essais novateurs sur les sens et le sensible, que ce soit sur l'ombre, le silence, les odeurs. Pour lui, le vert c'est déjà l'enfance, le moment où se rouler dans l'herbe devient comme une madeleine de Proust et fait ressurgir des sensations passées. Le vert est apaisant, il représente aussi l'espoir. Mais ici il ne fait pas l'Histoire culturelle d'une couleur, ce que Michel Pastoureau fait très bien, non. Ici, on change de vision. L'historicité des émotions devient expérience des sens à la lecture d'un ouvrage qui nous guide à travers les citations choisies.

Partant du postulat que l'Homme finit toujours par chercher la verdure à un moment donné de sa vie, afin de retrouver des émotions perdues, Alain Corbin nous parle de l'herbe, celle de Lucrèce, Zola & Hugo, de Giono & Mallarmé, Thoreau, Virgile, celle de Ronsard et Jaccottet avec de très beaux passages sur la littérature campagnarde de George Sand et le regard de Pétrarque. 

C'est donc un portrait de l'herbe, son odeur, sa texture, qu'elle soit pelouse, herbe folle ou mauvaise herbe, toutes ces herbes nous sont incroyablement familières.

Cet ouvrage est à la fois un rappel que cette nature est partout, mais que l'herbe dont on ne parle jamais l'est encore plus. On nous invite à méditer et à nous reposer à travers les âges et la littérature, avec ces bonnes senteurs de déjeuner sur l'herbe, les mythiques tableaux dans les près avec le foin.

On y constate aussi que l'herbe est un espace de séduction, de détente et de réflexion. Et que l'herbe c'est aussi celle qui reprend ses droits lorsque la vie n'est plus dans les cimetières. C'est une composante essentielle du sujet émotif, revisitée. L'herbe verdoyante explore la rêverie et la mémoire.

Il n'y a pas ici d'histoire au sens général et commun du terme. Pas de dates, pas d'analyse complexe historique, juste des histoires littéraires, celles des ressentis, celles des sens.

 

Publié dans romans, bookstagram, histoire

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article