Victoria ou le secret des fleurs de Vanessa Diffenbaugh

Publié le par Madame Tassa

@tassadanslesmyriades

@tassadanslesmyriades

Victoria ou le secret des fleurs de Vanessa Diffenbaugh (2011)

Je remercie Clara de m'avoir offert ce livre :)

___

Ce roman m'a prise au dépourvu. Il raconte l'histoire difficile de Victoria, orpheline ou en tout cas enfant abandonnée qui va de foyer en foyer sans jamais véritablement trouver d'attache, parce qu'elle n'en veut pas et parce que les conditions de vie dans les foyers ne sont pas souvent idéales. D'ailleurs, il n'y a rien d'idéal dans sa vie. Ce roman m'a donc effrayée. J'avais peur de le lire, j'avais peur, au fur et à mesure que j'avançais dans ma lecture, de tomber sur une scène qui me détruirait psychologiquement à la manière de "Princesse Sara" (A Little Princess) de Frances Hodgson Burnett (un trauma de mon enfance), Des Malheurs de Sophie et de manière générale, tout livre sur les enfants abandonnés, incompris ou orphelins (ouep Harry Potter aussi m'aura tant émue!).

Finalement, il m'a fallu plus de 4 mois pour le lire. Tout en douceur. Et pour m'apercevoir que le parfum des fleurs, la délicatesse de leurs formes et de leurs couleurs, emplissent le roman d'une singularité, d'une sensibilité et d'une sentimentalité certaines.

Ainsi suivre Victoria à travers son passé d'enfant, et plus particulièrement celui qui va bouleverser sa vie, les épisodes du foyer d'Elizabeth, ainsi qu'à travers son quotidien d'adulte en devenir, demande une certaine patience. L'écriture de Vanessa Diffenbaugh est douce et sereine. Elle opère au fond des coeurs, elle trempe un peu dans le pathos sans jamais frôler l'ennui, elle exprime les immenses moments de solitude et les grands chagrins, les colères et les attachements comme personne.

Parfois je me suis sentie peu accrochée à l'histoire d'amour entre Grant et Victoria. Mais l'histoire entre Elizabeth et Victoria est terriblement intrigante et dramatique. J'en frissonne encore. Et à la fin pourtant, c'est lors des retrouvailles entre Grant et Victoria que j'ai versé une petite larme. Le dénouement est beau, plein d'espoir, de tendresse et de chaleur.

C'est un roman sur la relation mère-fille comme l'explique l'auteure à la fin du roman. C'est un roman sur cette manière inexplicable de se faire comprendre et de survivre ou en tout cas de trouver un sens à l'existence. Pour Victoria, Grant et Elizabeth, c'est par le langage des fleurs. Victoria ne saura guérir de ses blessures qu'en acceptant ce qu'elle est, et d'être aimée. Sa maternité (je n'aime pas les romans à ce sujet d'habitude !) arrive sans crier gare. J'ai adoré ces passages extrêmement bien écrits, sauvages, tiraillés, violents où une mère ne sait pas si elle aime son enfant ou si elle le déteste, si elle en a peur ou si elle l'admire. 

Entre roman familial, intrigues familiales, drame familial et roman initiatique, je vous invite à pénétrer à pas de velours dans le monde de Victoria, qu'au départ je ne voulais pas aimer et qu'à la toute fin, je comprenais plus que tout, fragile et sauvage comme une fleur.

Quelle est votre fleur préférée?



Publié dans romans, bookstagram

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article