Cette maison est la tienne de Fatima Farheen Mirza

Publié le par Madame Tassa

@tassadanslesmyriades

@tassadanslesmyriades

J'ai lu grâce à @calmann.levy

"Cette maison est la tienne"

de Fatima F.Mirza.

Résumé

Avant-hier soir, elle n’avait encore jamais entendu parler de ces taches qui s’amoncellent comme la poussière sur le coeur. Et si ne pas porter le foulard valait une tache, est-ce qu’une nouvelle se formerait chaque fois qu’elle déciderait de rester tête nue ? Hadia, Huda et leur petit frère Amar ont grandi sous le même toit californien, tiraillés entre rêve américain et traditions chiites de leurs parents nés en Inde. Le mariage d’Hadia est l’occasion pour les deux soeurs de revoir Amar, disparu depuis trois ans. Grâce à l’exploration de leurs souvenirs d’enfance, parfois tendres, souvent douloureux, se dessine une fresque familiale bouleversante où chaque enfant se joue des interdits pour tenter de grandir librement dans son corps, et dans son coeur. « Une fresque radieuse et superbement menée. Une magnifique nouvelle voix de la littérature. » Anthony Marra, auteur de Une constellation de phénomènes vitaux

💙 HISTOIRE FAMILIALE

J'ai mis un peu de temps avant de rédiger la chronique, car j'avais besoin de prendre du recul sur cette lecture. De comprendre, de digérer un peu ce que j'avais lu. Cet ouvrage a été publié aux États Unis avec l'élan de Sarah Jessica Parker qui comme Emma Watson a lancé son #bookclub féministe et engagé @bookclubcentral. C'est, je le pense, une réussite. J'ai beaucoup pleuré à la lecture de ce roman aux dialogues très émouvants. Il possède une qualité qu'on juge parfois désuète : la lenteur, la douceur et la mélancolie, assez propres à la littérature américaine.

L'histoire est celle, dans une banlieue américaine paisible, de la 'mumma', une femme qui découvre la vie de famille, et d'épouse chiite en arrivant aux USA sans avoir connu l'amour avant. L'amour, ce sera sa famille. Et on sent cette amour s'étendre, se répandre, déchirer les coeurs dans le livre. Il y a deux soeurs, les plus grandes, et le petit frère. Le frère qui tente tant bien que mal de rester dans les rangs mais qui peine à trouver sa voie parce qu'il veut être poète, différent, défier l'autorité du père.

S'il est vrai qu'on pourrait trop hâtivement faire de ce livre un roman imprégné de "religion" il n'en est rien. Même si le 11 septembre vient tout changer, bouleverser, fracasser, vient exacerber les haines et la différence que ressent le frère. C'est une famille comme les autres que propose Fatima Mirza. On y trouve des questionnements sur la liberté, l'amour mais surtout le secret dans la famille, la trahison, et la question de l'absence. A la fin du roman, les parents se demandent "Qu'a-t-on fait pour en arriver là ?", question que la plupart des familles se pose, chiites ou pas.

J'ai aimé cette plume sensible et à l'affût des émotions justes. Les personnages de la mère, de la soeur, du père et du frère me resteront longtemps en mémoire. C'est un roman en flashbacks désordonnés bien maîtrisé. Finalement, c'est un portrait comme un autre d'une famille aux Etats-Unis, avec ces mêmes images et topoï du pardon, de la reconstruction, de l'émancipation et de la morale (ou de la spiritualité).

À LIRE.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article