L'héritage des rois passeurs de Manon Fargetton

Publié le par Madame Tassa

@tassadanslesmyriades

@tassadanslesmyriades

L'héritage des rois passeurs 

Paru chez Bragelonne en 2016 - Prix Imaginales 2016

Résumé : Ombre, univers peuplé de magie, et Rive, le monde tel qu’on le connaît, sont les deux reflets déformés d’une même réalité. Énora est unique : elle peut traverser d’un monde à l’autre. Lorsque sa famille est brutalement décimée par des assassins masqués, elle se réfugie au seul endroit où ses poursuivants ne peuvent l’atteindre. Au royaume d’Ombre, sur la terre de ses ancêtres. Là-bas, Ravenn, une princesse rebelle, fait son retour après neuf ans d’exil passés à chasser les dragons du grand sud. Sa mère, la reine, est mourante. Ravenn veut s’emparer de ce qui lui revient de droit : le trône d’Ombre. Et elle n’est pas la bienvenue. Deux mondes imbriqués. Deux femmes fortes, éprouvées par la vie. Deux destins liés qui bouleverseront la tortueuse histoire du royaume d’Ombre...

Au restaurant, à Lille

🏰🌙 H E Y | J'ai lu "L'héritage des Rois-Passeurs" de Manon Fargetton, un exemplaire dédicacé aux #halliennales, un "petit" salon du livre à taille humaine près de Lille.

C'est un roman imaginaire de pure fantasy adulte. Je le précise car il contient quelques scènes explicites mais rien de très choquant. Il part d'un monde comme le nôtre, Rive, reflet d'une réalité nommée Ombre. À partir de là s'enchaînent d'incroyables aventures dans une contrée inconnue, entre limbes et royaume en conflit. On y retrouve tous les éléments qui rendent hommage à ce genre littéraire entre Neil Gaiman et Robin Hobb : des guerriers valeureux, un air médiéval, la bonne vieille taverne de La Plume et de l'Enclume, un château, une muraille, des dragons ou des vouivres, des magiciens, des prêtres, des dieux et des prétendants au trône d'Ombre, des morts...

Malgré tous ces éléments, le récit pèche à deux endroits : il manque de psychologie et de profondeur, surtout chez les personnages, qui, pourtant, ne manquent pas de courage et de caractère comme Jana la peintre. J'ai plus apprécié les hommes Julian, Charly, Hank le dieu (oui, le dieu s'appelle Hank sous sa forme humaine...), malgré un roman aux allures féministes avec les deux héroïnes Énora et Ravenn. J'ai eu l'impression que les personnages secondaires devenaient rapidement des personnages clés, prenant plus d'importance et de place dans l'intrigue qu'une Enora, passive à certains moments (on ne ressent pas vraiment son désir de vengeance) et une Ravenn purement guerrière, et moins féline qu'on le voudrait, pas assez badass??

Deuxième déception: l'histoire va bien trop vite. La notion du temps est perdue, comme si le livre se déroulait à la fois sur 3 jours et des dizaines d'années... En effet, sans rien révéler, dès qu'a lieu un massacre ou une aventure d'envergure, trois pages suffisent à décrire l'évènement et les protagonistes semblent passer immédiatement à un autre problème, donnant l'impression que les personnages se connaissent depuis toujours et tissent des liens très forts juste après leur rencontre. L'auteure aurait gagné à étoffer son histoire en ajoutant une centaine de pages. Suis-je trop gourmande ? Oui, j'aime les gros pavés!

Car en effet, les points positifs sont nombreux : l'univers est original, et à partir de la moitié du roman, le développement de l'intrigue autour de l'initiation à la magie, au passé des Rois-Passeurs est tout simplement passionnant. Le langage du peuple d'Ombre (très innovant!!), les rites qu'il partage, l'héritage compliqué qu'il porte, tout cela rend le roman agréable à lire. La plume est fluide, efficace, imagée. J'ai tourné les pages de ce roman à la vitesse de l'éclair !

L'imagination de l'auteure est débordante et le roman ne manque pas de rebondissements. Et à chaque fois que je m'attardais sur certaines incohérences, la romancière bottait en touche en affirmant son histoire de façon très créative, en assumant une cosmogonie nouvelle, créant deux réalités étranges, conférant une aura de merveilleux, une poésie éthérée et un certain érotisme à ce livre malgré quelques gros raccourcis.

Il faudra que je dévore ses autres romans !!!❤

A suivre!

 

Publié dans bookstagram, romans

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Anabel 15/10/2018 21:18

Belle chronique. Elle me donne bien envie de sortir ce roman de ma PAL ????

Madame Tassa 10/12/2018 12:16

Oui il faut le lire !:)