La saison des pluies de Graham Greene

Publié le par Madame Tassa

🌳 H E L L O 🌿| 

La saison des pluies 

De Graham Greene 

(Aujourd'hui réédité chez Robert Laffont en 2007)

Il y a un moment que j'ai terminé ce petit #roman de Graham Greene "La saison des pluies". Forcément il était dans ma liste des classiques que je devais lire et attendait sagement son heure. Ça n'est ni une déception ni un coup de coeur. Juste une bonne #lecture pour un roman singulier qu'il faut situer dans son contexte. L'auteur est décrit par la critique comme un auteur qui a le souci de la narration et un style bien à lui, mais surtout une morale de bon catholique. L'auteur s'en défend un instant et en lisant le début du roman, vous aurez l'impression qu'il se joue de vous et tente de moquer ce travers #moraliste qu'on lui prête. Mais chassez le naturel et il revient au galop comme on dit ! :) 

Le roman est très bien écrit, simplement, dépouillé et dans un rythme soutenu. Je pensais lire quelques introspections et divagations métaphysiques mais il n'en fut rien. Le plus intéressant est contenu dans les dialogues des personnages comme dans la sagesse du docteur Colin ou la bêtise d'un journaliste débarqué d'Europe...

Le résumé : Plus d'un roman de Graham Greene compte au rang des chefs-d'oeuvre de langue anglaise du dernier demi-siècle, tels Un Américain bien tranquille, Notre agent à la Havane... On suit Querry, un architecte comblé qui décide de tout quitter pour se rendre au coeur de la forêt congolaise, dans la léproserie du docteur Colin. Greene pose la question de la foi : reniement ? adhésion ? Le livre eut un immense écho et continue de se faire entendre du lecteur d'aujourd'hui.
C'est une plongée "au coeur des ténèbres" à laquelle Greene, après Conrad, nous convoque ici. (Résumé éditeur Robert Laffont).

Querry est un homme plutôt attachant malgré l'aura de mystère qui l'entoure. lI arrive au Congo comme le Christ, dénué de tout défaut, blanc comme neige, mais au fil du roman, s'étoffe un portrait différent. La naïveté de certains croyants dans le livre vient faire se confronter deux opinions sur la foi et c'est cela qui rend l'ouvrage plutôt intrigant. 

J'ai beaucoup aimé car les personnages sont d'une puissance sans pareille malgré ce côté désuet qui caractérise le roman. Un pasteur. Des prêtres. Un médecin. Un architecte. Une femme bigotte... Tout pour ne pas plaire ? Et pourtant, le suspense s'insinue entre les pages. On sent la noirceur qui obscurcit le coeur des protagonistes. Le doute. La peur de la faute. Le passé revenir hanter Querry. Même au fin fond du Congo, dont la chaleur écrasante et le minimalisme sont si bien décrits, la violence des hommes n'est jamais loin. (Il ne s'agit aucunement d'une violence physique mais contenue et sournoise). Et la fin est très prenante !


Vous connaissez ?
😘❤

 

Publié dans romans, bookstagram

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article