Continuer de Laurent Mauvignier

Publié le par Madame Tassa

@tassadanslesmyriades

@tassadanslesmyriades

Continuer

Laurent Mauvignier

H E L L O | ●🍃

In english : This book urges us to keep on. Even if it's "keep on trying" "keep on failing", just don't leave and never come back, don't give up. This is the story of a mother who's trying to get her son back on the trail of life and on the right path because he did something very bad. It's a road trip on horseback to Kyrgyzstan that will change their life forever. I loved this book very much and cried at the end. 

Résumé éditeur : Sibylle a vu sa vie se défaire sous ses yeux. Comment en est-elle arrivée là ? Comment a-t-elle pu laisser passer sa vie sans elle ? Elle est bien décidée à empêcher son fils, Samuel, de sombrer sans rien tenter. Elle a ce projet fou de partir plusieurs mois avec lui à cheval dans les montagnes du Kirghizistan, afin de sauver ce fils qu’elle perd chaque jour davantage, et pour retrouver, peut-être, le fil de sa propre histoire. (Editions de Minuit)

Sibylle, la mère, j'ai eu du mal à l'apprécier dès le départ. Elle est "trop". Elle s'inquiète toujours trop pour son fils, lui envoie sans cesse des sms pour savoir où, quand, comment. Jusqu'à ce qu'on l'appelle du poste de police parce que son fils a été arrêté. C'est cet événement qui rend le livre intrigant. La profondeur du roman tient en quelques rebondissements que je qualifierais de "psychologiques", de "révélations" d'ordre introspectif. Avec pudeur et délicatesse, l'évènement n'est pas raconté de façon tapageuse ou voyeuriste comme dans beaucoup de romans de nos jours.


Dès lors que Sibylle décide de tout quitter, le récit prend une autre tournure. Elle décide de vendre une maison, de partir à dos de cheval vers l'est contre l'avis de son ex-mari, le père de son fils. Et la question qui donne son suspense à toute l'histoire est : que va-t-il se passer ? Cela va-t-il changer quelque chose ? Que cache le passé de Sibylle et la relation tendue entre elle et son fils ?


Dans ce livre, très sombre, il n'y a pas de lumière. Je l'ai trouvé très obscur. Le passé de Sibylle se détache peu à peu en silhouette dans l'ombre de sa chevauchéeTout est lourd, légèrement ampoulé. Mais l'écriture convient justement à ce type de situation. Il aurait été malaisé de rédiger quelque chose de léger quand les sentiments qui s'entremêlent et s'entrechoquent sont des torrents de mélancolie, de haine ou de colère refoulées. Tous les deux, la mère et le fils, ils avancent entre détestation, élan de haine pour le fils et amour inconditionnel/incompréhension pour la mère. Conflit générationnel ? 


L'on se retrouve dans un ouvrage entre roman initiatique, roman sur la relation mère/enfant, le livre avance avec une manière légèrement emphatique et en même temps une certaine discrétion. Les grandes plaines du Kirghizistan prennent forme sous nos yeux. Une scène de drame parvient enfin à casser la monotonie du voyage devenu soporifique et soudain tout s'emballe et on comprend.


On comprend le fils. On comprend la mère. Après l'inertie vient le mouvement, celui du coeur.
J'ai pleuré sans savoir d'où venaient mes larmes.

 

 

Publié dans romans, bookstagram

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Candice 09/03/2019 13:38

Très bel article, très intéressant. Je reviendrai me poser chez vous. A bientôt

Madame Tassa 06/04/2019 14:21

Merci beaucoup !