Parfum de glace de Yoko Ogawa

Publié le par Madame Tassa

@tassadanslesmyriades

@tassadanslesmyriades

Parfum de glace

de Yoko Ogawa

H E L L O | 🌲❄ COUP DE COEUR | "Parfum de glace" de Yoko Ogawa

💙 Résumé : A la mort de son compagnon, Ryoko réalise qu'elle ne savait rien de lui. Le jeune homme s'est suicidé dans son laboratoire de parfumeur, où il créait des fragrances exceptionnelles en combinant son incomparable mémoire olfactive à ses capacités scientifiques. Sur les lieux du drame, Ryoko trouve une disquette contenant quelques phrases énigmatiques. Incapable de faire le deuil de cet homme étrange, elle part à la rencontre de son passé. Entre réel et imaginaire, symbolique et inconscient, Yoko Ogawa atteint ici le cœur des êtres, la source de leur mémoire, pour exprimer l'indicible douleur de vivre.

Rose-Marie Makino-Fayolle (Traduction)

L'autrice : Née en 1962, Yoko Ogawa a, dès 1991, reçu le prestigieux prix Akutagawa pour La Grossesse (Actes Sud, 1997). Désormais traduite dans de nombreuses langues, son œuvre est publiée en France par Actes Sud. . .

_____________________________________________________________________________________________________________

Dans ce roman magnifique, Yoko Ogawa questionne la mémoire, le souvenir, le passé, le deuil, l'invisible, l'impensable, le suicide, l'amour sans jamais tomber dans les clichés et en déjouant les codes pour parvenir à un ouvrage d'une grande qualité et surtout très original dans sa manière d'écriture. . .

Nous suivons Ryoko, qui, apprenant la mort par suicide de son compagnon dans son laboratoire, va suivre les pas de ce dernier, constatant qu'elle ne le connaissait pas vraiment et ignorait tout un pan de sa vie. C'est avec les sens que l'écrivaine nous convie à cette recherche mémorielle. Doucement, nous entrons dans un univers de senteurs, de bruits, où l'obscurité laisse place à une tendre lumière et la magie opère. . .

Car l'amour de Ryoko était un "nez" et un génie des mathématiques. Son esprit ne fonctionnait pas comme les autres et nous apprenons avec elle à comprendre les pensées du défunt. C'est notre corps entier qui travaille à se remémorer la vie d'un homme. Le style est magnifique, sensible donc, évocateur, riche d'émotions et de sentiments. Les parfums délicats du quotidien s'imposent à nous comme jamais dans la littérature (à part Süskind évidemment !) . . .

L'écriture des sens, l'écriture du corps, l'écriture qui paraît pudique sans l'être vraiment, décrit la perte d'un être cher en suggérant plutôt et en donnant l'illusion. Peu à peu, les agissements de Ryoko se teintent de fantaisie et l'on ne sait plus où est la part de réel. . . Le roman n'est en rien pathétique. Même si le thème ne peut plaire à tous. Il est traité avec une grande poésie, une force, un souffle, un parfum d'onirisme et de tendresse pour les personnages. De la disparition de l'autre, du souvenir du corps évanescent, à l'extrême solitude en passant par la naissance d'une amitié, ce roman n'est pas prêt de quitter mon esprit et me hantera toujours. . .

Il vous tente ?

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article