Dans son silence d'Alex Michaelides

Publié le par Madame Tassa

Dans son silence

d'Alex Michaelides

Merci aux éditions Calmann Lévy pour ce service de presse !

H E L L O | 💀💕 t h r i l l e r

Résumé : Alice, peintre, vit dans une superbe maison près de Londres avec Gabriel, photographe. Quand elle est retrouvée chez elle, hagarde et recouverte du sang de son mari, assasiné... Dès lors, Alice ne prononce plus jamais le moindre mot, même au tribunal. Elle est jugée mentalement irresponsable et envoyée dans une clinique psychiatrique. Six ans plus tard, le Dr Theo Faber, ambitieux psychothérapeute, n’a qu’une obsession : parvenir à faire reparler Alice.

_________

Le silence d'une femme : innocente ou coupable ?

La folie.

Une clinique psychiatrique.

Un psy obsédé par sa patiente.

Un meurtre assez obscur.

Le narrateur qui joue avec nos nerfs et dont on se doute qu'il n'est pas étranger à cette affaire...

Tout compte fait, une somme d'ingrédients bien connus des lecteurs et lectrices de thrillers, n'est-ce pas ? C'est ce que l'on pourrait se dire au premier abord.

Pourtant c'est bien un suspense à couper le souffle que l'auteur Alex Michaelides nous offre. Habitué à l'écriture scénaristique, formé à la psychanalyse, il sait s'y prendre pour nous manipuler sans rien dévoiler de ce qu'il adviendra à la toute fin. La narration alternée, entre la vision du psy et le journal intime d'Alice, rend la lecture très fluide et addictive. Je ne sais que dire de plus de ce thriller si ce n'est que j'ai trouvé que le sujet, d'une banalité confondante puisqu'on le retrouve partout, est extrêmement bien traité.

Vous suivez à un rythme effréné, l'enquête du psy, emmêlé dans ce mystère qu'est le meurtre de Gabriel. Plus il avance dans ses découvertes, plus vous voudrez savoir ce qu'il en est.

Jouant sur toutes les vieilles arcanes et vieux poncifs du genre, le romancier aborde les thèmes de la psychiatrie, de l'art en tant qu'expression libératrice, exorciste et thérapeutique. Par le biais du mythe grecque d'Alceste c'est la question du sacrifice et du silence qui est interrogée, ce qui rend Alice, victime ou bourreau (? Je ne révèle rien!), plus réaliste, dans la figure de la femme-artiste, passionnée, mais recluse, obsessionnelle et blessée.

La folie n'est jamais là où on l'attend ! J'ai adoré !

Et vous ?

Merci aux éditions Calmann Lévy Noir pour ce service de presse !

 

Publié dans romans, bookstagram

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article