Des jours sans fin de Sebastian Barry

Publié le par Madame Tassa

Des jours sans fin

Sebastian Barry

H E L L O | ❤🌳 Sebastian Barry "Days without end" during the American Civil War, depicts the story of an Irish Unionist soldier and his lover, John Cole. Epic.

Résumé :

Traduction de l'anglais : Laetitia Devaux

Chassé de son pays d’origine par la Grande Famine, Thomas McNulty, un jeune émigré irlandais, vient tenter sa chance en Amérique. Sa destinée se liera à celle de John Cole, l’ami et amour de sa vie.

Dans le récit de Thomas, la violence de l’Histoire se fait profondément ressentir dans le corps humain, livré à la faim, au froid et parfois à une peur abjecte. Tour à tour Thomas et John combattent les Indiens des grandes plaines de l’Ouest, se travestissent en femmes pour des spectacles, et s’engagent du côté de l’Union dans la guerre de Sécession. 
Malgré la violence de ces fresques se dessine cependant le portrait d’une famille aussi étrange que touchante, composée de ce couple inséparable, de Winona leur fille adoptive sioux bien-aimée et du vieux poète noir McSweny comme grand-père. Sebastian Barry offre dans ce roman une réflexion sur ce qui vaut la peine d’être vécu dans une existence souvent âpre et quelquefois entrecoupée d’un bonheur qui donne l’impression que le jour sera sans fin.
  (source : éditeur)

Mon avis :

Épique. Oui c'est le mot. Dès les premières pages j'ai été impressionnée par le ton familier qu'utilise l'auteur pour se sentir immergé dans la pensée d'un Irlandais embrigadé en Amérique. Oui, cela peut être déstabilisant pour nous. Mais le style est incarné. Réaliste. Au plus près du personnage. Les phrases claquent comme autant de petites vérités dévoilant la face cachée d'une jeune Amérique (XIXe siècle).

Le livre prend un ton farfelu lorsque le romancier nous décrit les activités annexes des deux soldats : mettre des robes, se travestir et devenir le temps d'un soir, des femmes. Se superposent, avec contraste, les terres vierges et immenses (et hostiles) de l'Amérique, la violence du massacre des Indiens, le véritable amour entre les deux héros.

Pourtant le rythme est d'un coup retombé lorsque Thomas McNulty se bat contre les Indiens. Même si l'équipée "sauvage" est très bien décrite. Mais on se lasse vite. Il faut alors s'armer de patience pour atteindre les pages suivantes, celles dans lesquelles nos 2 protagonistes sont à nouveau repris dans une nouvelle guerre, la guerre civile cette fois, entre ceux du Sud et ceux du Nord.

L'air de rien, ce roman est majestueusement écrit. Avec un souffle étonnant et brillant. Encore une fois, comme après ma lecture du "Testament caché" que j'avais beaucoup aimé, je vois bien ce livre être adapté au cinéma car il en a tous les atouts. Universels.

Et puis ce roman aborde toutes les problématiques des guerres américaines : de l'absurdité de tuer des Indiens, au paradoxe d'une terre d'Amérique peu hospitalière, en passant par une armée dont le sentiment "patriotique" n'est qu'un lien fragile selon les nationalités d'origine, très diverses.

Ce roman semble ne prêter aucune importance à l'homosexualité du couple, le 'normalisant' presque, même si c'est à la fin (ah cette fin !!) que TOUS les choix de l'auteur se justifient ! Le roman se referme avec le sentiment d'un jour sans fin incroyable ! Je peux donc dire que j'ai adoré !

Et vous ?

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article