Les Mémoires d'Hadrien de Marguerite Yourcenar

Publié le par Madame Tassa

@tassadanslesmyriades

@tassadanslesmyriades

H E L L O

"Mémoires d'Hadrien"

de Marguerite Yourcenar

(1951) @folio_livres

🌙 Citation : 《Mais l'esprit humain répugne à s'accepter des mains du hasard, à n'être que le produit passager des chances auxquelles aucun dieu ne préside, surtout pas lui-même. Une partie de chaque vie, et même de chaque vie fort peu digne de regard, se passe à rechercher les raisons d'être, les points de départ, les sources. C'est mon impuissance à découvrir qui me fit parfois pencher vers les explications magiques, chercher dans les délires de l'occulte, ce que le sens commun ne me donnait pas. Quand tous les calculs compliqués s'avèrent faux, quand les philosophes eux-mêmes n'ont rien à nous dire, il est excusable de se tourner vers le babillage fortuit des oiseaux, ou vers le lointain contrepoids des astres.》

Mon avis : Marguerite Yourcenar parvient à retranscrire les philosophies de l'Antiquité avec érudition. Moi qui suis historienne moderniste mais ayant eu de nombreux cours sur l'histoire ancienne en rapport avec la Renaissance, je trouve que les mots qu'elle choisit sont justes et elle réussit à nous plonger dans l'esprit d'Hadrien, dans ses pseudo-mémoires de l'empereur vieillissant qui s'adresse à son petit-fils adoptif, Marc Aurèle.

Longue méditation existentielle, pénétration d'un esprit complexe et contradictoire, introspection d'un homme gagné par une soudaine "sagesse", divisé entre les vices et la vertu, il se souvient comme Jules César le fit et tant d'autres historiens, de ses triomphes militaires, de ses goûts pour la culture, la gastronomie, la poésie et la philosophie. Il parle de son rapport avec le corps, avec la viande animale. Il se décrit "varié, complexe et changeant". Il parle de sa relation amoureuse avec Antinoüs. Mais il emprunte un ton désabusé, sans illusions, sans joie presque.

Il constate les changements (la montée du christianisme, les temps d'accalmie), tandis qu'il s'appesantit sur les personnes qui gravitent autour de lui et la marche des institutions.

Yourcenar n'a jamais prétendu révéler la vérité historique d'un passé révolu et dont on a peu de sources. Néanmoins elle a compris l'essence même de la violence d'Etat, elle a compris le machisme, l'avènement du masculin sur le féminin que le christianisme va renforcer par rapport à la réalité de l'Antiquité. Elle analyse très bien l'éthique, la morale et les mœurs des personnages qu'elle décrit, sans en faire d'éloges, du moins c'est ce que j'ai compris.

Ce qu'elle fait, c'est décrire une vie du passé, sans que nous ne devions nous méprendre sur ses considérations historiques. Hadrien marque une époque désuète mais où les caractères et les psychologies aussi se transformaient à l'aube d'une révolution culturelle, un âge d'or de Rome jusqu'à sa chute précipitée des siècles plus tard.

L'avez-vous déjà lu ?

 

Publié dans romans, histoire, bookstagram, book

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article