Rhapsodie des Oubliés de Sofia Aouine

Publié le par Madame Tassa

Rhapsodie des Oubliés de Sofia Aouine 

Editions de La Martinière

Rentrée Littéraire 2019

H E L L O | 💜 Bonjour !

Extrait :《Ma rue raconte l'histoire du monde avec une odeur de poubelles. Elle s'appelle rue Léon, un nom de bon Français avec que des métèques et des visages bruns dedans.》

Résumé : Abad, treize ans, vit dans le quartier de Barbès, la Goutte d'Or, Paris XVIIIe. C'est l'âge des possibles : la sève coule, le cœur est plein de ronces, l'amour et le sexe torturent la tête. Pour arracher ses désirs au destin, Abad devra briser les règles. À la manière d'un Antoine Doinel, qui veut réaliser ses 400 coups à lui.

Née en 1978, Sofia Aouine est reporter radio.  

Mon avis :

J'ai écouté une émission sur Radio France il y a un moment déjà. Ça parlait des enfants de la DDASS, les oubliés, les pupilles. Sofia Aouine y témoignait et parlait de son histoire avec passion. En lisant ce livre de la rentrée littéraire j'avais hâte de retrouver cette même verve et nervosité de l'enfance. . .

Au gré des pensées d'Abad, dans sa vie étriquée d'adolescent, nous marchons dans les rues de Paris, dans tout ce qu'elles ont de repoussant tandis qu'une galerie de personnages naît du regard insouciant d'Abad.

L'autrice emprunte un ton coloré, volontairement appuyé, toutefois exagéré, très imagé, colérique, tout en gardant d'un trait de plume une certaine tendresse sur les choses vécues par le jeune Abad. Ce dernier semble tout droit sorti d'un film des années 90, mais trop peu d'un Truffaut.

La nostalgie de l'enfance y est racontée comme les vicissitudes d'un âge difficile où la recherche du plaisir et de la liberté prennent le pas sur la réflexion. Parmi les pulsions, décrites maladroitement, je trouve, Abad trace son chemin, entouré de laissés-pour-compte, sans jamais les juger autrement que par ses propres yeux à lui.

C'est donc plein de clichés comme ceux d'un adolescent qui apprend à connaître le monde et cherche à trouver sa voie. . .

Dans une sorte de "rhapsodie" slamée, Sofia Aouine excelle à raconter les petites anecdotes, les choses simples. Sans véritablement me convaincre jusqu'à la fin il y a pourtant un beau sentiment d'urgence. J'ai cru parfois retrouver des messages à la Grand Corps Malade. Une fougue, un entrain. A découvrir.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

eimelle 08/09/2019 10:37

je n'en avais pas encore entendu parler, belle découverte!