Lectures en confinement #Covid19 [en cours de construction...]

Publié le par Madame Tassa

Lectures en confinement #Covid19 [en cours de construction...]

Bonjour, chers lecteurs, chères lectrices, 

Cela fait bien longtemps que je n'ai pas mis les pieds ici. (ou les mains plutôt) J'ai actuellement assez peu l'énergie de reprendre le blog mais je mettrai ici la liste des livres que je lis. Cette liste sera constamment mise à jour au fur et à mesure du confinement. J'essaye de me remettre aux romans même si j'ai actuellement emprunté 30 livres de bibliothèque à l'université pour ma thèse.

J'espère que votre confinement se passe bien, que si vous travaillez à distance, en présentiel, seul.e, ou en famille, ou que vous êtes en chômage technique, vous gardez l'espoir malgré tout d'une sortie de confinement et d'un peu de joie à venir. Pour ma part, je ne sais pas, c'est beaucoup d'angoisse. Je vous soutiens.

Voici donc mes quelques lectures / conseils littéraires :

Un thriller qui fait voyager à la campagne...

1. Sous le compost de Nicolas Maleski (Harper Collins Franceheartheartheart

Aujourd'hui je vous parle d'un thriller intitulé "Sous le compost". Vous connaissez ma passion pour tout ce qui tient de la campagne et Nicolas Maleski a donc attiré mon attention avec ce roman ou la vie verte n'a pas que du bon. Malgré le début de ma sinusite, j'essaye de vous faire un résumé et une courte chronique. Vous pardonnerez mes coquilles s'il y en a. C'est une sorte de portrait inversé du cliché courant dans le thriller français aujourd'hui. Franck est un écrivain (raté) qui s'occupe de ses 2 filles dans sa maison de campagne tandis que sa femme enchaîne les heures dans sa clinique vétérinaire. Franck aime les plantes et les légumes. Il fait le linge et amène les filles à l'école. Et il aime ça. Gisèle rentre tard et la vie de couple s'en ressent.

A partir de là, pas beaucoup de nouveautés vous me direz. Pourtant une lettre anonyme arrive et va mettre le feu aux poudres. Gisèle trompe Franck selon le corbeau sans nom. Le roman est très bien écrit. Il n'est pas tendre. Il est cru. Rugueux. Sauvage. L'homme est un animal quand l'esprit de vengeance secrète lui vient. Franck va perdre la tête et d'autres avec lui. Mais le roman ne se déroule pas comme on voudrait le croire. L'action n'est pas trépidante : c'est toute une atmosphère de tension qui s'élabore entre les personnages. Peu à peu, Franck entre dans la sphère adultérine sans y être préparé... La violence n'est pas dans le crime (ou presque) mais dans le poids des silences et des mensonges, et la dureté de cette vie de campagne où le temps ne semble pas s'écouler de la même manière qu'ailleurs. Une bulle en quelque sorte, qui ne tardera pas à exploser.

Je m'attendais à autre chose, certes. Mais j'ai trouvé l'écriture brute et intelligente. J'ai apprécié cette fin qui court-circuite l'idée qu'on se fait d'un thriller. Si vous n'avez pas peur de mettre la main dans la terre un peu sale, lisez ce thriller sans pour autant vous attendre à de palpitants retournements mais à un renversement de situation où les rôles sont distribués à la manière d'un théâtre tragique comme dans la grande duperie qu'est ce monde.

------

Un roman historique ... un voyage culinaire & dans le temps !

2. Meurtres à la pomme d'or de Michèle Barrière (Livre de Poche)heartheart


Ce livre me donne l'envie folle de me replonger dans les traités gastronomiques, les traités botaniques et les traités horticoles assez rapidement pour en extirper la substantifique moelle. On y trouve tous les éléments d'un bon roman historique avec moult détails et informations (recettes en tout genre, description du fonctionnement de l'université de Montpellier au XVIe siècle, la peur de la Peste bubonique, les premières dissections, les remèdes de simples et de thériaques, et puis une histoire plus sociale a avec les discriminations contre les Juifs et les Réformés protestants...). Cette historienne de la gastronomie a le don de nous rendre encore plus curieux sur la vie à la Renaissance. Qui, soit dit en passant, est ma période de spécialisation en master.❤❤❤ 

Néanmoins, quelque chose me chiffonne... c'est ce défaut que je trouve dans beaucoup de romans historiques : celui de plaquer l'érudition de l'auteur/l'autrice dans les dialogues des personnages afin d'éviter les grands passages descriptifs. Je préfère les longs paragraphes de description mêlés à la narration que des centaines de phrases qui racontent et contextualisent la Renaissance dans les paroles des personnages. Cela rend les dialogues peu crédibles et moins efficaces.

Pourtant, c'est un roman qui se dévore !  On y  rencontre des figures du XVIe siècle ayant véritablement existé : figures de savants, médecins, apothicaires, botanistes, universitaires réputés (Guillaume Rondelet, Olivier de Serres, Ulisse Aldrovandi, Gabriel Fallope, Nostradamus...), et tout cela dans les bruissements des palais, la puanteur des rues, et l'énergie des villes renaissantes... Vous lisez en apprenant, et pour ma part, j'ai lu en retrouvant tout le sel de ma passion pour ce thème de recherche, quel bonheur !

------

Un récit de voyage insolite inédit sans bouger de chez soi (utile en ce moment!)...

3. Le phare, voyage immobile de Paolo Rumiz (Folio, Gallimard) - Babelio Prix Nicolas Bouvier 2015 heartheartheartheart

Selon Babelio : 

"Paolo Rumiz n’en est pas à son premier voyage, lui qui a longé les sept mille kilomètres des frontières de l’Europe, de l’Arctique à la mer Noire, traversé les Balkans, franchi les montagnes à la recherche d’Hannibal, descendu le cours du Pô… Et pourtant il s’apprête en ce printemps 2014 à vivre le plus étonnant d’entre eux. Son premier voyage immobile. Isolé dans un phare perché sur un rocher au milieu de la Méditerranée, avec pour seuls compagnons les gardiens. Et soudain le sentiment d’être libéré, sans agenda, sans horaires, sans aucune connexion avec le monde, enfin loin de tout mais curieusement peut-être aussi au centre de tout. Un nouvel univers où plus rien ne ressemble à rien, où même les étoiles ne semblent pas être à leur place. Se consacrant à l’exploration de son minuscule environnement, un kilomètre de long sur deux cents mètres de large, il nous raconte la nature, le cri des oiseaux, le silence des poissons, nous décrit le bâtiment où il loge, la lanterne du phare. Il nous parle tempêtes, orages, vents et nous fait partager le quotidien des gardiens, ceux d'aujourd’hui mais aussi ceux de jadis. C’est avec une indéniable volupté que ceux qui rêvent d’île déserte et de vie d’ermite se laisseront entraîner dans ce voyage immobile tout en délicatesse, empathie et érudition. Un récit prenant, inoubliable et aussi un fabuleux livre de mer".

Mon avis : Cela n'est pas étonnant que ce livre ait reçu le prix Nicolas Bouvier 2015. Pendant ce confinement, j'avais besoin d'évasion. En quelques mots, nous sommes partis avec l'auteur sur les hauteurs salées d'un vieux rocher millénaire où trône un maître incontesté des mers : le phare.

Enfermé trois semaines sur ce pic rocheux, fouetté par les vents, les vagues et marqué par l'esprit sauvage de la nature, l'auteur, Paolo Rumiz apprend à maîtriser son corps et son âme plutôt que les éléments. Il contemple, décrit, écrit, relate, fait de la poésie. Il nous apprend l'histoire, la mythologie, les récits de pêcheurs, de marins, de gardiens de phare ancestraux, nous embarque avec lui dans ce périple étrange, comme s'il était un Ulysse prisonnier.

Peu à peu, cette lecture distille son fumet délicieux, délicat, c'est l'extase du voyageur, confronté à ses risques et périls, aux choses incontrôlables. Face à lui, l'éternité et en même temps, la fragilité de la Terre, battue, terrassée, fragilisée par les Hommes.

Un récit magnifique qui vous fera trembler et vibrer contre vents et marées.

En ce temps de confinement, il nous donne à réfléchir sur plusieurs aspects de nos vies : le temps de la solitude, le temps de l'incompréhension et de la peur, le temps de relativiser et de raisonner, et le temps des découvertes, de soi, des autres, du monde. C'est un pari gagné en si peu de pages (170 !) et surtout un véritable appel au voyage sans bouger. Cette pleine conscience prend la forme audacieuse d'une écriture ouverte, créative, libre, au gré des pensées aléatoires et pourtant organisées de l'écrivain. A lire ABSOLUMENT.

4. Mygale de Thierry Jonquet heartheartheart (chronique à venir)

5. Le détail du monde de Romain Bertrand (Seuil UH) heartheartheartheart

Lecture pour le travail 📚 Le détail du monde de Romain Bertrand chez @editionsduseuil ... J'essaie de me concentrer pour pondre un article sous forme de résumé critique... 100 pages annotées par jour. On y croit 💪🏼 Mais c'est aussi une lecture plaisir car Romain Bertrand a cette manière d'utiliser la poésie pour décrire des choses bien rationnelles. Assonances, rythmiques, de belles métaphores, dans une écriture soignée, qui ne laisse pas les détails de la psychologie de côté pour servir l'histoire des naturalistes du XIXe siècle à nos jours... On plonge dans l'histoire de Darwin, terrifiant chasseur, de Humboldt, d'Albert Ier de Monaco (qui a dû tuer des espèces entières à force de collecter des trophées tout en permettant l'exploration des abysses), à d'autres botanistes, entomologistes et zoologistes moins cruels, pour passer à la biographie d'Ernst Haeckel qui utilisa le premier le terme "écologie"... jusqu'à l'évocation de la vision "écosystémique" très particulière de John James Audubon... Il me reste encore quelques pages à lire...

Bien entendu c'est une histoire naturelle à double tranchant qu'il décrit. D'un côté cette manie de tout contrôler, de tout collecter, de tuer, de posséder et de dominer chez l'être humain, et de l'autre, la plus basique curiosité comme la plus sophistiquée des philosophies naturelles, chargée d'un double regard entre émotions et rationalité, invoquant Gœthe, les romantiques (Hugo...) ou les gothiques (Shelley, Wordsworth...). Il décrit aussi les théories de la nature : de la théologie naturelle qui voit Dieu partout, en passant par la sélection naturelle de Darwin, tout y passe et sa plume d'historien y appose une certaine relativité et un constat : la situation de notre planète est insolite aujourd'hui, nous n'avons jamais autant perdu d'espèces vivantes sur Terre... pourquoi diable en est-on arrivé là ? Un bel essai d'explication !

《Et vous, allez ! Le monde est ouvert devant vous, Vaste est la terre, grand et sublime le ciel ; Observez, étudiez, rassemblez les détails ; Que la nature en vous balbutie son mystère.》J.W. Gœthe, Élégie de Marienbad (1827)

 

------

Abandons broken heart

Le secret du mari de Liane Moriarty : cette lecture fut un échec pour moi. Reçu dans le cadre d'un troc de livres, j'étais intriguée par le pitch de cet ouvrage dans lequel il est dit que l'une des héroïnes du roman, trouve une lettre écrite par son mari scellée dans une enveloppe avec la consigne de ne l'ouvrir qu'après sa mort. Tout le suspense s'effondre dès le premier chapitre alors qu'elle avoue à son mari avoir trouvé cette enveloppe et qu'il lui demande de ne pas l'ouvrir... Les autres récits de femmes n'ont trouvé aucune valeur à mes yeux, même le personnage de Tess, découvrant l'infidélité de son mari... Je me doute un peu de la fin mais je n'ai pas eu le courage d'aller jusqu'au bout. Ce livre trouvera sûrement son bonheur entre les mains d'un autre lecteur à qui je donnerai volontiers ce livre.

Les nourritures terrestres : d'André Gide, après avoir adoré La symphonie pastorale je n'ai pas trop su apprécier ce livre malgré le fait que dès le page 52, l'écriture de Gide se réveille et devienne délicieuse, colorée, chaleureuse,... L'histoire d'un malade convalescent réfléchissant sur le sens de la vie et la condition humaine m'avait pourtant bien attirée. Je le reprendrai sûrement avant la fin du confinement car c'est d'actualité ! Je suis restée à la page 93 !

Articles lus : 

 

------

Lectures en cours...

tous les livres sur Babelio.com

Publié dans lifestyle, book, bookstagram, liste

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article