Certaines n'avaient jamais vu la mer de Julie Otsuka

Publié le par Madame Tassanie

Certaines n'avaient jamais vu la mer de Julie Otsuka

Critique ou encensement de "Certaines n'avaient jamais vu la mer" de Julie Otsuka

Le résumé - des Japonaises au début du XXeme siècle s'embarquent sur des bateaux en abandonnant tout derrière elles pour épouser des "Américains" sur la foi d'une photo ou de la description d'un inconnu. Après avoir rêvé, elles vont vite déchanter.

Julie Otsuka réalise une petite perle

Le titre n'est peut être pas très représentatif de ce petit livre de quelques 142 pages, mais le résumé derrière en quatrième de couverture est pour une fois, bien écrit. La collection 10/18 sait toujours dénicher des perles rares et Otsuka en est une. Auteure, diplômée d'art à Yale, pas grand chose à voir avec le livre, elle utilise des figures de style intéressantes pour décrire la détresse et le desanchetement de ces japonaises arrivées aux États Unis juste avant la guerre.

Des liste, des énumérations

Le mieux ce sont ces énumérations incalculables de noms et d'activités et c'est ce qui fait le sel du livre, ce qui crée l'émotion. Des bouts de phrases sans verbe ni compléments. Exemple : "On parlait d'une liste. De gens enlevés au milieu de la nuit. D'un banquier parti pour son bureau et qui n'en était jamais revenu. D'un barbier disparu pendant sa pause déjeuner. De quelques pêcheurs manquant à l'appel. Ici et là, d'une pension où les forces de l'ordre avaient fait une descente. D'un commerce saisi. (...)" et des listes de noms propres, des anonymes, de la grande Histoire, Yoshiye, Yokohama, Yada, Murata... Qui subissent en silence sans pleurer ni sourire.

Une histoire dans la Grande

Toute cette histoire traite de la grande histoire celle de l'immigration de milliers de japonais et japonaises aux USA, bonne main d'œuvre, silencieuse, peu ambitieuse et complètement dévouée, pour garder leur dignité (jusqu'à s'occuper des récoltes et des animaux avant d'aller se suicider). Le livre n'est pas larmoyant mais rappelle leur triste sort, l'ignorance et l'inculture d'une population américaine qui fait l'objet de critiques sur les passages oubliés de leur histoire quasi copiée collée des futures actions nazis!

Des questions

Otsuka pose les bonnes questions. Écrit les bonnes phrases. Les bons sentiments. Otsuka est juste. Brève. Précise. Et laisse tout de même un peu de place à notre imagination sentimentale au lieu de faire un portrait historique linéaire et tout tracé.

Est-ce qu'on peut réécrire l'histoire ? Peut-on la ré interpréter ? Peut-on l'argrémenter des petits gestes, des pensées, des paroles d'un peuple d'immigrés que d'un seul coup, on a fait disparaître pour les oublier ?

Verdict: Terriblement vrai. Poétique.

Note - 16/20

(Prêté Par Laure)

Certaines n'avaient jamais vu la mer de Julie Otsuka
Logo Livraddict

Publié dans romans

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article