Cinquante ans d'élégances et d'art de vivre - Cecil Beaton (éditions Séguier)

Publié le par Madame Tassa

@tassadanslesmyriades

@tassadanslesmyriades

Résumé

Emblématique portraitiste de mode, « Prince des photographes », Cecil Beaton (1904-1980) fut l'une des figures principales de cette vie mondaine et cosmopolite si joliment appelée Café Society. Une société qu'il sut conquérir avec une incomparable aisance, passant, d'un pas, de l'Europe aux États-Unis, allant des salons de l'aristocratie conservatrice aux fêtes des personnalités les plus extravagantes. Et si nous savions de Cecil Beaton qu'il était un chroniqueur talentueux, nous découvrons dans cet ouvrage qu'il fut aussi un superbe écrivain. De quoi est-il ici question ? De futilités. Que ceux qui s'en formaliseraient passent leur chemin, c'est le conseil que leur adresse Christian Dior : « Je conçois que cet intérêt passionné pour des choses frivoles puisse agacer les gens sérieux. Tant pis pour eux. Cecil Beaton a raison d'écrire avec foi. [...] Nous savons que, des civilisations, c'est le périssable qui demeure. » Au fil des pages, se succèdent les portraits de célébrités tels Balenciaga, Dior, Chanel, mais aussi d'élégantes, de modèles, de photographes et de tant d'autres. Ainsi Beaton encense-t-il une époque, se souvient des gens d'influence, rallume le chic, l'esprit et la déraison. (Source: Babelio)

Je suis très heureuse d'avoir reçu ce livre via la masse critique de Babelio. 

 

J'aime beaucoup les éditions Séguier, j'avais adoré Bettina Ballard 'In my fashion' et je souhaitais retrouver dans les portraits et chroniques de Cecil Beaton, cette même touche farfelue et légère. Pourtant je n'ai pas retrouvé exactement la même chose. Certes le plaisir était là, celui de découvrir l'époque d'un homme qui vécut de 1904 à 1980, entre les relents de l'époque victorienne, vieillotte, la mode édouardienne, la folie des robes les plus extravagantes à Ascot, ou la vie des cocottes jusqu'à leur déchéance... 

Cecil Beaton dresse des dizaines de portraits comme des croquis bien dessinés, bien contourés, où les apparences ont plus d'importance, le paraître vaut plus encore que l'être.

 

La plume de Cecil Beaton est efficace, fluide, cependant j'y ai trouvé moins de plaisir à le lire que Bettina Ballard. Malgré tout la curiosité l'emporte toujours dans ce genre d'ouvrage plus "documentaire" que bibliographique. L'auteur partage des détails cocasses et parfois peu flatteurs sur des personnalités d'une grande époque révolue, dont certaines se disputaient les robes, dissimulaient le nom de leur couturier ou styliste, cachait soigneusement leur patronyme derrière des initiales ou encore se crêpaient le chignon pour quelques plumes en trop ou quelques centimètres d'organdi. 

 

Bien entendu, cela peut paraître frivole et futile, mais on y trouve tout de même une masse importante de détails croustillants sur des célébrités qui ont marqué la grande Histoire. On est immergé dans les salons, les soirées mondaines, les petites retrouvailles intimes de cette Café Society où se mêlaient à la fois l'intelligentsia, tout le gratin aristocrate, quelques roturiers ayant fait fortune, et bien sûr quelques grandes dames extravagantes dont l'unique objet dans la vie était de collectionner les robes et autres accessoires de mode.

 

La mode d'ailleurs, c'est là le sujet central du livre documentant le regard pointu et perspicace de Cecil Beaton. Ce dernier épuise le sujet jusqu'à sa moelle, donnant parfois l'impression d'une overdose de stéréotypes, et quelques fois, des moments de tendresse, d'émotion, avec la solitude de certaines femmes, qui s'étant enfermées dans la vie mondaine, n'y trouvent plus d'échappatoire et s'enfoncent dans la spirale infernale du paraître.

 

N'oublions pas que l'habit ne fait pas le moine, et croquons ce livre avec l'humour et la frivolité de Cecil Beaton et de son entourage! Je conseille vivement ! Les illustrations de la main de l'auteur sont un atout formidable pour plonger dans cette période de froufrou et de grands chapeaux!

Ma note : Style 4/5 Originalité 4.5/5 Intrigue 3/5 Emotions 3.5/5 = 15/20 ❤❤❤

A lire aussi :

Publié dans romans, bookstagram

Commenter cet article