J'attends la mort

Publié le par Madame Tassanie

J'attends la mort
J'attends la mort

J'attends le pas, le pas qui tape,

Tape sur le sol, s'en ira-t-il, s'en ira pas?

J'entends l'aiguille, du temps qui frappe,

Frappe à la porte, partira-t-il, partira pas?

Sûrement la mort est-elle futile,

Fut-elle à l'âme et l'esprit enflammés,

À l'aune du Jugement dernier,

Le dernier mouvement, geste gracile.

J'attends la mort qui sonne à ma porte,

À ma porte, j'attends qu'elle puisse m'emporter.

Dans ses bras tendres, je me sens forte,

Forte et rassurée de m'endormir pour l'éternité.

Tassanie All 19.10.2013

Qu'est-ce que ce bruit de mort?

Qu'est-ce que ce bruit de mort? C'est un bruit naturel. Peut-être celui de mon corps dont les organes raisonnent et peut-être aussi que mes tympans sont trop fragiles. Je voyage dans les espaces et aujourd'hui ce sont des espaces clos sans ouverture donc. Je ne peux sortir, ne peux m'en extraire. Que vais-je faire? Je ne sais pas. Peut-être sont-ce les médicaments qui me laissent dans cet état méditatif sans pensées conscientes, du moins que je choisis. J'ai trouvé aujourd'hui que ma vie était trop longue. Que je n'en avais plus envie. Que les gens autour de moi allaien mourir, que plusieurs étaient sur le point de partir, et je ne peux pas. Je ne peux pas. Je ne peux pas les voir disparaître, redevenir poussière, cette poussière que j'ai aspirée pendant une journée entière à trainer un aspirateur derrière moi dans la maison. Quel est ce bruit ? Le ronronnement de l'aspirateur, la machine, que même les chats ne peuvent pas supporter. Je ne veux pas vivre dans ce monde tourneboulé. Je veux voyager dans un monde bouleversé, inversé. Un univers que je me suis inventé: des forêts et des forêts, juste la Nature pour m'entourer de ses bras doux et chauds. Je te veux, Nature! Je retournerai à l'état de matière organique pour toi, à tes pieds, pendant que je laisserai les autres vivre, car ils l'ont bien mérité. Mais moi je veux être un arbre, une feuille, un insecte qui vit la nuit et meurt le jour, je veux planer au dessus des cimes de grands cyprès. Je veux mourir, Nature, s'il te plaît. Je veux dormir pour l'éternité. T.A.

Publié dans poésie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

B.E. 20/10/2013 00:53

:( sourire encouragement !

Madame Tassanie 20/10/2013 12:45

J'suis comme ça ;)