Kafka on the shore de Haruki Murakami

Publié le par Madame

Kafka on the shore de Haruki Murakami

Critique de "Kafka on the shore" ou "Kafka sur le rivage" d'Haruki Murakami

(Lu en version originale, empruntée à Marine)

618 pages - Random House - 2002

Deux histoires parallèles magnifiques

Né à Kyoto en 1949, Murakami a étudié la tragédie grecque puis a dirigé un club de jazz, avant de se décider à enseigner.

Magiques, hypnotiques, additifs, ce sont les qualificatifs des personnages et histoires qu'il nous écrit.

- Kafka Tamura 15 ans, fuit son père (d'où le prénom, le refus de cautionner l'éducation de son père qui ne sait pas l'écouter et les conséquences de celle ci)

- Nakata, vieil homme (un peu Rain Man) simple d'esprit, prend lui aussi la route en quête d'une pierre. Il s'endort parfois pendant plus d'une semaine.

Deux fuites en avant

Pour échapper au passé, à leur ancienne vie, deux fuites en avant dans le Japon sont décrites par Murakami. Où l'on croise des personnages aussi improbables que le bonhomme KFC américain qui sait où est la pierre, ou un tueur de chats.

C'est aussi deux recherches d'identité qui se Confondent pour rassembler les pièces d'un puzzle identitaire japonais, qui tentent de revivre après les Américains et leur toute puissance, Les attaques atomiques, les bombes, et le livre est parsemé de références littéraires et musicales bien appréciables pour construire un ensemble cohérent et sentimental.

L'identité - une vraie question

Les Japonais où qu'ils soient cherchent toujours qui ils sont surtout dans la période du XIX et XX siècles. À toujours tomber et à se relever, ils cherchent comme une vérité qui les rapprocherait de leur véritable identité. Kafka fuit son père (chemin banal d'un adolescent qui s'émancipe et en finit avec son père), il cherche sa mère évidemment, il va en apprendre plus sur lui même. Il y a Nakata, qui cherche pourquoi il sait parler aux chats, pourquoi il oublie, comment fonctionne sa mémoire. Il vit dans l'instant et veut s'identifier à un sauveur. Et puis tous les autres personnages, magnifiques notamment celui qui a cherché son identité longuement pour la trouver: le bibliothécaire (trans).

Un monde surprenant et additif jusqu'à la fin. Breton et les autres avaient inventé le surréalisme. Il renaît.

Note - 16/20

Publié dans romans, Coup de coeur

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article