Les adaptations cinématographiques qui font lire

Publié le par Madame

Bonjour à tous!

Une question Babelio.com du jour demande quelles sont les adaptations cinématographiques qui nous ont donné l'envie de lire le livre original. Voici la liste que je me suis faite :

Liste d'adaptations cinématographiques

Hamlet avec David Tennant (BBC) 3h

J'ai adoré la dramaturgie, l'utilisation du théâtre dans le théâtre, la folie qui s'en dégage, la catharsis finale. J'aime les acteurs choisis, particulièrement Ophélia (bien que la meilleure Ophélia reste Helena Bonham Carter dans Hamlet avec Mel Gibson, à mon humble avis...). Le rythme des répliques, la tristesse des monologues... Bref, la pièce de Shakespeare je l'ai étudiée et ré étudiée dans tous les sens et je n'ai rien à redire. A part "J'achète !" (Oups j'ai trop regardé Danse avec les stars...)

Rebecca d'Alfred Hitchcock

Le roman de Daphnee du Maurier n'est qu'une pâle copie ou un exercice de style gothique adapté de Jane Eyre de C. Brontë. On y retrouve les mêmes éléments de suspense, le même genre de personnages... Joan Fontaine et Laurence Olivier ont vécu un enfer pendant le tournage avec Hitchcock paraît-il, mais le film donne envie de lire le roman. Néanmoins l'histoire est extrêmement romanesque avec amours, rebondissements, noirceur et le film, par contre!, est un chef d'œuvre dans mon top 5 des films favoris.

Autant en emporte le vent de Cukor suivi de Fleming ou le contraire... :)

Je n'ai toujours pas lu l'énorme roman saga de Margaret Mitchell mais c'est en attente. J'ai hâte. Je le lirai en anglais. Je sais que cette saga américaine me fascine, que l'héroïne est perturbante pour le lecteur d'après les extraits que j'ai lus: Scarlett (interprétée par la sublime Vivian Leigh), petite peste, enfant gâtée du Sud, elle n'a qu'à bien se tenir, car c'est elle qui mène la danse tout le long! Et c'est aussi rare quand c'est une femme qui prend un premier rôle aussi étoffé dans un film hollywoodien!

Le monde perdu (les Aventures du Professeur Challenger)

Le film que j'ai vu date d'une époque très reculée. (vive les effets spéciaux fluorescents, les maquettes en plastique et les décors en carton pâte...). Je l'ai regardé dans Mon enfance et j'ai adoré. Un journaliste à la Rouletabille suit un savant fou dans un monde préhistorique. Invraisemblable ? Eh bien non. Le roman est drôle, ironique, avec du suspense, de vrais rebondissements, une sorte de King Kong bis, je trouve d'ailleurs... À lire en anglais aussi.

Jane Eyre avec Charlotte Gainsbourg

Après avoir vu ce film il y a six ans, j'ai du lire Jane Eyre trois fois ... Je pense qu'il n'y a rien à ajouter. Sinon que la complexité du roman est retranscrite différemment dans chaque adaptation de Jane Eyre à la BBC ou au cinéma, selon que le scénariste prenne l'origine du caractère prude et sentimental de Jane lors du deuil de sa meilleure amie, lors des maltraitantes subies dans l'enfance, ou lors de la découverte des plaisirs luxueux et des mondanités chez Rochester. Chacun son point de vue.

Orgueil et préjugé avec Keira Kneightley et Raison et sentiment d'Ang Lee

Les romans de Jane Austen sont à part dans ma bibliothèque. Ils sont au panthéon des femmes auteurs qui ont dévoué leur vie à décrire leur existence ou celle des hommes et des femmes qui les entouraient. Comme les sœurs Brontë, comme Dickens ou Virginia Woolf, des romans hors de prix aux adaptations filmographiques qui pâtissent parfois d'un manque de détails ou de discernement. Le style y est mais le cœur, les chœurs de ces femmes ne raisonnent pas assez dans aucune des œuvres cinématographiques que j'ai énoncées ici.

Le secret de Brokeback Mountain d'Ang Lee

Une courte nouvelle dira-t-on publiée en version unique d'Annie Proulx auteure que j'adore et qui décrit si bien les étendues sauvages de l'Amérique profonde. Je vous avoue, à l'âge où je l'ai lu, j'avais acheté le DVD et la nouvelle sous le manteau, en les cachant... Aujourd'hui je comprends avec le recul, la pudeur que j'ai eue, mais ensuite, la grande joi de voir qu'il s'agissait d'une histoire d'amour universelle, l'une des plus belles (incomparable avec la niaiserie de Rose et Jack dans Titanic) qui a touché beaucoup de lecteurs même s'il s'agit d'une histoire entre deux hommes qui en ont des c****, eux! J'ai tellement pleuré à la fin, my God!

Le Bossu de 1997 adaptation télé

Avec Daniel Auteuil, Fabrice Lucchini, que des bons souvenirs. Il fut un temps où ma mère nous alimentait en films de cape et d'épée (Jean Marais, les Pardaillan, les mousquetaires et compagnie) et le Bossu de Zévaco sort du lot. J'ai aimé l'écriture simple et l'histoire romanesque et pleine de bons sentiments évidemment.

C'est tout. Pour le moment. (bon j'arrête avec la télé réalité)

Les adaptations cinématographiques qui font lire

Publié dans romans, liste, cinema

Commenter cet article