Les Heures (The Hours) de Michael Cunningham

Publié le par Madame Tassanie

Les Heures (The Hours) de Michael Cunningham

Critique de "Les Heures" de M. Cunningham

Un de mes livres favoris.

Titre VO : The Hours

Publié en 1998 chez Belfond et Pocket

(Lu en 2007)

Une consécration pour Cunningham

En 1995 il reçoit déjà le Whiting Writers' Award mais cela continue. Après des oeuvres magnifiques telles que "La Maison du bout du monde", l'écrivain Michael Cunningham devient populaire et reconnu par la presse littéraire grâce à un court roman entièrement inspiré de l'un des chefs-d'œuvre de Virginia Woolf : "Les Heures" (titre que Woolf avait envisagé), cette oeuvre majeure sera distinguée par le prix Pulitzer et le PEN/Faulkner Award.

Synopsis

Trois destins s'entrecroisent, en trois époques différentes. Trois femmes, trois individualités qui se questionnent, trois histoires reliées par un subtil jeu de correspondances dont l'émouvante cohésion nous est livrée dans les derrières pages.

Thèmes

La liberté individuelle, le questionnement existentiel, New York, la transcendance d'une ville au travers des personnages ordinaires qui y vivent quotidiennement, la banalité de la vie, la différence ou l'indifférence, la signification de l'amour et de l'amitié et les pressions d'une vie familiale sur la vie individuelle.

Mon avis

Quelle œuvre ! Quelle histoire! L'auteur, inspiré par le livre Mrs Dalloway de Virginia Woolf,signe ici un livre d'une éblouissante candeur. Entre la fin du 20ème siècle à New York, 1923 à Londres et 1949 à Los Angeles, il n'y a qu'un pas et la fin est tellement surprenante que j'en ai eu les larmes aux yeux. Il faut comprendre pourquoi l'auteur a nommé le livre Les Heures, comprendre l'aspérité de chaque histoire, la personnalité de chaque personnage et avoir lu Mrs Dalloway (est un plus).

Émouvant, sublime, intense et vrai

(Attention spoilers)

Ma partie préférée est celle qui décrypte les sentiments de douleur et de désespoir de Virginia Woolf, écrivain au XXeme siècle. Et alors que Daniel se suicide et Virginia aussi, on croise les doigts pour que la troisième héroïne du livre ne meurt pas.

Virginia Woolf et Michael Cunningham ont capté tous les deux l'essence même des vies ordinaires.

Une adaptation cinématographique

En 2002 Stephen Daldry adapte le prix Pulitzer de Cunningham au cinéma avec des actrices renommées (Kidman, Moore...). C'est une autre réussite.

Les personnages: les femmes

Les Heures c'est une journée cruciale dans les vies respectives de trois femmes interposées dans différentes époques et lieux (cités plus haut). On comprend vite que les destins vont s'entrecroiser grâce au premier personnage : le roman de Virginia Woolf, Mrs Dalloway.

Virginia Woolf avait écrit : "J’y esquisse une étude de la folie et du suicide ; le monde vu par la raison et la folie côte à côte."

Première femme: Virginia Woolf elle-même, grande romancière dans le début du xxe siècle, assaillie d'idée suicidaires, s'ennuie dans sa petite banlieue cossue au Royaume-Uni, où son mari Leonard l'a emmenée pour qu'elle se repose et s'éloigne de l'agitation de Londres. Mais Virginia adore Londres (lire Mrs Dalloway</strong>) Pour palier à cet ennui, elle commence à rédiger l'épreuve d'une nouvelle œuvre, Mrs Dalloway, qui va devenir un chef d'œuvre tel Ulysse de James Joyce. Mais Virginia ne supporte pas sa situation et va se suicider dans une rivière.

Deuxième femme: Laura Brown est une femme qui doute énormément et sans arrêt. Elle est mère au foyer dans l'Amérique des années 50, et ses angoisses se répercutent dans la vie familiale. Enceinte de son second enfant, elle décide de lire le roman Mrs Dalloway (première interconnection) et croit comprendre que se suicider serait une solution. Mais Richie, son fils, voit sa mère décliner dans la dépression, comprenant sa fragilité il en devient obsédé et effrayé. Laura choisira-t-elle la vie ou la mort?

Troisième femme: Clarissa Vaughan femme forte, est éditrice à New York au 21ème siècle, elle s'occupe de son meilleur ami Richard Brown, dit Richie, fils de Laura (une autre interconnection) qui est malheureusement atteint du sida, car il est homosexuel. Après une cérémonie et une soirée trop mondaine et pompeuse, Richard va-t-il choisir de vivre ou de mourir?

Note: 18/20

Publié dans romans, Coup de coeur

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Fofie 18/10/2013 19:24

Hop fans ma WL :D
Merci pour la découverte

Madame Tassanie 18/10/2013 19:51

C'est pas gai mais qu'est ce que c'est prenant !!! ;)