Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur de Harper Lee

Publié le par Madame Tassanie

Critique du livre "Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur" de Harper Lee

Ceci est mon livre d'adolescence, celui qui m'a fait aimer la littérature. Ce livre est un chef d'œuvre. Je me souviens même de l'odeur du livre, où je l'ai lu (au fond du jardin)... Une révélation.

Titre: VO To kill a mockinbird

Author: Harper Lee

Dans la collection Le livre de poche Ed. De Fallois

Lu en 2006 (été, en une journée)

Synopsis - Dans une petite ville d'Alabama, à l'époque de la grande Dépression aux États-Unis, Atticus Finch, veuf, élève seul ses enfants, Jem et Scout. Atticus, avocat, est commis d'office pour défendre un Noir accusé de viol sur une femme blanche.

Un livre d'enfant ?

Oui. Écrit sous la plume d'un homme, Harper Lee, ce dernier prend le parti du point de vue naïf de la jeune Scout, fille d'Atticus. On voit donc l'affaire grave d'un procès noir contre blanc, pendant la période américaine où l'apartheid et les discriminations des noirs continuent et empirent. Dans la figure paternel d'Atticus naît un héros. Tandis que chez Scout existe une part d'incompréhension (de part leur employée qui est noire et qu'elle n'aime pas... A certains noirs dont elle a peur) mais dans les yeux d'un enfant, on peut bien poser les bonnes questions. Même les plus embarrassantes.

Un succès universel

Ce classique est lu par tous les petits écoliers des États-Unis. Certains n'y comprennent pas la profondeur et l'importance, même après avoir vu l'adaptation cinéma en noir et blanc...

Si c'est un succès aux USA, avec 30 millions d'exemplaires vendus et ça continue, cette œuvre dépeint les États Unis des années 30 en évitant le piège du livre trop pro blanc ou trop pro noir. Harper Lee décrit en Alabama la lutte pour les droits civiques au travers du regard de Scout, lors d'un procès de son père qui scandalise la région. Scout est une jeune fille un peu garçon manqué qu'on aime immédiatement (donc sans sexe réellement et, tout le monde s'y identifie), audacieuse, et trop curieuse. La tendresse du père, la drôlerie de Scout, les situations cocasses, ou tragiques, car le livre sait mêler comédie et tragédie, c'est donc une comédie dramatique, tout est magique.

Le procès : un moyen de tenir le suspens

Attendre le verdict: Atticus se fait lyncher et insulter pour être un blanc qui défend un noir. Dans le roman Harper Lee développe le sujet de "pourquoi a-t-il accepté d'être commis d'office à cet homme en qui il place sa confiance sans être certain de son innocence totale?" Cependant beaucoup de choses pèsent dans la balance pour Atticus et il fait un choix difficile que même sa famille ne comprend. L'attention portée au verdict et l'attente sont insoutenables, entre intimidations, témoignages difficiles, fausses preuves. Hypocrisie ambiante. Etc.

La fin

La seule chose qui m'ait attristée est que ce livre ait une fin (et quelle fin!) et que l'auteur n'ait rien écrit d'autre par la suite. Un livre dont la fin le laisse vivre à la postérité. Un chef d'œuvre.

Note - J'adore. 19/20

...Je voulais que tu comprennes quelque chose, que tu voies ce qu’est le vrai courage, au lieu de t’imaginer que c’est un homme avec un fusil à la main. Le courage, c’est de savoir que tu pars battu, mais d’agir quand même sans s’arrêter. Tu gagnes rarement mais cela peut arriver.

Harper Lee

Publié dans romans, Coup de coeur

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Madame Tassanie 18/10/2013 11:55

Ah oui ? ;) un goût en commun !

Fofie 18/10/2013 11:27

Je suis comme toi, j'ai adoré ce livre !